Le Refuge : Dans l’attente de nouveaux départs

Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Exposition temporaire

Du 11 septembre au 29 novembre, du mardi au dimanche de 9h à 18h

Musée Cantini
DGAAPM Ville de Marseille © VOST/Manifesta

Le Refuge : Dans l’attente de nouveaux départs

Musée Cantini
Quand ?
Du 11 sept. 2020 au 29 nov. 2020
  • Mardi - 09h00-18h00
  • Mercredi - 09h00-18h00
  • Jeudi - 09h00-18h00
  • Vendredi - 09h00-18h00
  • Samedi - 09h00-18h00
  • Dimanche - 09h00-18h00


A NOTER
Nocturnes les 11 et 25 septembre, 9 octobre de 15h à 21h

Combien ?
Tarifs - Entrée
  • A partir de 3,00 €
  • Prix Min : 3,00 € / Prix Max : 6,00 €

Réouverture vendredi 11 septembre 2020 du musée, actuellement fermé pour travaux.Dans le cadre de la biennale européenne Manifesta 13, l'accès sera payant du 11 septembre au 29 novembre 2020, pour l'exposition Le refuge.Tarifs6 EUR (plein tarif)3 EUR (tarif réduit) 10 EUR Pass Manifesta Journée20 EUR Pass Manifesta SaisonA compter du 30 novembre 2020 et ce jusqu'au 3 janvier 2021, les collections permanentes seront exceptionnellement gratuites.

Tarifs - Passeport
  • A partir de 10,00 €
  • Prix Min : 10,00 € / Prix Max : 20,00 €

Réouverture vendredi 11 septembre 2020 du musée, actuellement fermé pour travaux.Dans le cadre de la biennale européenne Manifesta 13, l'accès sera payant du 11 septembre au 29 novembre 2020, pour l'exposition Le refuge.Tarifs6 EUR (plein tarif)3 EUR (tarif réduit) 10 EUR Pass Manifesta Journée20 EUR Pass Manifesta SaisonA compter du 30 novembre 2020 et ce jusqu'au 3 janvier 2021, les collections permanentes seront exceptionnellement gratuites.

Où ?
Musée Cantini

A l’occasion de Manifesta 13 Marseille, le Musée Cantini se transforme en un espace où les visiteurs peuvent explorer les frontières entre l’art dans l’espace public et l’art comme bien privé, entre les Beaux-arts et les arts décoratifs ainsi qu’entre la culture savante et la culture populaire.

Jules Cantini fut un mécène marseillais d’exception. Sculpteur de formation, élève de des Beaux-arts de Marseille, il mena une activité de marbrier prospère à la veille du XXe siècle, grâce à ses possessions dans les carrières de Vitrolles ou de Carrare et en Algérie. Parmi ses collaborateurs figure le sculpteur Ernest Barrias, lauréat du prestigieux prix de Rome, engagé sur le chantier de l’Opéra de Paris. Avec lui, Cantini travailla à La Nature se dévoilant à la Science, présentée lors de l’Exposition universelle de 1900 et aujourd’hui conservée au Musée d’Orsay.

Installé dès 1888 dans un hôtel particulier édifié en 1694 pour la Compagnie du Cap Nègre, Cantini s’entoura de nombreuses oeuvres d’art, à une époque où Marseille et sa proche région devenaient le berceau des avant-gardes artistiques européennes. Le Musée Cantini, né du legs de cette collection à la ville de Marseille en 1916, en rappelle le souvenir. Il célèbre le rôle de la cité phocéenne dans la carrière des plus importantes personnalités impressionnistes et post-impressionnistes des dernières années du XIXe siècle puis des artistes du cubisme et des Fauves : Paul Cézanne, Henri Matisse, Pablo Picasso, André Derain.

Le musée Cantini préserve également un ensemble de photographies réalisées par les plus importants photographes des années 1920 et 1930, autour du patrimoine industriel marseillais, et notamment du pont transbordeur qui séduisit Henri Cartier-Bresson, Germaine Krull, Man Ray, Florence Henri ou László Moholy-Nagy. C’est enfin là que sont présentées certaines des oeuvres les plus marquantes des Surréalistes, réfugiés à Marseille au lendemain de l’invasion allemande de 1940 : André Breton, Jacqueline Lamba, Victor Serge, Wilfredo Lam, Max Ernst, Victor Bauner, Marcel Duchamp ou Hans Bellmer. Parmi elles, la série des  » tarots de Marseille « , réalisée à plusieurs mains par plusieurs d’entre eux alors qu’ils séjournaient dans la villa Air Bel, autour du journaliste et fervent militant antinazi Vivian Fry.

Ouvrant de nouvelles voies, cette oeuvre collaborative et singulière annonce la fulgurance des Surréalistes américains et des expressionnistes abstraits tels Jackson Pollock, Mark Rothko ou Roberto Matta, que le visiteur peut également découvrir au sein du musée.

Le regard de Marc Camille Chaimowizc interroge cet héritage, en optant pour une approche inédite, qui valorise les liens entre ces nombreuses personnalités et leur postérité.

Artiste participant : Marc Camille Chaimowizc

A NOTER
Nocturnes les 11 et 25 septembre, 9 octobre de 15h à 21h

Publié par : Ville de Marseille

Dans le cadre de

Manifesta 13 Marseille - 13e édition de Manifesta, la Biennale européenne de création contemporaine

Nombreux lieux culturels - Marseille