Collection permanente du Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille

Collection permanente du Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille - Culture Expositions - Rétrospectives Sciences Exposition - Muséum d'Histoire Naturelle - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le Muséum d’histoire naturelle de Marseille a fêté en 2019 ses 200 ans et les 150 ans de son installation au Palais Longchamp, inauguré en 1869. Ce double anniversaire a été l’occasion de repenser les espaces d’expositions permanentes du Muséum pour offrir aux visiteurs une vision résolument contemporaine du patrimoine naturel et scientifique.

Des espaces repensés

Les expositions permanentes du Muséum situées au niveau 1 dataient de 1986 pour la Salle Safari, avec quelques remaniements dans les années 2000.
« Les présentations n’étaient plus d’actualité et n’intégraient pas une vision globale de la biodiversité. Les parties préhistoire et évolution ont été également reprises dans le nouveau parcours en intégrant l’ensemble des êtres vivants. » « Par ailleurs, une part des objets archéologiques rejoignent un nouvel espace du Musée d’histoire » indique son conservateur et directeur Anne MEDARD.

Le nouveau parcours innovant « Terre d’évolution », qui a ouvert ses portes au public le vendredi 18 septembre, à la veille des journées européennes du patrimoine, propose sur les trois salles de découvrir l’histoire du vivant, toutes espèces animales et végétales et toutes périodes géologiques et actuelle confondues
« En une seule exposition, le public part à la découverte de la biodiversité autour de sept thématiques : « Vivre là », « Se reproduire », « Se protéger », « Communiquer, percevoir », « Respirer ou pas », « Se nourrir » et « Évoluer ». « Les collections emblématiques du Muséum sont toujours présentes, mais elles sont complétées par des acquisitions de ces 15 dernières années non encore présentées » poursuit Anne MEDARD. Plus de 1 800 espèces sont exposées sur les 60 000 spécimens conservés dans les réserves du Muséum. « Ce sera plus de 1 000 découvertes nouvelles pour les visiteurs du Muséum ! »

La salle de Provence magnifiée

Protégée au titre des Monuments Historiques, la salle de Provence est une vitrine de la muséographie du XIXe siècle et offre un écrin unique aux spécimens fossiles et naturalisées de Provence, d’où de nombreuses espèces ont aujourd’hui disparu.
Elle regorge de nombreux détails historiques. Pas moins de 40 blasons provençaux accompagnent des fresques murales peintes en 1869 par Raphaël PONSON, représentant les principaux écosystèmes régionaux.  » Nous nous devions de conservé l’esprit de cette salle : c’est l’une des plus belles salles de France et d’Europe conservées dans son jus. Un « musée du musée » en quelque sorte. Mais nous en avons amélioré l’éclairage et, à l’entrée, nous proposons deux bornes interactives pour compléter la visite.  » indique le conservateur.

Sur les paliers des monumentaux escaliers en pierre, avec ses deux fresques de 1900 de Jean-François AUBURTIN, de nouveaux mobiliers complètent les vitrines historiques, conçues à l’origine de la création du Muséum, avec une présentation de la préhistoire régionale.

Un Muséum d’histoire naturelle à redécouvrir.
N’oubliez pas que le premier dimanche de chaque mois, tous les musées de Marseille sont gratuits !

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Trafics !

Trafics ! - Culture Expositions - Rétrospectives Animaux Environnement / Développement durable Sciences Exposition - Muséum d'Histoire Naturelle - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

TRAFICS !
Regard sur le commerce illicite des espèces sauvages

Exposition temporaire gratuite
Dans la continuité du Congrès mondial de la Nature – IUCN 2021 (Marseille septembre 2021)

L’exposition explore le thème du commerce illicite des espèces sauvages, constituant un trafic aux conséquences catastrophiques pour la faune et la flore, et le reste du vivant sur terre.

Quelles sont les espèces concernées ?
Quel impact sur la biodiversité ?
Comment lutter contre ce trafic mondial qui menace la survie de nombreux animaux et végétaux ?
Telles sont les questions auxquelles l’exposition propose d’apporter des éléments de réflexion et de réponse.

Le trafic d’espèces sauvages est estimé entre 8 et 20 milliards € chaque année, situé au 4ᵉ rang mondial en terme de rentabilité après le trafic de drogues, la traite d’êtres humains et le commerce des armes.

S’appuyant sur de nombreux spécimens issus du Muséum et de prêts des muséums, ainsi que de quelques prêts des muséums de Toulon-Var et d’Aix-en-Provence, l’exposition invite à mieux comprendre la Convention de Washington ou Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (C.I.T.E.S.). Cette dernière protège en effet 5 950 espèces animales et 32 800 espèces végétales dans 183 pays. D’autres mesures existent pour assurer la protection de la faune et de la flore sauvages menacées.

L’exposition est incluse dans le parcours permanent, via la Salle de Provence.