Le monde ou rien – Nicolas Daubanes

Culture Expositions - Rétrospectives Arts plastiques - graphiques Exposition temporaire

Du 30 août au 22 septembre

FRAC (Fonds régional d'art contemporain)
Nicolas Daubanes, Sur les toits 3, 2019, limaille de fer incrustée sur porcelaine émaillée, 40 x 53 cm. - FRAC (Fonds régional d'art contemporain)

Le monde ou rien – Nicolas Daubanes

FRAC (Fonds régional d'art contemporain)
Quand ?
Du 30 août 2019 au 22 sept. 2019
  • Mercredi - 12h00-19h00
  • Jeudi - 12h00-19h00
  • Vendredi - 12h00-19h00 / 12h00-21h00
  • Samedi - 12h00-19h00
  • Dimanche - 14h00-18h00


Du mercredi au samedi de 12h à 19h
Le dimanche de 14h à 18h (entrée gratuite)
Nocturne de saison vendredi 31 mai 2019 (entrée gratuite de 18h30 à 21h)

Combien ?
Tarifs - Entrée
  • A partir de 2,50 €
  • Prix Min : 2,50 € / Prix Max : 5,00 €

Où ?
FRAC (Fonds régional d'art contemporain)

Exposition dans le cadre de la 6e édition de PAREIDOLIE, salon international du dessin contemporain – Château de Servières, Marseille.

Nicolas Daubanes, lauréat du prix des Amis du Palais de Tokyo (2018) et du grand prix Occitanie d’Art Contemporain (2017), est cette année l’invité du FRAC dans le cadre du partenariat avec le Salon du Dessin Contemporain PAREIDOLIE, donnant l’occasion au château de Servières de renouveler son soutien à l’artiste.

Liberté et révolte, « élévation » au sens physique comme moral du terme sont des thèmes que l’artiste a longuement explorés au cours de résidences et workshops, notamment en milieu carcéral. Ainsi, lors de sa récente résidence dans la Briqueterie de Nagen (Haute-Garonne) il a prolongé et formalisé ce questionnement à travers le matériau constitutif de la toiture : la tuile d’argile, avec laquelle il a réalisé ce toit présenté à même le sol du FRAC. Toit protecteur dans le cadre familial autant que toit promontoire, il est le siège et le symbole de la rébellion. Aux murs, les différentes techniques de dessin dont celles récemment explorées par l’artiste composent une série inédite : dessin à la limaille de fer aimantée ou incrustée sur verre ou encore sur porcelaine et dessin au scotch, chacun dans son vocabulaire et sa mise en oeuvre renvoient à ses interrogations sur les limites de l’existence et de la condition humaine, entre révolte et passivité.

Vernissage vendredi 30 août à 18h30 dans le cadre de la nocturne de saison.

Publié par : Ville de Marseille

Dans le cadre de

Paréidolie – Salon du dessin contemporain

Galerie Château de Servières