Le procès du siècle Assignée à comparaître : la Démocratie / Plaignant : le Peuple

Le procès du siècle Assignée à comparaître : la Démocratie / Plaignant : le Peuple - Culture Conférences - Débats Spectacles - Cirques Performance - Installation Théâtre Spectacle Table ronde - rencontres - débat - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Spectacles/événements
Rencontre et performance

Grands témoins invités : Nathalie Chouchan et Florent Guénard (philosophes)

Au moment où notre société cherche à réinventer ses modèles et à se donner de nouvelles perspectives, les citoyens sont invités à ouvrir le procès du siècle et à soumettre à examen quelques fondamentaux sur lesquels nous avions cru pouvoir établir notre assurance en l’avenir. Assignée à comparaître pour cette séance inaugurale : la Démocratie.

Au croisement du théâtre et d’une instruction judiciaire, Le Procès du siècle convoque l’accusée et les figures qui l’incarnent, qui devront répondre d’elles-mêmes.

Les participants aux séances du  » Gymnase des orateurs  » (7 et 9 novembre) sont les acteurs des procès des invités apportent un éclairage sur les sujets traités le public, à son tour, est sollicité pour prendre part aux débats.

Massalìa

Massalìa - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Exposition temporaire - Hangar Belle de Mai - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le Hangar BDM ouvre ses portes pour la première fois le 22 octobre avec l’exposition Massalìa.

Une exposition collective se déployant sur 2000 m2 qui met en lumière des artistes d’une nouvelle génération et de tout horizons afin de retranscrire une fraction des mélanges et des contrastes de la ville mais aussi de ses talents émergents.
Tous les bénéfices générés par les ventes de l’exposition seront partagés entre les artistes et des associations locales d’aide à l’enfance : Autour de l’enfant, la Maison pour tous Belle de Mai et Board Spirit Marseille.

Les artistes exposés : Delphine Dénéréaz, Sara Sadik, Inès Di Folco, Florent Groc, Nicolas Pesquier, Charlotte Lapalus, Pierre Pauselli, Thomas Mailaender, Nicolas Poillot, Léna Durr, Jayden Ali + Lotty Sana, Luisa Ardila, Basile Ghosn.
L’école Kourtrajmé Marseille présentera également une série d’oeuvres réalisées par les élèves.

L’exposition Massalìa se déroulera dans le respect des règles sanitaires en vigueur, le vernissage sera donc remplacé par trois nocturnes jusqu’à 21h, jeudi vendredi et samedi, dans le but d’étaler un maximum les visites.

« Indigne Toit, une histoire des délogés à Marseille » – Une exposition inédite et accessible à tous en hommage aux personnes délogées

« Indigne Toit, une histoire des délogés à Marseille » – Une exposition inédite et accessible à tous en hommage aux personnes délogées - Culture Expositions - Rétrospectives Audiovisuel - photographie - numérique Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Esplanade Bargemon - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La Mairie de Marseille a souhaité accueillir le travail du photoreporter Anthony Micallef et rendre accessible au plus grand nombre l’exposition  » Indigne toit, une histoire des délogés à Marseille »

Le 5 novembre 2018 à 9h05, deux immeubles situés aux numéros 63 et 65 de la rue d’Aubagne s’effondraient, entraînant la mort de 8 personnes. Ce drame a mis en lumière la dramatique réalité de l’habitat indigne à Marseille, mais également dans d’autres villes de France.

La nouvelle municipalité offre aujourd’hui un espace d’expression inédit au photoreporter Anthony Micallef afin de présenter à toutes les Marseillaises et tous les Marseillais son projet photographique et sonore  » Indigne toit, une histoire des délogés à Marseille ».

Du 28 octobre au 22 novembre, l’Hôtel de Ville et la place Bargemon seront recouverts du portrait d’hommes et de femmes délogés. Cette exposition veut  » mettre des visages et des voix sur des chiffres anonymes « . Conçue comme un hommage aux personnes délogées, cette exposition veut  » montrer pour relier les hommes, raconter pour délier les langues. « 

 » Mon métier de photoreporter indépendant, c’est de raconter ce que vivent les gens, de donner un écho à d’autres vies que la mienne. Quand les immeubles de la rue d’Aubagne se sont effondrés, il y a eu les médias du monde entier sur place, puis 10 jours plus tard il n’y avait plus personne. Moi j’ai commencé à photographier plusieurs semaines après, je ne voulais pas documenter le drame lui-même, mais ses conséquences sur la ville, la réplique du séisme sur les vivants. À cette époque, plusieurs fois par semaine, on pouvait voir des familles sortant de leur immeuble en urgence avec quelques valises, encadrées par les services d’urgence. Où allaient-elles et pour combien de temps, même elles ne le savaient pas. Je trouvais qu’en tant que photographe, c’était mon rôle de raconter cette disparition. « 

 » Indigne toit, une histoire des délogés à Marseille » d’Anthony Micallef avec le soutien de la Ville de Marseille

Exposition gratuite du 28 octobre au 22 novembre 2020

Hôtel de Ville & place Villeneuve Bargemon
13002 Marseille

Séance Spéciale : Les Equilibristes à Marseille

Séance Spéciale : Les Equilibristes à Marseille - Culture Conférences - Débats Projections Cinéma - documentaire Projection Table ronde - rencontres - débat - Le Gyptis - Belle de Mai - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Projection-débat du documentaire « Les Equilibristes » à 18h30, en présence de la réalisatrice Perrine Michel.
Précédée à 18h d’une rencontre autour du livre « Lettres en vie ».

Film « Les Equilibristes »
De Perrine Michel (France, 2020, 1h39, 4:3)
On ne vient pas ici pour guérir, mais pour vivre le plus pleinement possible ses derniers jours. Ici, c’est un service de soins palliatifs. Au quotidien, des soignants font corps et s’écoutent les uns les autres, pour être au plus près des patients. En parallèle des scènes montrant une médecine pleine d’humanisme, la voix de la cinéaste se fait entendre. Elle accompagne, elle aussi, sa mère à travers la maladie. Quatre danseurs mettent en lumière la chronique de cet accompagnement.

Livre : Lettres en vie
Six années de rencontres au sein d’une unité de soins palliatifs ont donné naissance à un livre de correspondances ultimes, des lettres de vie… Tous les auteurs seront là pour en parler !

Avant-première du film « Rouge »

Avant-première du film « Rouge » - Culture Projections Cinéma - documentaire Avant Première - Le Gyptis - Belle de Mai - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Nour vient d’être embauchée comme infirmière dans l’usine chimique où travaille son père, délégué syndical et pivot de l’entreprise depuis toujours. Alors que l’usine est en plein contrôle sanitaire, une journaliste mène l’enquête sur la gestion des déchets. Les deux jeunes femmes vont peu à peu découvrir que cette usine, pilier de l’économie locale, cache bien des secrets. Entre mensonges sur les rejets polluants, dossiers médicaux trafiqués ou accidents dissimulés, Nour va devoir choisir : se taire ou trahir son père pour faire éclater la vérité.

Avant-première de « Rouge » en présence du réalisateur Farid Bentoumi.

De Farid Bentoumi (France, Belgique, 2020, 1h28)
Avec Zita Hanrot, Sami Bouajila, Céline Sallette et Olivier Gourmet

Avant-première d’Indes Galantes

Avant-première d’Indes Galantes - Culture Conférences - Débats Projections Cinéma - documentaire Avant Première Table ronde - rencontres - débat - Le Gyptis - Belle de Mai - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Dans le cadre du festival Hip-Hop Society présenté par l’AMI et le Cabaret Aléatoire, nous vous proposons l’avant-première du documentaire « Indes Galantes » de Philippe Béziat, suivie d’une rencontre avec Michel Onomo, danseur du spectacle « Indes Galantes ».

C’est une première pour 30 danseurs de hip-hop, krump, break, voguing… Une première pour le metteur en scène Clément Cogitore et pour la chorégraphe Bintou Dembélé. Et une première pour l’Opéra de Paris. En faisant dialoguer danse urbaine et chant lyrique, ils réinventent ensemble le chef-d’oeuvre baroque de Jean-Philippe Rameau, Les Indes Galantes. Des répétitions aux représentations publiques, c’est une aventure humaine et une rencontre aux enjeux politiques que nous suivons : une nouvelle génération d’artistes peut-elle aujourd’hui prendre la Bastille ?

Indes Galantes
De Philippe Béziat (France, 1h48)
Image : Raphaël O’Byrne, Thomas Rabillon, Arthur Cemin, Balthazar Lab, Julien Ravoux

Hip Hop Society – Edition spéciale

Hip Hop Society – Edition spéciale - Culture Festivals - Fêtes Hip-Hop - Rap Danse Arts et Beaux-arts Cinéma - documentaire Festival - Le Gyptis - Belle de Mai - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

À l’heure d’une crise sanitaire qui nous prive de nos temps forts de rencontres et d’échanges, la culture hip-hop peine à se dégager un horizon proche sur les scènes de France, d’Europe et du Monde. Culture du mouvement et de la revendication, nous avons fait tout notre possible pour imaginer tous les scénarios d’une édition de Hip-Hop Society 2020.

À défaut de pouvoir accueillir les enfants en ateliers musique de siska et danse de Brigitte Auligne (Cre’scène 13) dans les studios de l’AMI, de se retrouver sur le playground de la Friche la Belle de Mai pour « freestyler », ou le soir au Cabaret Aléatoire pour « bouncer », Hip-Hop Society résiste en proposant une édition spéciale afin de rester une plateforme ouverte dédiée aux pratiques de la culture hip-hop et montrer notre volonté farouche d’accompagner par tous les temps les artistes émergents ou confirmés avec toute la diversité artistique qu’ils portent sur notre territoire et au-delà.

Pour animer tous nos espoirs de bientôt se retrouver, l’AMI – Aide aux Musiques Innovatrices et le Cabaret Aléatoire vous présentent la programmation #20.

Au programme :

• EMISSION RADIO
CLAQUETTES-CHAUSSETTES & MINO
Le 20 octobre à 18h30
Une émission – atelier, avec des jeunes de la Belle de Mai, chaque mardi en direct de 18h30 à 19h.

• MASTERCLASSES
Garages – du 26 au 30 octobre
Résidence artistique – du 28 au 29 octobre

• PROJECTION – Avant-première d' »Indes Galantes » de Philippe Béziat
Gyptis – 29 octobre à 18h
La projection sera suivie d’une rencontre avec Michel Omono, l’un des danseurs du spectacle.

• FORMATION
Les basiques de la sonorisation
30 octobre de 9h30 à 17h30
Cette formation s’adresse à des artistes musiciens des musiques actuelles en cours de professionnalisation.

• RESTITUTION AU CABARET ALEATOIRE (restitution captée et diffusée en Livestream)
31 octobre de 15h à 18h
Pour clôturer cette semaine de Festival en beauté, le travail des artistes fera l’objet d’une restitution captée et diffusée en Livestream.

RESTITUTION DES GARAGES : AMALIA ET THE TIME STUDIO
Suite à leurs garages dans les studios de l’AMI, Amalia et The Time Studio auront l’occasion de présenter leur projet artistique lors d’un showcase sur la scène du Cabaret Aléatoire. Ils seront notamment accompagnés aux platines par leur coach DJ DJEL.

DJ SET DE DJ DJEL
Présenter DJ Djel pourrait sembler facile au premier abord. Fondateur de la Fonky Family, des Don’t Sleep DJ’s, il a vendu des millions d’albums, fait des milliers de concerts, rempli des Zénith, fait parti du Top 10 des meilleurs DJ hip-hop français de tous les temps, etc.
Djel, c’est tout cela mais pas que : il y a quelques années, il a troqué son inamovible casquette contre le chapeau et la symbolique de ce geste est forte. Se sentant de plus en plus à l’étroit dans son costume de DJ hip-hop, il a décidé de prendre le risque de se faire plaisir en ne se donnant plus de limites, que ce soit en termes de genres musicaux, de lieux, de concepts. L’essentiel étant de prendre son pied avec la conviction que le pied est communicatif. Alors tel un ma(s)on, il abat les cloisons et fait de la place pour tout le monde.

CONCERT DE DARIO DELLA NOCE
Dario, de son nom complet Dario DELLA NOCE, né le 29 août 1994 à Paris, est un Rappeur, Auteur – Interprète. Il crée son premier groupe de rap en 2012 à Paris avec trois acolytes : Les Meutes. Ils font leurs premiers enregistrements et leurs premiers pas sur scène.Puis Dario emménage à Marseille en 2014, où il crée LADJA, accompagné du rappeur Awa et du beatmaker Pépé projet déjà soutenu à l’époque par l’AMI dans le cadre de l’édition MP2018 du festival. Durant 4 ans, ils font une quarantaine de dates, écument les salles de concert du centre-ville de Marseille à toute la France. Dario aujourd’hui mène une activité solo. Il est auteur de 3 EP sortie entre 2017 et 2019, accompagné de son beatmaker et binôme L.E.O. En mars 2019, il est programmé sur le festival Avec le temps, suite à quoi il entre dans la pépinière de la coopérative Grand Bonheur, ce qui lui permet désormais d’être accompagné dans le développement de son projet et la recherche d’un entourage professionnel.

DANSE AVEC LA COMPAGNIE CRÉ SCÈNE 13
Une proposition de la Compagnie de danse Cré Scène 13 fondée par Brigitte Auligine, partenaire historique d’Hip Hop Society, Ambassadrice Hip Hop U.S Embassy et Membre du Council International of Dance Unesco.

UN DUO : LE YIN ET LE YANG
Projet à l’initiative de Cré Scène 13 pour l’UNESCO.
La lune, le soleil,
Le féminin le masculin
La complexité, la complémentarité, le duel du sang, d’une soeur et d’une frère.
Chorégraphie : Brigitte Auligine
Danseurs : Ambre et Axel Ataroff
Réalisation : Marine Frechon et Simon Magnani.

LE GROUPE CRÉ SCÈNE 13 : LE POIDS DES MOTS
Projet à l’initiative de Cré Scène 13
Les cinq artistes interprètes ont choisi une direction différente inspirée de la situation et de la crise sanitaire pour s’exprimer à travers le langage Hip Hop guidés par le slam de l’artiste Grand Corps Malade.
Danseurs : David Colas, Faouzi Djaouel, Erickson Da Silva, Kemu Ribeiro et Brigitte Auligine.

Rencontre – lecture avec Anne Calas & Nicolas Pesquès

Rencontre – lecture avec Anne Calas & Nicolas Pesquès - Culture Et sinon… Littérature et poésie Lecture - café littéraire - Centre International de Poésie Marseille - cipM - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Rencontre / Lecture avec Anne Calas & Nicolas Pesquès

• Anne Calas
Anne Calas a été comédienne et chante aujourd’hui Boby Lapointe, Trenet, Vian.
En 2009 elle publie Chroniques d’ici (livre-cd enregistré par Arthur H et illustré par Jean-Michel Alberola, Item), puis en 2011 La Logique de l’escargot (livre-cd, Janninck, 2011), projet pluridisciplinaire qui a donné lieu à une exposition au musée de la Poste. En 2014, elle fait son entrée en poésie avec Littoral 12 (Flammarion), mais toujours de façon transversale, puisque ce livre est accompagné de paysages sonores. Suivront une, traversée avec Yves di Manno et honneur aux serrures (Isabelle Sauvage).
Enfin à l’automne 2019 Déesses de corrida (Poésie Flammarion).
Depuis 2015, elle anime à Sault-en-Provence Le Grand Sault, lieu de résidences et de rencontres littéraires et artistiques.

• Nicolas Pesquès
Nicolas Pesquès est né le 2 Juillet 1946. Il commence à écrire en mai 1971.
 Le poème « La face nord de Juliau » débute en 1980 il compte, en 2009, sept livres publiés.
 À l’origine, il s’agit d’une tentative de transposition : appliquer à l’écriture d’une colline ardéchoise l’insistance et l’assiduité de Cézanne sur son motif. Exprimer pas à pas le vif et l’intégralité du paysage. Mais dire une colline, compte tenu des phrases qui la façonnent et du corps qui les éprouve, c’est entrer dans la nuit de l’expression.
Le projet est devenu une aventure. Il a absorbé son questionnement, déplacé les éclairages. Il est happé et repoussé par cette relation qui interroge « la nature des choses » via l’articulation d’un langage.
Le projet est inachevable. En tant que poème, il est imprévisible. C’est du coeur de cette cécité qu’il travaille.
 Récemment, il arpente les terres de la couleur il y traque l’autonomie des mots, leur limite visuelle, l’appel du hors-langue. 
Les autres poèmes publiés (dont Trois Poèmes, éditions du Limon) peuvent être considérés comme des excroissances, des poussées respiratoires hors du tronc central.
 Parallèlement, la fréquentation de la peinture accompagne et nourrit l’ensemble du travail. Nicolas
Pesquès est également l’auteur d’essais et de textes sur la peinture et sur des artistes, notamment sur Gilles Aillaud, Anne Deguelle, Jan Voss, Aurelie Nemours etc. ainsi que d’une étude sur la poésie de Jacques Dupin.

En présence de Vincent Gimeno, Délégué général c/i/r/c/é – Marché de la poésie
Dans le cadre des Périphéries du Marché de la poésie de Paris.

Dans ÉPOPÉE, il y a POP ! – Christian Fiat

Dans ÉPOPÉE, il y a POP ! – Christian Fiat - Littérature et poésie Performance artistique - Centre International de Poésie Marseille - cipM - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Les Solos du Cipm peuvent prendre diverses formes : de la lecture à la performance, de la conférence à la discussion, en fonction de la spécificité des pratiques et des aspirations des invités. L’enjeu de cette forme de rencontre consiste pour l’auteur en un parcours rétrospectif et réflexif à travers son oeuvre, quelle que soit le degré de développement de celle-ci.

Quand je dis que dans ÉPOPÉE, il y a POP, j’exagère. Je force la langue. Je corromps l’étymologie de cette forme littéraire vieille comme le monde issue certainement de l’Iliade. J’en force l’interprétation pour y faire entendre la syllabe POP, culture (on dit la Pop culture) si proche de nous, inspirée d’univers tout fait : icônes, idoles qui s’agitent et qui brillent entre folklore et idéologie.

Vingt ans que j’y travaille, que j’y trouve l’énergie d’écrire et de publier des livres d’où surgissent Lady Di, Cosima Wagner, Sissi, Batman, Stephen King, Godzilla, La Comtesse de Ségur, Marcel Pagnol et dernièrement une inconnue énigmatique dont chaque Tea Time est l’occasion pour elle d’en découdre avec notre époque crépusculaire : « Si j’avais su, j’aurai fait la scream queen dans un film d’horreur… » dit-elle.

—Christophe Fiat

Epigenetic poetry – Giovanni Fontana

Epigenetic poetry – Giovanni Fontana - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Littérature et poésie Exposition temporaire - Centre International de Poésie Marseille - cipM - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’exposition Epigenetic Poetry, spécialement conçue par l’artiste pour le Cipm à l’occasion des Parallèles du Sud de Manifesta 13, présente une série de 22 poèmes visuels sérigraphiés sur supports rigides, l’ensemble composant la partition des interprétations sonores diffusées simultanément. L’installation organise l’espace en un parcours multisensoriel à l’intérieur du poème original ainsi créé. L’articulation des technologies d’impression et de diffusion sonore directionnelle permet de spatialiser l’expérience de la poésie et tend à élargir le concept d’intermédia qui soutient le travail de l’artiste.

Né en 1946 à Frosinone (Italie), performer, architecte, poète visuel et sonore reconnu au niveau international, Giovanni Fontana est l’un des principaux protagonistes des pratiques expérimentales de la poésie. Composées d’appareils électroniques de projection vidéo et de diffusion audio, intégrant des éléments graphiques très élaborés, ses oeuvres concrétisent la multi-dimensionnalité de sa recherche autour des modes de spatialisation du poème et de sa plastique textuelle et sonore. À la fois partition et instrument, ses installations et ses performances impressionnent par la rigueur de leur composition et l’importance prêtée par l’artiste au plaisir esthétique de leur réception, en particulier grâce à son travail sur la voix, enregistrée ou en direct.

Ouverture au public vendredi 11 septembre à 14h
Performance inaugurale vendredi 11 et samedi 12 septembre à 17h30

Dans le cadre des Parallèles du Sud de Manifesta 13.

Exposition coréalisée par la Fondation Bonotto, Alphabetville et le Cipm avec le soutien de l’Italian Council (7e édition 2019), programme de promotion de l’art contemporain italien dans le monde de la Direzione Generale Creatività Contemporanea du Ministero per i Beni e le Attività Culturali e per il Turismo.

Sur une proposition de Julien Blaine.
Commissaire : Patrizio Peterlini, directeur de la Fondation Bonotto.