Ma nuit chez Maud – Les Mardis de la Cinémathèque

Ma nuit chez Maud – Les Mardis de la Cinémathèque - Culture Projections Cinéma - documentaire Projection - Cinémathèque de Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Dans la ville natale de Pascal, variations sur le discours amoureux…avec Dieu, le mariage, la chasteté ou le désir et la tentation ! Superbe trio d’acteurs.

Un film de Eric Rohmer (1969, 110′)
Avec Jean-Louis Trintignant, Françoise Fabian, Marie-Christine Barrault.

Oublier Palerme – Les Mardis de la Cinémathèque

Oublier Palerme – Les Mardis de la Cinémathèque - Culture Projections Cinéma - documentaire Projection - Cinémathèque de Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Francesco Rosi qui a inventé le film politique en Italie, filme Palerme vue par un américain qui vient rechercher ses origines…

Un film de Francesco Rosi (Italie, VO, 1990-91′)
Avec Philippe Noiret, Vittorio Gassman.

The Last Show – Les Mardis de la Cinémathèque

The Last Show – Les Mardis de la Cinémathèque - Culture Projections Cinéma - documentaire Projection - Cinémathèque de Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Ce « dernier spectacle » d’une station de radio qui doit fermer est l’occasion pour Altman, entre gaieté et gravité, de faire ses adieux au cinéma.

Un film de Robert Altman (USA, VO, 2006, 106′)
Avec Meryl Streep.

Les Tricheurs – Les Mardis de la Cinémathèque

Les Tricheurs – Les Mardis de la Cinémathèque - Culture Projections Cinéma - documentaire Projection - Cinémathèque de Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Dernier grand succès de Marcel Carné, « Les Tricheurs », sombre drame évoquant les problèmes d’une jeunesse en perte de repères, donne leur première chance à toute une génération d’acteurs promis à un bel avenir cinématographique.

Un film de Marcel Carné (1958, 120′)
Avec Laurent Terzieff, Pascale Petit.

La Piste des éléphants – Les Mardis de la Cinémathèque

La Piste des éléphants – Les Mardis de la Cinémathèque - Culture Projections Cinéma - documentaire Projection - Cinémathèque de Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Un riche planteur de thé épouse une jeune anglaise qu‘il ramène dans son magnifique domaine de Ceylan. Dans un technicolor flamboyant …le drame rode…

Un film de William Dieterle (VO, USA, 1953, 103′)
Avec Elisabeth Taylor, Dana Andrews et Peter Finch.

Rencontre – lecture avec Anne Calas & Nicolas Pesquès

Rencontre – lecture avec Anne Calas & Nicolas Pesquès - Culture Et sinon… Littérature et poésie Lecture - café littéraire - Centre International de Poésie Marseille - cipM - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Rencontre / Lecture avec Anne Calas & Nicolas Pesquès

• Anne Calas
Anne Calas a été comédienne et chante aujourd’hui Boby Lapointe, Trenet, Vian.
En 2009 elle publie Chroniques d’ici (livre-cd enregistré par Arthur H et illustré par Jean-Michel Alberola, Item), puis en 2011 La Logique de l’escargot (livre-cd, Janninck, 2011), projet pluridisciplinaire qui a donné lieu à une exposition au musée de la Poste. En 2014, elle fait son entrée en poésie avec Littoral 12 (Flammarion), mais toujours de façon transversale, puisque ce livre est accompagné de paysages sonores. Suivront une, traversée avec Yves di Manno et honneur aux serrures (Isabelle Sauvage).
Enfin à l’automne 2019 Déesses de corrida (Poésie Flammarion).
Depuis 2015, elle anime à Sault-en-Provence Le Grand Sault, lieu de résidences et de rencontres littéraires et artistiques.

• Nicolas Pesquès
Nicolas Pesquès est né le 2 Juillet 1946. Il commence à écrire en mai 1971.
 Le poème « La face nord de Juliau » débute en 1980 il compte, en 2009, sept livres publiés.
 À l’origine, il s’agit d’une tentative de transposition : appliquer à l’écriture d’une colline ardéchoise l’insistance et l’assiduité de Cézanne sur son motif. Exprimer pas à pas le vif et l’intégralité du paysage. Mais dire une colline, compte tenu des phrases qui la façonnent et du corps qui les éprouve, c’est entrer dans la nuit de l’expression.
Le projet est devenu une aventure. Il a absorbé son questionnement, déplacé les éclairages. Il est happé et repoussé par cette relation qui interroge « la nature des choses » via l’articulation d’un langage.
Le projet est inachevable. En tant que poème, il est imprévisible. C’est du coeur de cette cécité qu’il travaille.
 Récemment, il arpente les terres de la couleur il y traque l’autonomie des mots, leur limite visuelle, l’appel du hors-langue. 
Les autres poèmes publiés (dont Trois Poèmes, éditions du Limon) peuvent être considérés comme des excroissances, des poussées respiratoires hors du tronc central.
 Parallèlement, la fréquentation de la peinture accompagne et nourrit l’ensemble du travail. Nicolas
Pesquès est également l’auteur d’essais et de textes sur la peinture et sur des artistes, notamment sur Gilles Aillaud, Anne Deguelle, Jan Voss, Aurelie Nemours etc. ainsi que d’une étude sur la poésie de Jacques Dupin.

En présence de Vincent Gimeno, Délégué général c/i/r/c/é – Marché de la poésie
Dans le cadre des Périphéries du Marché de la poésie de Paris.

La Ronde – Les Mardis de la Cinémathèque

La Ronde – Les Mardis de la Cinémathèque - Culture Projections Cinéma - documentaire Projection - Cinémathèque de Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Sous l’apparence frivole d’une fresque sur les discours et les comportements amoureux, Max Ophüls dresse un constat d’une infinie tristesse : le bonheur n’existe pas.

Un film de Max Ophüls (1950, 110′).
Avec Simone Signoret, Danielle Darrieux.

Dans ÉPOPÉE, il y a POP ! – Christian Fiat

Dans ÉPOPÉE, il y a POP ! – Christian Fiat - Littérature et poésie Performance artistique - Centre International de Poésie Marseille - cipM - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Les Solos du Cipm peuvent prendre diverses formes : de la lecture à la performance, de la conférence à la discussion, en fonction de la spécificité des pratiques et des aspirations des invités. L’enjeu de cette forme de rencontre consiste pour l’auteur en un parcours rétrospectif et réflexif à travers son oeuvre, quelle que soit le degré de développement de celle-ci.

Quand je dis que dans ÉPOPÉE, il y a POP, j’exagère. Je force la langue. Je corromps l’étymologie de cette forme littéraire vieille comme le monde issue certainement de l’Iliade. J’en force l’interprétation pour y faire entendre la syllabe POP, culture (on dit la Pop culture) si proche de nous, inspirée d’univers tout fait : icônes, idoles qui s’agitent et qui brillent entre folklore et idéologie.

Vingt ans que j’y travaille, que j’y trouve l’énergie d’écrire et de publier des livres d’où surgissent Lady Di, Cosima Wagner, Sissi, Batman, Stephen King, Godzilla, La Comtesse de Ségur, Marcel Pagnol et dernièrement une inconnue énigmatique dont chaque Tea Time est l’occasion pour elle d’en découdre avec notre époque crépusculaire : « Si j’avais su, j’aurai fait la scream queen dans un film d’horreur… » dit-elle.

—Christophe Fiat