Le temps de l’île

Culture Expositions - Rétrospectives Arts plastiques - graphiques Exposition temporaire

Du 17 juillet au 11 novembre

Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem
Charles-Alexandre Lesueur, Etoile de mer, première moitié du XIXe siècle Aquarelle et crayon, 30 x 46 cm Le Havre, Muséum d'histoire naturelle © Ville du Havre, Muséum d'histoire naturelle

Le temps de l’île

Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem
Quand ?
Du 17 juil. 2019 au 31 août 2019
  • Lundi - 10h00-20h00
  • Mercredi - 10h00-20h00
  • Jeudi - 10h00-20h00
  • Vendredi - 10h00-20h00
  • Samedi - 10h00-20h00
  • Dimanche - 10h00-20h00


Le Mucem est ouvert tous les jours sauf le mardi
Fermeture exceptionnelle le 1er mai

Du 5 novembre au 30 avril de 11h à 18h
Du 2 mai au 30 juin de 11h à 19h
juillet août de 10h à 20h
septembre octobre de 11h à 19h

Du 1 sept. 2019 au 31 oct. 2019
  • Lundi - 11h00-19h00
  • Mercredi - 11h00-19h00
  • Jeudi - 11h00-19h00
  • Vendredi - 11h00-19h00
  • Samedi - 11h00-19h00
  • Dimanche - 11h00-19h00

Du 1 au 11 nov. 2019
  • Lundi - 11h00-18h00
  • Mercredi - 11h00-18h00
  • Jeudi - 11h00-18h00
  • Vendredi - 11h00-18h00
  • Samedi - 11h00-18h00
  • Dimanche - 11h00-18h00

Combien ?
Tarifs - Entrée
  • A partir de 5,00 €
  • Prix Min : 5,00 € / Prix Max : 9,50 €

Tarifs expositions permanentes et temporaires Billet MuCEM tarif plein 9,5 EUR / tarif réduit 5 EUR Billet famille 14 EUR (valable pour 5 enfants maximum accompagnés de 2 adultes) : les adultes non accompagnés d'enfants mineurs ne pourront pas accéder aux salles avec ce billet.

Où ?
Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem

Nous sommes tous habités par les îles. Chacun garde à l’esprit des souvenirs, des projets ou des rêves insulaires. Les romans, les films, les atlas leur confèrent une force d’évocation sans pareille, même lorsqu’on les dit imaginaires.
La Méditerranée compte plus de dix mille îles. Son histoire est marquée par ces lieux tour à tour centres et marges, plaques tournantes et repoussoirs, paradis et espaces de rétention. Mais il existe, dans d’autres mers, des archipels porteurs d’enjeux cruciaux : autant que Chypre et Lampedusa, les Spratleys, les Comores, la Nouvelle-Calédonie, les Caïmans contribuent à façonner le monde contemporain.
Plus qu’une exception marginale,  » Le temps de l’île  » considère l’insularité comme une expérience et un outil de compréhension du monde. L’exposition explore les effets des îles sur les imaginaires, les savoirs, la réalité géopolitique, les utopies d’hier et de demain.
Habitants ou non des îles, nous sommes tous des insulaires. Cartes géographiques, relevés d’explorateurs, animaux naturalisés, mais aussi mosaïque romaine, peintures, sculptures, photographies, vidéos, installations…  » Le temps de l’île  » présente au Mucem près de 200 pièces provenant d’institutions françaises, européennes et méditerranéennes, ainsi que des oeuvres d’art contemporain réalisées spécialement pour ce projet.
En prolongement de l’exposition, et afin de rendre l’expérience insulaire plus sensible, le Mucem et le Centre des monuments nationaux invitent le public à prendre la mer pour rejoindre l’île d’If, toute proche du Vieux-Port de Marseille, à la découverte d’une série d’oeuvres de l’artiste David Renau.

Les îles ne laissent personne indifférent. Elles évoquent émotions, expériences et savoirs variés : souvenirs, désirs, lectures, images ou peurs sont des forces qui dépassent la géographie physique. Plus qu’une exception marginale,  » Le temps de l’île  » considère l’insularité comme une expérience et un outil de compréhension du monde, bien au-delà de la Méditerranée.

Îles de l’ambiguïté
Dès l’entrée de l’exposition, la « mosaïque aux îles » romaine découverte en Tunisie en 1995, souligne le caractère énigmatique de ces îles méditerranéennes disposées à la façon d’un puzzle de 25 m2. Le cinéma, les profils relevés par les explorateurs, l’île d’If à la fois prison et lieu touristique, donnent à voir les contradictions propres à toute île : l’artiste canadien Rodney Graham, dans son film Vexation Island, incarne avec humour le personnage de Robinson Crusoé et les paradoxes de l’île déserte.

Îles de la connaissance
Les îles ont aussi contribué à construire des sciences : des spécimens d’animaux naturalisés, des objets traditionnels océaniens, deux cartes de navigation des îles Marshall prêtées par le musée du Quai Branly, comme un ensemble exceptionnel d’aquarelles sur vélin d’Alexandre Lesueur montrent la dynamique de ce savoir en devenir. Une riche galerie cartographique présente en particulier des portulans issus de la bibliothèque de l’Alcazar ou l’Atlas Miller (Lopo Homem, 1519), prêté par la Bibliothèque nationale de France.

Îles du pouvoir
La mondialisation passe aussi par les îles, comme l’enseigne le colonialisme européen. La collaboration cartographique avec le journal Le Monde souligne le rôle de l’insularité aujourd’hui dans une géopolitique de l’environnement, des migrations, des conflits militaires…
Des oeuvres du collectif Map Office, de David Renaud apportent un regard d’artiste sur les îles aujourd’hui.

Îles de l’imagination
Christo, Jochen Gerner, Gilles Clément, Stalker, les concours d’architecture du XIXe siècle, l’Utopie de Thomas More (1516) : tous soulignent la capacité créative et utopique des îles. Leur énergie incite le visiteur à se rendre sur l’île d’If voisine, où une section  » hors les murs », organisée avec le Centre des Monuments Nationaux, permet de prolonger l’exposition par une expérience de l’île.

L’exposition présente près de 200 oeuvres :
peintures, cartes géographiques, mosaïque romaine, relevés d’explorateurs, installations d’artistes contemporains, sculptures, photographies, animaux naturalisés, objets de curiosité, vidéos. De nombreuses commandes passées à des artistes sont complétées par des prêts provenant d’institutions d’envergure, françaises, européennes et méditerranéennes.

Commissariat :
Jean-Marc Besse, directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches au CNRS
Guillaume Monsaingeon, commissaire d’expositions, professeur de philosophie
Scénographie : BgC Studio
Catalogue : en coédition avec les éditions Parenthèses
Avec le soutien de : la Caisse d’Epargne – CEPAC, mécène fondateur

Publié par : Ville de Marseille