Izabela Kowalczyk

Culture Expositions - Rétrospectives Art contemporain Peinture Exposition

Du 23/01 au 04/02/2023, tous les lundis, mardis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis.
Vernissage lundi 23 janvier à 18h

Du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h.
Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h.

Galerie du Tableau
Galerie du Tableau

Izabela Kowalczyk

Galerie du Tableau
Quand ?
Du 23 Jan 2023 au 4 Fév 2023

Du 23/01 au 04/02/2023, tous les lundis, mardis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis.

Vernissage lundi 23 janvier à 18h

Du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h.

Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h.

Combien ?
Gratuit
Où ?
Galerie du Tableau
  • Adresse : 37 Rue Sylvabelle - 13006 Marseille
  • Y aller

« Mon travail oscille entre deux domaines en parallèle : la peinture traditionnelle sur un support plat et le volume. Je réalise depuis quelques années une série de peintures, Sans titre, ainsi qu’une série d’objets, Reliefs.

Images et objets se répondent et se complètent. Cette relation entre la forme plane et le volume au travers de découpages est cruciale dans la conception de tous mes travaux. Elle résulte d’une nécessité intuitive de l’expérience de l’espace.

Les compositions réalisées avec des papiers découpés jouent le rôle de croquis préparatoires à la peinture (série – Sans titre). Par l’utilisation du pochoir et du rouleau j’obtiens un rendu proche de celui des images imprimées.

Mes travaux récents tendent de plus en plus vers la géométrie.

Dans la série Reliefs je cherche à dépasser des limites de l’image plane en l’ouvrant vers d’autres dimensions. Ce sont encore les compositions en papiers découpés que, cette fois-ci, je transforme en volumes. Elles sont un point commun entre les images et les formes spatiales, à l’instar des Gravitations d’Eduardo Chillida – un travail à mi-chemin entre la peinture et la sculpture.

Dans les Reliefs, j’ai d’abord remplacé le papier ou la toile de mes peintures par un support rigide. Ensuite j’ai littéralement séparé le fond et la forme de mes images, en les dissociant et fixant directement la forme sur le mur qui devient ainsi le nouveau fond.

Dans les Reliefs plus récents, une illusion d’optique suggère un objet en volume vu en perspective alors qu’en réalité il est plat. La traditionnelle perspective linéaire légèrement déformée créé ici un jeu visuel, questionnant le spectateur sur sa perception. La pièce peut être interprétée autant qu’un objet en volume que son image.

Ces deux types de travaux, en deux et trois dimensions, résultent d’une mise en question de la nature même de l’espace ; étrange, difficile à situer, entre espace physique et mental.»

Publié par : Ville de Marseille