La vie est faite de Poustiaki

Culture Théâtre - Café-théâtre Théâtre Pièce de théâtre

Du 25 au 27 mai à 20h

Friche Belle de Mai
Friche Belle de Mai

La vie est faite de Poustiaki

Friche Belle de Mai
Quand ?
Du 25 au 27 mai 2020
  • Lundi - 20h00
  • Mardi - 20h00
  • Mercredi - 20h00

Combien ?
Tarifs - Entrée
  • A partir de 0,00 €
  • Prix Min : 0,00 € / Prix Max : 0,00 €

Gratuit sur réservation obligatoire au 04 95 04 95 78 ou par mail : contact13@eracm.fr

Où ?
Friche Belle de Mai

Les poustiaki sont les « petits riens », les « broutilles » qui font conversation. En russe, il s’agit d’un mot banal, presque invisible et qui revient souvent dans la bouche des personnages d’Anton Tchekhov. Quand ils n’arrivent pas à se dire les choses importantes, ils se disent des banalités : des poustiaki.

Le professeur Alexandre Sérébriakov décide de se retirer à la campagne. L’irruption dans la demeure familiale de cet homme égoïste et de sa belle et oisive épouse Elena perturbe rapidement la vie paisible de Sonia et de Vania qui exploitent le domaine. Leur arrivée déclenche les passions et éveille des haines assoupies.

Prenant comme base de travail Oncle Vania d’Anton Tchekhov, nous avons cherché, improvisé et tenté d’exploiter la porosité entre la fiction et l’instant présent. Nous avons utilisé les figures existantes pour que le quotidien de ces scènes de vie à la campagne devienne théâtre.

Il ne s’agit pas d’un énième Vania, il s’agit d’une première recherche, d’une étape de travail.

L’Ecole est difficile. Les grands rôles, les grands poèmes dramatiques plongent ceux qui s’y affrontent dans l’innocence qui permet seule d’atteindre l’essentiel.

Antoine Vitez

PROJET DE RECHERCHE
« La vie est faite de poustiaki » est un projet de recherche de Marie Razafindrakoto, d’après Oncle Vania d’Anton Tchekov avec 7 élèves comédien.ne.s de l’Ensemble 27.

Pendant la dernière année de leur cursus les futurs comédiens ont la possibilité de travailler sur un projet de recherche. Quatre projets sont retenus chaque année. Chaque responsable de projet doit constituer une distribution avec les autres comédiens de sa promotion, l’école apportant un soutien technique à l’opération. Une esquisse de ce travail est présentée au bout de trois semaines de répétitions. Il ne s’agit pas de mise en scène mais plus d’une expérimentation destinée à placer l’acteur face à son obligation de construction et de proposition elle vise à conforter l’autonomie et la responsabilisation de chacun des partenaires de ces projets.

Une proposition de l’ERACM.

Publié par : Ville de Marseille