Minimaliste + On The Road Again

Minimaliste + On The Road Again - Culture Expositions - Rétrospectives Projections Cinéma Photographie Exposition Séance / Projection cinéma - Marseille 3013 - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

C’est avec un immense plaisir que nous lançons notre première information sur notre grande exposition collective qui se met enfin en place.

Rendez-vous du 16 au 31 octobre 2021 au Marseille 3013, 300m2 dédiés à la création au 52 de la rue de la République.

Au programme
– des ateliers allant de la prise de vue à la Chambre au diaporama vidéo de photos en passant par l’éditing d’un livre photo;
– une conférence sur l’histoire des procédés anciens
– un safari photo avec 3 thèmes et de nombreux lots à la clé !
– deux expositions : 50 photographes exposeront chacun 3 tirages sur le thème « Minimaliste » et 45 séries seront proposées en projection sur le thème « On The Road Again » ;
– 57 photographes participent à ces expositions

Ouverture de l’expo samedi 16 octobre à 14h, avec vernissage à 18h.

Parcours permanents à la Buzine – La Cité du cinéma

Parcours permanents à la Buzine – La Cité du cinéma - Culture Expositions - Rétrospectives Cinéma Historique Exposition - La Buzine Maison des Cinématographies de la Méditerranée - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’espace exposition permanente présente une palette plus large et plus variée d’animations.

# LE PARCOURS SCÉNOGRAPHIQUE
Maison des cinématographies de la Méditerranée, le Château de la Buzine présente « La Cité du cinéma ». Ce parcours scénographique invite à un voyage en neuf étapes dans le temps depuis l’origine du VIIe art jusqu’au triomphe du numérique. La porte des étoiles… du cinéma s’ouvre et l’on avance au fil des évolutions techniques, des différents genres de film, des auteurs et des acteurs, dans des ambiances sonores et visuelles différentes pour atteindre le Hall of fame, boulevard mythique des stars.

• L’hologramme
Quoi de plus magique que le cinéma qui donne à voir et fait même parler, grâce à l’hologramme, une image virtuelle en relief pour embarquer le visiteur dans le voyage ? Rien n’existe et tout semble réel.

• La genèse du cinéma
1895, les frères Lumière présentent le cinématographe. Effrayés, les premiers spectateurs croiront que le train entrant en gare de La Ciotat va leur rouler dessus. Tout de suite, la magie de l’image animée était visible à l’écran. La suite ne fut qu’une suite sans fin d’améliorations.

• Trucages
Les pionniers du cinéma avaient déjà tout inventé pour abuser les sens du spectateur en lui faisant croire à des situations périlleuses qui ne l’étaient pas du tout sur le plateau de tournage. Art du trucage, le cinéma juxtapose les images différentes, filme à l’horizontale des actions qui paraîtront se dérouler à la verticale. Il nous trompe, on le sait mais on en redemande !

• Suspense
D’abord stupéfiant, puisqu’il faisait bouger des images depuis toujours inanimées, le cinéma a tout de suite compris quel pouvoir il exerçait sur les salles obscures en faisant rire, pleurer, frémir ou tenir en haleine le public. Tout peut donc arriver, et même qu’un monstre surgisse du miroir !

• Science-Fiction
Méliès, déjà, avait filmé le voyage dans la Lune. Ses successeurs ont développé, perfectionné et magnifié la technologie pour soulager le spectateur de la pesanteur et l’emmener très loin dans les étoiles ou dans le temps, ou l’exposer à des invasions d’extra-terrestres.

• Western
C’était l’histoire de l’Amérique, c’est devenu celle du monde avec ses grands espaces, ses épopées et sa mythologie. Le western contient et raconte toutes les aventures humaines possibles.

• L’animation
Le dessin animé accompagne et entretient l’enfance. Art à part entière, il réussit grâce au talent des créateurs à toucher tous les publics à des niveaux d’émotion et de compréhension différents et complémentaires.

• L’amour au cinéma
Amour au cinéma, amour du cinéma : les deux se mêlent dans la scène culte de  » Cinéma Paradiso  » pour des baisers sans fin. On peut verser une larme dans le noir, c’est permis et ça fait du bien…

• Hollywood boulevard
Pour service rendu au rêve, à l’émotion, au rire et au plaisir des spectateurs, le cinéma célèbre et récompense avec des trophées très convoités, ses créateurs et ses acteurs, jusqu’à les faire entrer dans la légende en écrivant leurs noms sur le trottoir.

• Full immersion 360°
Un voyage immersif extraordinaire…
Plongez à 20 000 lieux sous les mers, promenez-vous en forêts parmi les avatars dans le Jurassic park, envolez-vous dans la galaxie et le cosmos à travers la guerre des étoiles, explorez les capitales du monde : Paris, Tokyo, Shanghai, New York, Dubaï, version futuriste…
Une expérience hors du commun…

# DE L’AUTRE CÔTÉ DU TEMPS… LA BUZINE DE 1901 À 1920
Au 1er étage, retour dans l’histoire du début du siècle dernier, avec une exposition de photographies sur le Château de La Buzine tel qu’il était à l’époque ou les Pagnol traversaient le parc…
Un travail de mémoire réalisé avec la famille Bedel-Pallez.

# AUTOUR DE MARCEL PAGNOL
Au 2e étage, la partie consacrée à la vie et à l’oeuvre de Marcel Pagnol changera d’aspect et d’usage. Une reconstitution d’une salle de classe d’époque, avec pupitres en bois, estrade, tableau noir et cartes murales accueillera scolaires et groupes pour se mesurer aux textes de Pagnol.

Yves Montand

Yves Montand - Culture Expositions - Rétrospectives Cinéma Photographie Exposition - La Buzine Maison des Cinématographies de la Méditerranée - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’expo-hommage officielle du centenaire d’Yves Montand.

Rares ou jamais vus, conservés par Carole Amiel, les souvenirs, objets, documents, photographies et témoignages qui racontent une vie et une carrière exceptionnelles.

L’événement de l’année !

Jusqu’ici tout va bien + La Haine

Jusqu’ici tout va bien + La Haine - Culture Expositions - Rétrospectives Projections Cinéma Photographie Exposition Séance / Projection cinéma - Le Zef - Scène Nationale de Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Un vernissage, des photos à décrocher et à emporter avec soi, d’autres à contempler autour d’un verre, un livre et des dédicaces, un film culte du cinéma français, à découvrir pour la première fois, ou à revoir une énième fois…

Tout cela, le temps d’une soirée, entre images fixes et grand écran, en présence des artistes, pour un temps – rempli d’amour ! – de rencontres, d’anecdotes et de partage.

• 18h30 – Jusqu’ici tout va bien
Scénario en mains, Gilles Favier documente le tournage de La Haine, dans la cité de la Noé à Chanteloup-les-Vignes. Loin du traditionnel making-off, il arpente les rues du quartier en s’éloignant de la caméra. Les images qui en résultent ne sont pas un décalque de celles du film. Elles sont aspirées vers un hors-champ dans lequel se révèle la cité, ses habitants et, au milieu de tout ça, le cinéma se faisant. Cette exposition, en redonnant une épaisseur sociale à la fiction, acquiert évidemment une portée politique. En montrant l’attitude des habitants du quartier, les regards portés sur l’équipe de tournage, les grands espaces vides jonchés d’éléments de mise en scène, elle ramène l’œuvre a ses conditions de production. Surtout, elle témoigne d’une époque où les violences policières n’étaient visibles que par leurs stigmates, qui s’affichaient sur les écrans de télé : des visages tuméfiés, des portraits de défunts, des noms récurrents sur des banderoles. Aujourd’hui, les images de ces violences affluent sur les réseaux sociaux et les chaînes d’info en continu. Le problème de la fabrication de ces images, et de leur fonction dans une démocratie se pose avec une acuité plus grande encore. Qu’est-ce qui a changé depuis 25 ans ?

• 20h30 – La Haine
Film de Mathieu Kassoviz (1995)
Après une bavure policière, causant une grave blessure au jeune Abdel Ichaha, une nuit d’émeutes éclate entre les jeunes de la cité des Muguets et la police. Parmi ces jeunes aveuglés par la haine, trois amis, Vinz (Vincent Cassel), Saïd (Saïd Taghmaoui) et Hubert (Hubert Koundé) vont vivre la journée la plus importante de leur vie. Sans compter qu’ils portent, avec eux, le révolver chromé qu’un des policiers a égaré pendant les émeutes…

En présence du photographe Gilles Favier et du réalisateur Mathieu Kassoviz.

Âge : ≥ 12 ans

EUROPA, Oxalá

EUROPA, Oxalá - Culture Expositions - Rétrospectives Cinéma Peinture Photographie Sculpture Vidéo Divers arts Dessin Exposition - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’Exposition « EUROPA, Oxalá » s’articule autour des études mémorielles et postcoloniales, deux domaines interdisciplinaires en eux-mêmes, et offre la possibilité de découvrir un ensemble d’artistes et d’intellectuels européens, dont les parents sont majoritairement issus des anciennes colonies des empires d’outre-mer.

« EUROPA, Oxalá » a lieu dans trois pays européens – France (Marseille) / Belgique (Bruxelles) / Portugal (Lisbonne), et présente non seulement une exposition d’arts visuels, mais aussi une série de débats. L’exposition produira un catalogue et un livre d’essais, avec des textes d’auteurs de référence.
Les oeuvres exposées ont été réalisées par des « Enfants d’empires », à savoir des artistes des deuxième et troisième générations, nés et élevés dans un contexte postcolonial, et dont la production artistique, pour la plupart réalisée en Europe, apporte une réflexion sur l’héritage colonial, d’où le nom d’artistes de « post mémoire ». En tant que récepteurs de mémoires transmises par les parents et grands-parents, qui sont nés et ont vécu dans les territoires colonisés, tels que le Congo, Angola, Guinée, Bénin, Algérie ou Madagascar, ces artistes ont accueilli et hérité non seulement des voix, des sons, des gestes, mais aussi des documents visuels et des souvenirs, point de départ pour un important travail de recherche dans des archives historiques. Leurs productions artistiques, la réflexion qu’elles apportent dans le sens de la lutte contre le racisme, la décolonisation des arts, la déconstruction de la pensée coloniale, l’apport de nouvelles réalités et la façon singulière dont ces artistes conjuguent langages contemporains et processus traditionnels, constituent un apport essentiel pour l’Europe contemporaine. Le caractère novateur et transnational de leurs oeuvres a d’ailleurs profondément marqué la scène artistique et culturelle ces deux dernières décennies.

L’Exposition « EUROPA, Oxalá » au Mucem présente environ soixante oeuvres – peintures, dessins, sculptures, films, photos, installations – de vingt-deux artistes Abel Abdessemed, Aimé Mpane, Aimé Ntakiyica, Carlos Bunga, Délio Jasse, Djamel Kokene, Fayçal Baghriche, Francisco Vidal, John K. Cobra, Katia Kameli, Kader Attia, Mohamed Bourouissa, Josèfa Ntjam, Malala Andrialavidrazana, Márcio de Carvalho, Mónica de Miranda, Nú Barreto, Pauliana Valente Pimentel, Pedro A. H. Paixão, Sabrina Belouaar, Sammy Baloji, Sandra Mujinga.

« EUROPA, Oxalá » apporte une nouvelle visibilité envers un univers artistique qui témoigne de la puissance créatrice de la diversité culturelle européenne contemporaine, ouvrant des voies vers un nouveau sens à la notion d’Europe.

Rendez-vous – Septembre & octobre – Bibliothèque Saint-André

Rendez-vous – Septembre & octobre – Bibliothèque Saint-André - Culture Expositions - Rétrospectives Conférences - Débats Projections Cinéma Sciences Conférence / Débat / Rencontre Exposition Séance / Projection cinéma - Bibliothèque Saint André - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Programme

••• EXPOSITION
DU 21 SEPTEMBRE AU 2 OCTOBRE
Equal in Med : genre en Méditerranée
Exposition pour comprendre le phénomène d’inégalité entre les genres dans la zone méditerranéenne. C’est le résultat d’une rencontre de jeunesse qui a permis à vingt-trois participant.e.s égyptien.ne.s, françai.se.s, tunisien.ne.s et suédoi.se.s, d’échanger sur ce thème afin de réaliser plusieurs portraits internationaux. Un regard croisé et enrichissant sur les aspirations de chacun.e vis-à-vis de ces inégalités. Un projet humain et artistique où les participants ont essayé de retranscrire au mieux leurs ressentis, expériences et leurs idéaux autour de ce sujet.
En collaboration avec l’association Bokra Sawa.

••• RENCONTRE
SAMEDI 9 OCTOBRE À 10H30
Violences sur mineurs et impunité
À travers l’écriture de son livre Chois, Sophie Paris aborde le délicat problème des violences sexuelles subies par les enfants.
En présence de Sophie Paris, auteure, et de Régine Duval, modératrice.
Sur inscription.

••• PROJECTION
SAMEDI 23 OCTOBRE À 10H30
« Ayi » – Marine Ottogalli, Aël Théry[2019, 69 min]
Ayi vient d’une province rurale de l’est de la Chine et n’a pas le permis de résident qui lui permettrait de travailler légalement à Shanghai. Son quartier est voué à une destruction imminente, mais Ayi bataille pour gagner sa vie en évitant la police municipale.
Sur inscription.
En partenariat avec Les Yeux docs.