Bestiaire végétal – Colectivo Teron

Bestiaire végétal – Colectivo Teron - Culture Spectacles - Cirques Théâtre Cirque Spectacle - Théâtre Massalia - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Ludique et fascinant, Bestiaire végétal est semblable à un carnet de voyage qui déploie au fil de somptueux tableaux éphémères, un joyeux périple au coeur de la matière. Entre jeux d’ombres et chorégraphies, narration et abstraction, sens et forme s’associent, révélant toute la potentialité expressive d’un roseau, de l’osier, des branches, des feuilles… Et tandis qu’images fugaces et animaux passagers prennent vie à mesure des apparitions et disparitions, c’est le regard que l’on porte sur la matière qui semble à chaque instant se réinventer.

Dans un monde où tout se transforme sans cesse, le spectacle nous invite à ouvrir grand nos yeux d’enfant et à nous pencher sur l’essence même de la nature…

Mise en scène : Nuria Alvarez Coll et Miguel Garcia
Scénographie : Nuria Alvarez Coll
Création musicale et interprétation en direct : Marie-Caroline Conin
Interprétation et Travail laboratoire de recherche : Nuria Alvarez, Miguel Garcia, Marie-Caroline Conin, Guillermo Manzo, Marie Neichel
Regard extérieur, écriture dramaturgique : Olivia Burton

Théâtre corporel et clown
Dès 5 ans
(Petit plateau)

Dans le cadre du Festival En Ribambelle !
23 octobre > 14 novembre
Les arts de la marionnette et de l’objet pour tous
Un festival malicieux autour des vacances de la Toussaint
www.festivalenribambelle.com

Le Petit Théâtre du bout du monde Opus II – Théâtre de la Massue

Le Petit Théâtre du bout du monde Opus II – Théâtre de la Massue - Culture Spectacles - Cirques Théâtre Littérature et poésie Contes - marionnettes - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le Petit Théâtre du Bout du Monde n’est pas un spectacle comme les autres. Il s’agit plutôt d’une expérience, un de ces événements rares et inclassables qui laissent leur trace dans la mémoire, longtemps après.

Derrière ce titre évocateur de pays lointains, Ézéquiel Garcia-Romeu nous parle du monde d’aujourd’hui. Les « êtres » qui y errent à la recherche d’une vie meilleure, sont représentés par une multitude de marionnettes nous ressemblant étrangement.

Au cours du spectacle, le public circule librement autour de cette création artisanale et numérique, pour mieux la questionner.

Concept, scénographie, fabrication et conception des marionnettes : Ézéquiel Garcia-Romeu
Dramaturgie et regard extérieur : Laurent Caillon
Composition originale du quatuor à cordes : René Koering
Composition du décor sonore : Stéphane Morisse
Direction technique, manipulation et machineries : Thierry Hett
Arts numériques et nouvelles technologies : Benjamin Odorizzi, Damien Plantier
Design du streaming vidéo : Emmanuelle Vié le Sage
Jeu et manipulation : Ézéquiel Garcia-Romeu, Iroslav Petkov
Avec la participation des acteurs du théâtre national de marionnettes de Vidin – bulgarie Christo Ivanov, Margarita Kostov et en alternance Teodora Rashed et Plamen Kanev

Performance poétique et théâtrale pour marionnettes
Durée : 1h30 (3 tableaux de 30 min)
Dès 10 ans

Dans le cadre du Festival En Ribambelle !
23 octobre > 14 novembre
Les arts de la marionnette et de l’objet pour tous
Un festival malicieux autour des vacances de la Toussaint
www.festivalenribambelle.com

Pépé Bernique – Marina Le Guennec / Les Becs Verseurs

Pépé Bernique – Marina Le Guennec / Les Becs Verseurs - Culture Spectacles - Cirques Théâtre Spectacle - Théâtre Massalia - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

C’est le printemps. Le grand-père est dans son jardin. La petite fille l’observe, lui raconte sa journée, lui pose des questions « t’étais comment quand t’étais petit ? Tu voulais faire quoi ? », et lui, il se met à conter des histoires, réelles, imaginées, incroyables, l’histoire d’un p’tit gars qui part à l’aventure… Pépé Bernique, c’est l’histoire des histoires qu’on raconte – au creux de l’oreille, autour d’une table, en se baladant…Ces histoires qui fondent l’individu ou le consolident.

C’est l’histoire du temps qui passe, de la vie qui avance, des rides qui se creusent, des choses qui restent. Ça se passe au bord de la mer, dans une cuisine, sur un terrain de pétanque, ça se passe ici.

Jeu et manipulation : Agathe Halais & Marina Le Guennec
Écriture : Marina Le Guennec
Mise en scène collective
Regards bienveillants en jeu et dramaturgie : Amalia Modica et Pierre Tual
Création musicale : François Athimon
Création lumière : Faustine Deville

Théâtre d’objets dessiné
Durée : 50 min
Dès 7 ans
(Salle Seita – Friche la Belle de Mai)

Dans le cadre du Festival En Ribambelle !
23 octobre > 14 novembre
Les arts de la marionnette et de l’objet pour tous
Un festival malicieux autour des vacances de la Toussaint
www.festivalenribambelle.com

Coucou – Collectif Ma-Théâ

Coucou – Collectif Ma-Théâ - Culture Spectacles - Cirques Théâtre Musique Spectacle - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

« Coucou ! », l’un des premiers jeux que les enfants expérimentent. L’imaginaire se met en marche, et par là même, la pensée.

Un spectacle envoûtant, d’après l’oeuvre de l’illustratrice Lucie Felix, qui démarre en douceur sur un grand livre coloré dont on tourne les pages. Au fil du spectacle, l’ouvrage prend vie, se dépliant à l’infini jusqu’à une nouvelle dimension dans l’espace par la poésie, la danse et la musique.

Mise en scène : Mateja Bizjak Petit
D’après l’oeuvre de Lucie Félix
Poèmes : Pierre Soletti & Damien Félix & Mateja Bizjak Petit
Chorégraphie : Barbara Kanc
Composition musicale : Damien Félix
Réalisateur en informatique musicale : Maxime Lance & le Collectif Sonopopée
Jeu : Caroline Chaudré & Maxime Lance

Théâtre d’objet et musique
Durée : 30 min
Dès 18 mois

Dans le cadre du Festival En Ribambelle !
23 octobre > 14 novembre
Les arts de la marionnette et de l’objet pour tous
Un festival malicieux autour des vacances de la Toussaint
www.festivalenribambelle.com

Pourquoi pas ! – Tof Théâtre

Pourquoi pas ! – Tof Théâtre - Culture Spectacles - Cirques Théâtre Contes - marionnettes - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Et pourquoi ne pas bousculer gentiment nos a priori sur la répartition des rôles entre les papas et les mamans ? C’est ce que nous propose le Tof Théâtre avec cette création qui s’amuse à nous faire découvrir l’alchimie qui lie un  » papan  » (contraction de papa et maman) et son fils.

À travers ce spectacle de marionnette, la compagnie nous fait vivre l’infinie tendresse, la turbulente complicité et l’affrontement clownesque qui ponctuent leur quotidien.
Duo pour homme et marionnette, Pourquoi pas ! est un spectacle décalé, doux et fou.

Conception, réalisation des marionnettes, scénographie et mise en scène : Alain Moreau
Musique : Max Vandervorst
Accompagnement artistique : Sandrine Hooge, les OKidoK – Xavier Bouvier et Benoit Devos, Gilbert Epron, Laura Durnez
Interprétation : Pierre Decuyper

Théâtre, marionnettes et jeu clownesque
Durée : 47 min
Dès 3 ans

Dans le cadre du Festival En Ribambelle !
23 octobre > 14 novembre
Les arts de la marionnette et de l’objet pour tous
Un festival malicieux autour des vacances de la Toussaint
www.festivalenribambelle.com

Gribouillis – La machoire 36

Gribouillis – La machoire 36 - Culture Spectacles - Cirques Théâtre Spectacle - Théâtre Massalia - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

« L’Art c’est comme la vie, rien ne s’y passe comme prévu ! »
John Cage

Un homme pense, et sa pensée prend la forme d’un gribouillis. D’expériences en rencontres, l’aventure
devient collective entre un musicien, un plasticien et une couturière.
Rivalisant d’ingéniosité ou de maladresse créative, chacun·e redécouvre le monde ensemble et interroge sa complexité. À travers la question  » d’où viennent les idées ?  » Gribouillis rend hommage au dessin, à l’imagination, au hasard et à l’informe.

Écriture et conception : Estelle Charles, Fred Parison
Mise en scène : Estelle Charles
Scénographie, construction : Fred Parison
Création sonore et musique live : Gabriel Fabing
Création lumière et régie : Phil Colin
Avec Lucie Cunningham, Fred Parison et Gabriel Fabing

Théâtre d’objet et arts plastiques
Durée : 50 min
Dès 5 ans
(Petit plateau)

Ma place à table – Les frères Pablof

Ma place à table – Les frères Pablof - Culture Spectacles - Cirques Théâtre Spectacle - Théâtre Massalia - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

« Je me souviens du rond de serviette en bois avec mon prénom pyrogravé, je me souviens de qui mangeait devant la télé, ou près de la cuisine. Qui pouvait parler, qui devait se taire, qui pouvait se servir en premier. Je me souviens des repas de famille où, 13 à table, on rajoutait un couvert. Je me souviens du jour où c’est mon petit frère qui a pris ma place près de ma mère. Je me souviens des disputes avec mon frère, pour savoir qui, les jours pairs, serait de corvée de lave-vaisselle. […] Je me souviens, ado, de manger à la droite de mon père, de façon à ce que nos regards ne se croisent jamais… ».

En interrogeant notre place à table dans l’intimité de la cuisine et de la salle à manger, les frères Pablof questionnent plus largement l’esprit de famille, sa représentation, sa multiplicité. Tous les ingrédients sont là pour faire du théâtre, pour jouer avec la cuisine familiale ou l’art d’accommoder les restes !

Écriture, vidéo et jeu : Raoul Pourcelle
Musique, écriture et jeu : Stéphane Rouxel
Mise en scène : Jean-Louis Ouvrard
Avec les paroles de Nominoé, Jonathan, Tomi et Najim

Théâtre d’objets
Durée : 1h (26 minutes + temps d’échange)
Dès 8 ans

LANCEMENT DE SAISON !
Venez partager Ma place à table et vivre le premier des Impromptus de la saison !

Meridional Contrast

Meridional Contrast - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Exposition temporaire - Friche Belle de Mai - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Week-end grand format.

Exposition conçue par Tiago de Abreu Pinto, commissaire brésilien basé entre São Paulo et New York, Meridional Contrast met à l’honneur les quatre artistes sélectionné·e·s pour le Showroom d’Art-O-Rama dans le cadre du Prix Région Sud 2020.

Les artistes Nepheli Barbas, Julien Bourgain, Louise Mervelet et Flore Saunois, issu·e·s des écoles d’art de la Région Sud, seront également présent·e·s sur l’édition 2021 d’Art-O-Rama et bénéficieront également de résidences au sein d’un réseau inédit de lieux et centres d’art de la Région Sud, partenaires du projet, parmi lesquels le 3bisF (Aix-en-Provence), voyons voir, art & territoire (région), Centre d’arts plastiques Fernand Léger et le Centre d’art de Châteauvert.

Vernissage vendredi 28 août à 17h.

Dans le cadre de Manifesta 13 Marseille – Les Parallèles du Sud.

Lieu : La Salle des Machines
Une proposition de FRAEME.

Signal#HybridDay

Signal#HybridDay - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Exposition temporaire Performance artistique - Friche Belle de Mai - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Cinq performances pour investir les différents espaces de la Friche.
La vie d’une exposition d’art contemporain n’est pas un long fleuve tranquille et c’est tant mieux !

L’exposition Signal_Espace(s) réciproque(s) aurait dû être vernie le 13 mars dernier, elle est restée confinée 3 mois pour finalement être prolongée de 4. Ces rebondissements méritaient bien une fête avec des propositions qui fassent se rencontrer les artistes et le public, en vrai, enfin !

Le Centre Wallonie-Bruxelles I Paris, avec la complicité de la Friche et du GMEM-CNCM-Marseille, invite donc Claude Cattelain, Gwendoline Robin, Stephan Goldrajch, Brognon Rollin et Gaillard & Claude à investir les différents espaces de la Friche. Nombre des artistes exposants de Signal seront également présents pour faire de cet Hybrid Day un jour qui compte !

Cette initiative s’inscrit dans la programmation de la Saison Parallèle que le Centre développe cette année à Marseille en collaboration étroite avec des scènes et espaces majeurs de la cité phocéenne en arts visuels, littératures contemporaines, performances, cinéma, théâtre et danse.

AU PROGRAMME

• 15h : Place des Horizons
FORMWORK | Performance de Claude Cattelain
Le long d’un axe, déplacer successivement 5 coffrages de bois en les glissant un à un sous les arches constituées des 4 autres. Déplacer le coffrage avant l’incliner sur le corps pour le reculer sous les arches le redresser et le déplacer sur le côté redresser les deux coffrages formant l’arche avant déplacer un de ces deux coffrages l’incliner sur le corps pour le reculer sous les arches le redresser et le déplacer sur le côté incliner l’un sur l’autre les deux coffrages arrière afin de créer un nouvelle arche déplacer le coffrage avant…

• 16h : GMEM
HEIDI | Sortie de résidence de Gaillard & Claude
A l’origine, Heidi était une performance musicale ou un environnement sonore fonctionnait en intéraction avec une animation vidéo adaptée à l’architecture du lieu de présentation, à la manière d’une large peinture digitale et mobile faite de singes dégénérés, aux frontière de l’abstraction. Ne sachant par entre le son et l’image, lequel accompagne ou dirige lequel, la musique d’Heidi variait également selon le contexte et son heure et s’organisait autour du set déjà classique : live laptops – grosse sono – vidéo projection.
Encouragé.e.s à réactiver cet ancien projet et pseudonyme, le duo Gaillard & Claude est invité en résidence au GMEM à en proposer une nouvelle version basée sur le même principe et spécifiquement porduite à l’occasion du Signal#HybridDay

• 17h : Place des Horizons
CRATÈRE N°6899 | Performance de Gwendoline Robin
Née de la rencontre entre Gwendoline Robin, l’astronome Yaël Naze et l’océanologue Bruno Delille, Cratère N°6899 est une brèche qui nous renvoie aux origines du monde, quand les comètes ont rencontré la Terre et libéré de grandes quantités d’eau. En lien avec l’astronomie (qui scrute le ciel, les galaxies, regarde jusqu’aux confins de l’univers) et la géologie (qui remue la terre, les pierres, l’agencement des roches et des structures), la performance de Gwendoline Robin reconstitue à sa manière un événement qui a métamorphosé l’histoire de notre planète.
Cratère N°6899 est une performance qui met en scène une comète tombée sur Terre. Un cratère s’est formé : différentes transformations s’opèrent. Le paysage évolue au rythme des actions.

• 17h-19h : Belvédère
– LES JUGES | Performance de Stephan Goldrajch, avec Betty Mansion, Nathan Davies et Lauren Lecrique
« Trois juges entrent d’un même pas. Les juges sont collés les uns aux autres, tournent en cercles, délibèrent. Ne sachant toujours pas que décider. Et d’une seule voix ils prononcent… »
Bien avant que cela ne soit devenu une mode, Stephan Goldrajch s’est choisi un mode d’expression singulier, celui de la performance textile dont les interactions sociales sont essentielles. A côté de ses masques en crochets, il présente des aquarelles colorées qui font penser à l’évidence à celles de James Ensor.

– GLADSTONE’S RED RIGHT HAND | Performance de Brognon Rollin
A Londres, face à Bow Church, la statue de l’ancien premier ministre William Gladstone est vandalisée sans interruption depuis 140 ans. Sa main droite est sauvagement peinte en rouge. Son nettoyage est un exercice inutile, la marque revient toujours. L’identité de ceux qui commémorent la lutte des ouvrières de l’usine d’allumettes « Bryant and May » reste un mystère. En 1882, M. Bryant et M. May installent le bronze hommage au pouvoir en place devant leur usine d’allumettes. Un affront de trop pour les ouvrières qui suspectent son financement par une retenue sur leur salaire. Exposées 14 heures par jour au phosphore qui nécrose leur mâchoire, payées une misère, elles assistent en silence à l’inauguration, les poches pleines de tessons de verres, s’approchent une à une, s’ouvrent les mains et souillent la statue de leur sang. Leur geste lance un mouvement de révolte ouvrière baptisée « The Match Girl Riots ». L’usine a disparu, ce quartier londonien est devenu résidentiel, mais leur lutte n’est pas oubliée.

Lieu : Espaces de travail : les Manufactures , Le Toit-terrasse, (belvédère) et Le Module
Une proposition du Centre Wallonie Bruxelles | Paris avec la complicité de la Friche la Belle de Mai et du GMEM-CNCM-Marseille.

Bon à savoir : expositions ouvertes jusqu’à 22h ce soir-là !

Fonds de soutien

Fonds de soutien - Culture Et sinon… Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Evénement culturel  Exposition - Friche Belle de Mai - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Les artistes ouvrent les portes de leur atelier pour rencontrer et échanger avec le grand public
Les artistes accueillis dans le cadre du nouveau Fonds de soutien initié par la Friche, Fræme et Triangle France-Astérides ouvrent les portes de leur atelier au grand public. C’est l’occasion de les rencontrer, de discuter et de découvrir leur travail.

Les temps incertains que nous traversons fragilisent l’écosystème de l’art, affectant plus particulièrement les artistes. Dans ce contexte, la Friche, Fræme et Triangle France–Astérides ont décidé de mettre gracieusement à disposition d’artistes vivant et travaillant sur le territoire Marseille Provence des espaces de travail jusqu’à fin septembre 2020.

LES ARTISTES :

• Caetano
Caetano examine les implications du capitalisme cybernétique sur les constructions communes et sociales. Il programme des conditions afin d’inciter des manifestations sociales ayant le son, la lumière et le mouvement comme éléments de base pour travailler. Son travail est souvent présenté sous forme d’installations, bien qu’il ait également été exposé sous d’autres formes telles que des documents imprimés et numériques, des images en mouvement, des objets, des décors, des compositions sonores, de la danse, des performances et des DJ sets.

• Flore Saunois
Au travers d’installations, pièces sonores, performances, sculptures, ou éditions, Flore Saunois explore la matérialité du langage. Nommer rendant réel, elle s’intéresse au point de bascule entre apparition et disparition des choses. Tenter de suspendre la fugacité d’un objet, d’un événement ou d’un phénomène, tracer les contours de possibles, sont autant de moyens d’interroger, en creux, leur condition même d’existence. S’inscrivant dans une relecture des principes de l’art conceptuel, ses travaux explorent avec malice la brèche entre trivial et extraordinaire, le dérisoire comme source d’une poésie latente.

• Corentin Laplanche Tsutsui
Corentin Laplanche Tsutsui s’intéresse aux formes de l’idéologie (institutions, architecture, urbanisme) dans le développement des métropoles – comment, par leurs matériaux et leurs structures, elles façonnent leurs habitants et leurs usages. Son travail donne à voir des fragments de la métropolisation planétaire. Il développe actuellement un projet autour de la mise en lumière citadine – passée, présente et future – mêlant textes, photographies et installations lumineuses. Il réalise aussi des films, dont il extrait des objets dérivés. En 2019 il obtient la Mention spéciale du jury du Prix Émergences (Scam, Centquatre-Paris, Edis), pour son film Râ226 et son projet en écriture Ville Composite. Il vit et travaille à Marseille.

• Linda Sanchez
Linda Sanchez construit des principes de prises, d’enregistrement, de capture, entre sculpture et installation, dessin et vidéo. De l’horizontalité d’un plan d’eau à la trajectoire d’une chute, de la liquidité du sable à l’élasticité d’un liant, elle observe des phénomènes existants, les déplace, ajuste leur échelle, leur corrélation, leur durée. Des notions de hasard et d’ordre, de figures de chute, d’écriture du temps les récits se tiennent entre ce que c’est et ce que cela représente. Les oeuvres fixent le mouvement dans la matière, l’écrivent, le mesure ou le transcrivent. Procédés, opérations, mécaniques et systèmes, sont autant de modes de fabrication qui trouvent leur équivalence dans le langage de l’artiste. Un rapport à l’énonciation qui sous-tend, comme un script, un rapport non autoritaire au matériau en mouvement.

• Manoela Medeiros
« Les recherches de Manoela Medeiros se concentrent sur les techniques de l’architecture envisagées comme des déplacements, la matérialisation des cycles et des écosystèmes, la construction d’une réalité complexe au sein de laquelle la distinction entre nature et culture disparaît au profit d’un dualisme vitaliste. L’humain n’est pas exclu du monde ou en contradiction avec lui. Il est le monde. Ses décisions, ses gestes et ses actions, en relation avec les autres êtres dessinent les limites de sa condition. Les recherches de Manoela Medeiros s’étendent de l’archéologie contemporaine à l’écologie solidaire, de la poésie de Manoel de Barros au perspectivisme amérindien de Eduardo Viveiro de Castro. » Théo-Mario Coppola

Lieu : Espaces de travail : les Manufactures
Une proposition de la Friche la Belle de Mai, Fræme et Triangle France-Astérides