La faïence artistique de Marseille au siècle des Lumières

Faculté de droit Université Aix-Marseille
Quand ?
Le 28 Jui 2020
  • 28/06/2020 - 14h30

Combien ?
Gratuit
Où ?
Faculté de droit Université Aix-Marseille

L’industrie faïencière de Marseille au XVIIIe siècle a été d’une exceptionnelle qualité, rayonnant audelà des frontières mêmes de l’Europe. C’est une période de très grand développement économique pour la ville. La création de l’Académie de Peinture et de Sculpture de Marseille en 1753 joue un rôle considérable en fournissant nombre de peintres à nos faïenciers.

Les techniques de fabrication et les températures de cuisson conditionnent l’aspect des décors et leur gamme chromatique. Les fabriques les plus importantes pour le  » grand feu  » sont celles de SaintJean-du-Désert, Fauchier et Leroy et pour le  » petit feu  » celles la Veuve Perrin, Robert, Savy et Bonnefoy. Le petit feu, découvert au milieu du siècle, permettait d’obtenir, grâce à une deuxième cuisson, des graduations de couleurs plus fines. Les décors s’adaptent au goût et à la mode du moment, de l’imitation de majoliques à l’éclosion du naturalisme ou la réalisation de paysages et ruines inspirés de Jean Pillement ou Hubert Robert. La fantaisie de ces décors fit l’originalité et le succès de cette production disparue dans une étonnante indifférence au milieu du déclin économique de la fin du siècle et de la période révolutionnaire.

Marina Lafon est spécialiste de l’histoire des faïences, de Marseille en particulier. Elle est secrétaire perpétuelle de l’Académie de Moustiers et présidente du Fonds de dotation du musée Borély. Elle est membre de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille

Publié par : OT Marseille