ALT #22 : Vladimir Cauchemar + Jok’air + Yseult + Fixpen Sill

Culture Concerts - Opéras - Soirées Hip-Hop - Rap Nouvelles tendances Concert

Le 14 mars à 18h30

Dock des Suds
Festival avec le temps - Jok'Air

ALT #22 : Vladimir Cauchemar + Jok’air + Yseult + Fixpen Sill

Dock des Suds
Quand ?
Le 14 mars 2020
  • Samedi - 18h30

Combien ?
Tarifs - Entrée
  • A partir de 23,00 €
  • Prix Min : 23,00 € / Prix Max : 25,00 €

Où ?
Dock des Suds

Rendez-vous en mars 2020 pour la 22e édition du festival Avec Le Temps qui célébrera la musique francophone et les scènes actuelles, à Marseille mais aussi aux alentours. Vivre avec son temps, c’est avoir l’ambition autant que l’humilité de s’intéresser à ce qui naît, tout en sachant assumer le temps qui passe. Le festival assume l’ambition de braquer les projecteurs sur les valeurs montantes et émergentes, tout autant que sur celles qui se trouvent déjà en têtes d’affiches. Avec Le Temps est une invitation à la curiosité musicale et une ode aux expressions francophones en tous genres.

ARTISTES

► Vladimir Cauchemar
Dans la mythologie grecque, Vladimir a défié Apollon à un concours musical. Le vainqueur pourrait faire ce qu’il veut au perdant…. Apollon et sa lyre gagnèrent ce duel face à Vladimir et ses flûtes. Apollon célébra alors sa victoire en pendant son adversaire à un arbre avant de l’écorcher vif.
La légende raconte que le sang de Vladimir et les larmes de ses Muses formèrent le fleuve χορεύω en Grèce Antique…
Après un retour plus que remarqué avec ses titres « Aulos » et « Aulos Reloaded » Feat. 6ix9ine, Vladimir Cauchemar passe de la tombe à la rave en ouvrant (G)RAVE, le deuxième chapitre de la trilogie pour flûte qu’il composa en 548 pour les funérailles de Théodebert.
Derrière le masque, se cache aussi un producteur exceptionnel très proche de la nouvelle scène rap européenne, on lui doit récemment la co production des tubes « 1000° » et « Trop Beau » de Lomepal, 7 titres sur le dernier album de Roméo Elvis  » Chocolat « , et bien d’autres tel que Orelsan, Joke… A suivre…

► Jok’Air
Après avoir vécu un premier chapitre collectif incarné par la Mafia Zeutrei dont il partage les rangs et les charts avec des comparses du XIIIe arrondissement de Paris, le charismatique Jok’air aussi bon en rap qu’en chant, a su s’imposer dans un environnement où les codes sont longtemps restés fermés.
Nourri aux films de John Travolta qui brillait sous les traits de Dany Zouko dans Grease ou Tony Maneiro dans La fièvre du samedi soir, Jok’air a toujours rêvé de culture américaine et de fusion musicale. C’est bel et bien cet univers qui ressurgit dans le deuxième opus de cet enfant élevé à Michael Jackson, Police ou les Bee Gees. Un virage résolument lover et dansant, inspire des années 70, quand la musique passait doucement du rock au disco. Une progression similaire à celle présente sur Jok’Travolta dont les orchestrations live se mettent au service d’un rap toujours plus brut et plus pur. Accompagné d’un escadron de featurings aussi éclectique que prestigieux (Sadek, Alonzo, Yseult, Chilla…), Jok’Air prouve une fois de plus sa place unique dans le paysage rap français.

► Yseult
L’un des retours les plus fracassants de la scène pop francophone actuelle ? C’est celui d’Yseult, 24 ans. Une voix en or massif et un mental en acier. Une combattante qu’on avait quittée en 2015 et que l’on a retrouvée il y a quelques mois avec « Rien à Prouver ». Un vibrant manifeste d’empowerment qui règle ses comptes et brille par sa résilience.
Très jeune, Yseult a commencé à chanter : « c’était plus facile que faire mes devoirs ». Son père écoute de la musique africaine, de la chanson française, de la pop américaine. La petite fille reproduit à l’oreille ce qu’elle entend. Elle est aussi déjà très concernée par l’injustice, estimant que les femmes doivent bénéficier du même respect que les hommes. Forcément, on a du mal à l’empêcher de s’exprimer…
Sa musique, est nourrie de variété, d’indie rock, de psychédélique, de pop et de trap. Etonnant, épuré, efficace. Une « Y-Trap » reflet de ce qu’elle écoute au quotidien, de Lizzo à Feu! Chatterton, de Cardi B à Damso en passant par Tame Impala.

► Fixpen Sill
Les Fixpen Sill ne sont pas nouveaux dans l’univers du rap français. Keroué et Vidji se sont rencontrés en Bretagne, leur région d’origine, en 2009. Après avoir sorti deux EPs et un album, avoir collaboré avec Nekfeu, Heskis et Hunam au sein du collectif 5 Majeur et avec Lomepal et Caballero sur le projet « Fixpen singe », les deux acolytes font leur retour après deux ans d’absence avec l’album  » F.L.A.G  » (04.10.2019 – Caroline).
Cet album est le fruit de long mois de réflexion et d’introspection sur leur musique mais aussi sur eux même. Entièrement réalisé et produit par Vidji, « F.L.A.G » nous emmène dans de nouvelles sonorités jusqu’alors jamais explorées par le groupe, tout en gardant l’identité rap du duo grâce à leur maîtrise de l’écriture.
Un album personnel, ils ont d’ailleurs voulu rester en famille pour les collaborations, avec les participations de Lomepal et Népal.

► KNLO
KNLO, alias Akena Okoko alias KenLo Craqnuques, est un rappeur et compositeur originaire de la vieille capitale, via St-Narcisse et le Congo. On a pu l’entendre au coeur de plusieurs collectifs dont Movezerbe, K6A, Alaclair Ensemble, ainsi qu’une quinzaine de projets instrumentaux. Il est l’une des figures les plus influentes de la scène hip-hop québécoise. Navigant entre les époques au niveau des beats, KNLO livrait en 2017 l’opus Long Jeu, son premier album rap solo. KNLO se retrouve alors nommé dans deux catégories à l’ADISQ 2017 soit Album Hip-Hop de l’année et Révélation de l’année. Il récolte également 2 nominations dans le cadre des GAMIQ, dont meilleur album Hip-Hop de l’année et Vidéoclip de l’année pour Justeçayinque. Trois ans après la sortie de ce dernier, KNLO présente Sainte-Foy qu’il déclare être son « meilleur album à vie ». Un disque sur lequel l’artiste met un pied dans la grouillade, sans mettre de côté la profondeur du récit afrobascanadien. Avec son complice de longue date VLooper (enregistrement, composition et co-réalisation), il tangue habilement entre la motivation, le besoin de se ressourcer et la célébration d’un amour bien conservé.

Publié par : Ville de Marseille

Dans le cadre de

Festival « Avec le Temps »

Espace Julien