La Galaxie de l’Amour Instantané – Hervé Lassïnce

Créé en 2015, Trissotin ou Les Femmes Savantes, a réuni plus de 90 000 spectateurs et donné plus de 120 représentations, rencontrant partout un grand succès public et critique. Le spectacle en tournée en Chine en mars 2018, à l’invitation de l’Institut Français de Chine, a été ovationné à Guangzhou, Shanghai, Beijing et Tianjin !

Grande comédie de moeurs sur l’émancipation des femmes, Trissotin est à la fois une critique sociale intense et la photographie d’un désastre familial. Parce qu’un parasite s’y est introduit, la maison Chrysale est au bord de l’implosion !

Folie d’une mère toute-puissante, filles sacrifiées, femmes hallucinées, stratagèmes, ruse, violence inouïe des discours misogynes conçus comme autant de programmes pour les femmes et désarroi des hommes. Macha Makeïeff, dans cette relecture inédite de ce chef-d’oeuvre, transpose judicieusement la pièce dans les années 70 et fait entendre avec force et malice la férocité et la drôlerie inégalée du texte de Molière.

De Molière Un spectacle de Macha Makeïeff

Spectacle créé aux Nuits de Fourvière à Lyon en juin 2015

Georges Henri Rivière

Inventer un musée pour le 20e siècle.

Le 19e siècle fut un temps de fondation des musées, et le 20ème celui de leur développement, de leur mise en cause, de leur réinvention et souvent de leur redistribution. Avec ses collections issues du musée du Trocadéro, du musée de l’Homme et du Musée des arts et traditions populaires, avec les questions contemporaines auxquelles il se confronte, le Mucem peut incarner une part essentielle de cette évolution grâce aux objets et aux idées ici transmises par un homme, Georges Henri Rivière (1897-1985).

En prenant la vie de Georges Henri Rivière comme fil constitutif de cette histoire, l’exposition décline en une trentaine de séquences l’étendue de ses contacts personnels et l’ampleur de sa vision d’un monde en pleine transformation. Elle dresse d’abord son portrait intime : ses origines, sa formation, son rôle d’intermédiaire jusqu’au moment où il va engager, avec tous ceux qu’il entraîne à sa suite, une véritable révolution des musées, qui précède et inspire leur situation actuelle.

Fils d’un père bourgeois et d’une mère paysanne. Il se destine à la musique et découvre avec son oncle Henri Rivière, l’un des animateurs du cabaret du Chat noir, le monde des collectionneurs et des érudits mais aussi le regard d’un artiste parmi les siens, ami de Degas, graveur et photographe remarquable. Sa soeur, Thérèse Rivière, le suivra au Trocadéro, devenant, dès sa première mission dans les Aurès avec Germaine Tillon, une excellente ethnologue dont la carrière fut brisée par la folie.

On découvre un Rivière musicien curieux de tout ce qu’apportent les années folles, de l’art moderne au Jazz et à la mode, de la photographie et du cinéma au music-hall. Journaliste polémiste, participant aux meilleures revues, Cahiers d’art et Documents, il s’impose au musée du Trocadéro, après avoir réalisé en 1928 la première exposition sur Les arts anciens de l’Amérique. Infatigable intercesseur et organisateur d’événements chocs, prenant en exemple les musées étrangers, il conçoit le Musée de l’Homme, autour de ses collections ethnographiques, comme un instrument de partage social et scientifique ouvert par le Front populaire à l’occasion de l’exposition internationale de 1937.

Rivière comprend qu’au-delà de l’ethnologie des cultures exotiques il faut s’intéresser au bouleversement annoncé des cultures rurales et ouvrières des pays de France, créant cette même année 1937 un  » musée des arts et traditions populaires « . Notre parcours en déploie l’évolution, à travers ses expositions de préfiguration, jusqu’à son ouverture en 1972. Tout en restant proche des artistes, Picasso, Léger, et de leurs mécènes. Rivière explore et analyse les savoir-faire artisanaux et toutes les facettes de l’invention populaire, de l’imagerie jusqu’aux arts du cirque. Il révèle les forces, les beautés, l’humour et les potentialités d’un monde que l’on croyait révolu.

Commissariat général : Germain Viatte, conservateur.
Commissariat associé : Marie-Charlotte Calafat, adjointe du département des collections et ressources documentaires du Mucem.

J4 niveau 2 (1 200 m²)

# Georges Henri Rivière et le musée d’arts populaires : héritages et remises en cause en Méditerranée.
Colloque jeudi 13 et vendredi 14 décembre de 10h à 18h
En partenariat avec Labex Arts H2H
Entrée gratuite sur inscription à i2mp@mucem.org

# À l’époque du Boeuf sur le toit
Nuit vernie, table ronde, lecture, atelier, visite et ciné-concert
Du 14 au 16 décembre

# Vendredi 14 décembre, la Nuit vernie nous invite à découvrir l’exposition en nocturne avec, en parallèle, un live d’Étienne Jaumet qui revisite les standards de jazz à sa façon électro.

# Samedi 15 décembre de 9h à 18h45 – Parcours Georges Henri Rivière – 1er Hors-Pistes de Karwan
A l’occasion de l’exposition consacrée à Georges Henri Rivière par le Mucem, ce Hors-Pistes de Karwan propose une excursion sur les traces de ce pionnier de la muséographie contemporaine et dandy des Années Folles, mise en récit par Marion Rampal et Anne Corté sur fond de paysage camarguais, territoire riche en patrimoine ethnographique.
Tarif : 56 EUR (transport en car et déjeuner au restaurant compris)
Une production de Karwan en partenariat avec le Mucem, le Musée de la Camargue et le FNADT

Art-O-Rama salon international d’art contemporain

ART-O-RAMA, salon international d’art contemporain, se tient à Marseille chaque dernier week-end du mois d’août.
L’exposition en revanche dure jusqu’au 9 septembre.

Le salon réunit une sélection réduite et exigeante d’une trentaine de galeries et d’éditeurs venus développer des propositions curatoriales spécifiques. Son format intime et son engagement auprès des projets artistiques en font sa singularité. Étendant le traditionnel stand de foire à un véritable espace d’exposition, dont la configuration est directement liée au projet curatorial, Art-O-Rama porte une attention particulière aux oeuvres présentées.

Le week-end d’ouverture, en présence des galeristes, est prolongé par un temps d’exposition qui permet d’accueillir un plus large public d’amateurs d’art.

La sélection des galeries est effectuée en collaboration avec un comité artistique.

Vernissage le 31 août à partir de 18h. Entrée sur invitation à recevoir par inscription à la newsletter.

Art-O-Rama est produit par Art Plus, association résidente de La Friche la Belle de Mai.