DR

Bon vent – Rodolphe Huguet

FRAC (Fonds régional d'art contemporain)
Quand ?
Du 1 déc. 2018 au 24 févr. 2019
  • Mardi - 12h00-19h00
  • Mercredi - 12h00-19h00
  • Jeudi - 12h00-19h00
  • Vendredi - 12h00-19h00
  • Samedi - 12h00-19h00
  • Dimanche - 12h00-18h00

Combien ?
Tarifs - Entrée
  • A partir de 2,50 €
  • Prix Min : 2,50 € / Prix Max : 5,00 €

Plein tarif : 5 EUR. Tarif réduit : 2,50 EUREntrée gratuite aux expositions tous les dimanches et durant les nocturnes mensuelles de 18h30 à 22h

Où ?
FRAC (Fonds régional d'art contemporain)

En partenariat avec la tuilerie Monier et le Frac Franche-Comté.
Vendredi 30 novembre à 18h
Commissaire : Pascal Neveux

 » Artiste nomade  » selon ses propres mots, Rodolphe Huguet vit en Franche-Comté et fait du monde son atelier. Depuis plus de vingt ans, il part à la rencontre de territoires, apprend à connaître leurs occupants, dialogue, échange, partage un temps de leur vie, pour comprendre leurs pratiques sociales et culturelles. Soucieux de comprendre les règles qui régissent la vie d’une communauté d’hommes, il révèle dans son travail le monde dans lequel elles opèrent, mettant au jour les enjeux de l’époque et de la société, avec humour et sans illusion. Combinant son intuition avec des éléments patrimoniaux autochtones, des savoir- faire locaux et l’expérience des moments échangés, il réalise une oeuvre protéiforme, généreuse et impliquée.

Invité au Frac en 2017 dans le cadre d’une résidence croisée avec le Frac Franche-Comté, il entame à Marseille un travail avec la tuilerie Monier et réalise un ensemble colossal d’oeuvres dont l’élément central est la tuile, oeuvres qui seront présentées au Frac cet hiver. Après avoir arpenté inlassablement la tuilerie, Rodolphe Huguet s’est adapté à ses règles de fonctionnement, a échangé avec les ouvriers, a testé et apprivoisé chacune des contraintes techniques.

C’est la tuile elle-même, dans ses différentes étapes de fabrication, qui est devenue l’élément central des oeuvres réalisées à Marseille. Rodolphe Huguet s’est appuyé sur les fonctions premières de cet objet façonné depuis des siècles : l’abri, la protection, la sécurité. Travaillant notamment autour des phénomènes de migrations depuis des années, il transforme et façonne chaque tuile en sculpture, sans jamais vraiment s’éloigner des situations de vie qu’endurent les migrants.

L’exposition au plateau expérimental sera augmentée d’une installation sur la terrasse en coeur d’îlot.

Publié par : Ville de Marseille