Collections permanentes du Musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens – Annulé et ce, jusqu’à nouvel ordre

Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Histoire et sciences humaines Exposition

Du 2 janvier au 31 décembre, du mardi au dimanche de 9h à 18h

Musée d'Arts Africains, Océaniens et Amérindiens
Kachina
© Ville de Marseille/Claude Almodovar et Michel Vialle

Collections permanentes du Musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens – Annulé et ce, jusqu’à nouvel ordre

Musée d'Arts Africains, Océaniens et Amérindiens
Quand ?
Du 2 janv. 2020 au 31 déc. 2020
  • Mardi - 09h00-18h00
  • Mercredi - 09h00-18h00
  • Jeudi - 09h00-18h00
  • Vendredi - 09h00-18h00
  • Samedi - 09h00-18h00
  • Dimanche - 09h00-18h00


Du mardi au dimanche de 9h à 18h
Fermeture hebdomadaire le lundi exceptés les lundis de Pâques et Pentecôte
Fermeture les jours férié­s suivants : 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre, 2­5 et 26 décembre ­

Combien ?
Tarifs - Entrée
  • A partir de 3,00 €
  • Prix Min : 3,00 € / Prix Max : 6,00 €

Collections permanentes : 6 EUR / 3 EUR tarif réduitBillet combiné donnant accès à au Musée d'Archéologie MéditerranéenneGratuit pour les moins de 18 ansL'entrée aux collections permanentes des musées est gratuite le premier dimanche du mois pour tousDétail des autres gratuités et visites commentées sur www.musees.marseille.fr

Où ?
Musée d'Arts Africains, Océaniens et Amérindiens

Arrêté du 14 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19

Afin de ralentir la propagation du virus covid-19, les établissements accueillant du public sont fermés jusqu’au 15 avril :
– au titre de la catégorie Y : Musées.
En conséquence tous les Musées de Marseille sont fermés au public, et les visites et animations sont malheureusement annulées.

____________________________________________

Le Musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens (MAAOA) propose une importante collection d’objets d’arts extra-européens, à la fois témoins culturels et oeuvres à part entière. Né de collections remarquables, il contribue à une meilleure connaissance des cultures d’Afrique, d’Océanie et des Amériques.

Divers regards ont été successivement portés sur les collections extra-européennes. D’abord perçus comme objets de pure curiosité, elles participèrent dès le 18e siècle à une première appréhension de la diversité culturelle du monde. Le 20e siècle fut le cadre d’une double reconnaissance de ces objets, tant par les scientifiques qui les documentèrent, que par les artistes proclamant l’apport de ces arts dans leurs réflexions et expérimentations de nouvelles formes. Des collectionneurs éclairés se sont inscrits dans ces deux sillages. Ce début du 21ème siècle s’ouvre sur la question de la provenance de ces oeuvres, celle de leur utilité dans le musée ou de leur restitution dans leur pays d’origine.

Le MAAOA est l’héritier de ces regards. Il l’est par la nature des collections qu’il présente (anciennes collections privées, dépôts, reliquats des musées coloniaux, collectes plus récentes), il l’est aussi de par sa mission : rendre intelligibles aujourd’hui ces objets, témoignages de l’histoire de la culture des hommes et des sociétés dont ils sont issus.

La spécificité et l’intérêt du MAAOA résident dans les trois salles qui composent sa collection permanente : chacune née d’une collection originale.

– La salle Afrique  est constituée en partie d’une donation faite à la Ville par les héritiers de Pierre Guerre (1910-1978) grand collectionneur d’art africain, fasciné par ce continent depuis l’âge de 12 ans. Cette collection est composée d’une centaine de masques, statues… auxquels s’ajoutent des objets en dépôt de la CCIMP et autres acquisitions.
Parmi les pièces phares : un masque Marka (Mali), trois reliquaires bieri Fang exceptionnels (Gabon), ou encore un masque Nuna (Burkina Faso).

– La salle Océanie-Amériques : la Ville de Marseille fit l’acquisition en 1989 de la collection unique du neurologue marseillais Henri Gastaut (1915-1995) : une série de 80 crânes collectés dans le monde entier, des crânes humains sculptés, peints, surmodelés ou encore gravés, provenant essentiellement d’Océanie et des Amériques.

A cette collection exceptionnelle s’ajoutent également des oeuvres en dépôt de la CCIMP, des objets issus de collectes effectuées par le MAAOA au Vanuatu, ainsi que de magnifiques parures de plumes amérindiennes provenant du don de Marcel Heckenroth (1902-2008), médecin en Guyane, entre 1939 et 1942.

– La salle Mexique est consacrée à une collection d’art populaire mexicain tout à fait remarquable : composée de près de 3000 objets – masques, tableaux de laine, arbres de vie, sculptures – que le réalisateur François Reichenbach (1921-1993) a acquis au cours de ses nombreux voyages au Mexique et qu’il a légués en 1994 à la Ville de Marseille. En 2016, la collection de Bernard Meusnier, composée de remarquables tissu huipil, et de magnifiques sculptures alebrijes, ces fameux monstres de papier mâché, venait compléter l’ensemble.

 » Se voir est une chose, se connaître en est une autre.  » Proverbe africain

Publié par : Ville de Marseille