Collections permanentes – Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode

Collections permanentes – Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode - Culture Expositions - Rétrospectives Mode Divers arts Exposition - Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Dédié aux arts décoratifs, le musée présente dans les espaces du château Borély, une sélection de 2500 oeuvres : mobilier, céramiques, verres, tapisseries, objets d’art, objets exotiques rares, design et collections de mode, du XVIIIe siècle à nos jours.

Le visiteur découvrira des oeuvres mises en scène dans des « periods room » et des salles thématiques : superbes collections de faïence du XVIIIe siècle (des manufactures de Marseille et de Moustiers, entre autres) et du XIXe siècle (importante collection de céramiques de Théodore Deck,) grands ensembles décoratifs du peintre Louis Chaix, tentures de cuirs, papier-peint panoramique de la célèbre manufacture Zuber, suites de toiles peintes de Philippe Rey.

Le département Mode permet, selon l’actualité du musée, d’admirer les créations de Madeleine Vionnet, Pierre Balmain, Christian Dior, Yves Saint-Laurent, Elisabeth de Senneville, etc mais également de créateurs contemporains . Les présentations sont régulièrement renouvelées.

Des oeuvres de designers actuels, spécialement créées pour le musée, dont le lustre du grand vestibule réalisé par le designer Mathieu Lehanneur, les miroirs d’Hubert Legall ou les tapisseries de Laurence Aegerter, s’insèrent dans le parcours.

Le jeudi c’est Borély !

Un jeudi par mois, découvrez, en exclusivité, avec un spécialiste ou un artiste (plasticien, musicien, comédien, danseur…), un aspect des collections ou des expositions du Château Borély. Une occasion d’échanger ensuite ensemble autour d’un verre…

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Connectivités

Connectivités - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Divers arts Sciences Exposition - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’exposition propose de suivre les pas de Fernand Braudel et d’aborder la Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles comme un personnage dont il s’agirait de raconter l’histoire en l’inscrivant dans la longue durée, allant jusqu’à l’interroger sur le monde contemporain.

« Connectivités » raconte une histoire des grandes cités portuaires en Méditerranée aux XVIe et XVIIe siècles. Istanbul, Venise, Alger, Gênes, Séville et Lisbonne sont les centres névralgiques d’un monde ouvert marqué par une première mondialisation des échanges. Proposant aux visiteurs un saut dans le temps, cette histoire urbaine est également interrogée dans sa dimension contemporaine à travers quatre mégapoles et métropoles d’aujourd’hui : Istanbul, Le Caire, Marseille et Casablanca qui sont au cœur des connexions et des flux mondiaux. Elle permet au public d’appréhender les grands enjeux de l’espace méditerranéen contemporain.

Plus de 350 œuvres et documents sont présentés, provenant à la fois des collections du Mucem et de grands musées français et européens. L’une des originalités de l’exposition est de permettre au public de choisir son itinéraire entre les XVIe-XVIIe siècles et celui du XXIe siècle.

C’est mon genre

C’est mon genre - Culture Expositions - Rétrospectives Divers arts Sciences Exposition - Musée de la Moto - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Elle se compose de 14 panneaux de 60 cm sur 80.

Comme dans un livre illustré, chaque panneau raconte une histoire. Dans cette histoire, une héroïne ou un héros dénonce une injustice liée au fait qu’il est un garçon, qu’elle est une fille.
Des questions aident à libérer la parole des jeunes spectateurs et spectatrices.

Les panneaux sont classés par thème et proposent, à titre indicatif, l’âge considéré comme privilégié pour chaque histoire.

Ces histoires sont extraites d’album publié par l’édition Talents Hauts.

Bonne lecture !!

La révolte des cocottes ! Les poules en ont assez d’être les seules à nettoyer le nid et à couver pendant qu’Hadoc, le coq, et les poulets
fanfaronnent et se reposent. Menées par Charlotte, elles se révoltent.
Pourquoi les poules sont-elles fâchées ? Qui est la cheffe des poules ? Qui est le chef des poulets?
Quelles solutions sont trouvées pour finir la grève ?

Découvrez aussi Philo ! Philo voudrait faire de la danse mais les adultes veulent qu’il fasse du foot parce qu’il est un garçon.

Quant à Aurélie, elle aimerait conduire une voiture de course, mais son père ne veut pas parce qu’elle est une fille.
Heureusement, ils rencontrent d’autres personnages qui vont les aider à sortir de ces situations difficiles.

Ces héroïnes et héros nous montrent que tout est possible quand on le veut vraiment et que notre vie peut changer avec un peu d’écoute, d’amitié et de
respect.

Exposition « C’est mon genre »
• Exposition et collection permanente gratuites
• Durée de la visite 15mn – Débat 20mn
• Pour les groupes, les visites se font sur inscription
Au delà de 12 enfants, deux groupes sont constitués : une partie visite l’exposition, l’autre, le musée
• Une animatrice du service de la Jeunesse présente l’exposition aux enfants accueillis. Elle répond aux questions et anime un débat selon l’âge des enfants.

Je signe donc je suis de A à Z

Je signe donc je suis de A à Z - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Divers arts Exposition - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La signature est au cœur de l’abécédaire « Je signe donc je suis ». Écrire son nom sur un objet artisanal est la marque d’une revendication par son auteur de l’authenticité et de l’unicité de son œuvre, loin d’une série standardisée et anonyme. Signer, c’est signifier un statut social et artistique.
Chaque lettre de l’alphabet renvoie à un métier d’art, c’est-à-dire, au sens de la loi, « à une activité de production, de création, de transformation (…) caractérisée par la maîtrise de gestes et techniques en vue du travail de la matière et nécessitant un apport artistique ». Le maître-mot est ainsi le talent exprimé par ces créateurs.

L’utile ici est beau et bien réalisé : une terrine, un éventail, un coffre. La rue est embellie par une girouette, un dessin au pastel sur un trottoir, une enseigne ou une devanture de boutique. On pourrait s’y méprendre et prendre un joug de bœuf ou une tuile vernissée pour une sculpture moderne. On constate aussi la minutie du travail manuel d’un horloger, la patience des brodeuses travaillant durant des centaines d’heures à leur ouvrage, la qualité des matériaux constituant une vielle à roue.

Le savoir-faire se distingue par la maîtrise d’un répertoire de formes et de techniques anciennes ou modernes de fabrication, suite à l’apprentissage au sein d’un atelier, d’un corps de métier, d’une corporation d’artisans. La diversité des matériaux employés est ici mise à l’honneur, des matières les plus courantes aux plus insolites ou précieuses : cheveux, or, terre, zinc, etc…
Cette exposition fait sortir de l’anonymat des femmes et hommes du XVIIe siècle jusqu’à aujourd’hui : Marie Talbot, Lucien Corné, Antoine Oleyant… Au-delà de leur création, elle donne aussi à voir leurs portraits, leurs outils et leurs archives. Elle témoigne de leur apprentissage ainsi que de leur démarche créatrice et innovante, certains le faisant de manière isolée, d’autres appartenant à des lignées d’artisans ou pratiquant au sein d’ateliers.

L’abécédaire « Je signe donc je suis » est un appel à regarder les formes et les matières à travers les productions et les expressions artistiques les plus diverses. Les riches collections d’art populaire du musée sont convoquées pour valoriser les métiers d’art et les savoir-faire qui peuvent embellir notre quotidien. Loin de la hiérarchie des genres, elle interroge la nature de l’artiste-artisan.

Commissaire : Marie-Charlotte Calafat, conservatrice du patrimoine, responsable du département des collections et des ressources documentaires au Mucem.

EUROPA, Oxalá

EUROPA, Oxalá - Culture Expositions - Rétrospectives Cinéma Peinture Photographie Sculpture Vidéo Divers arts Dessin Exposition - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’Exposition « EUROPA, Oxalá » s’articule autour des études mémorielles et postcoloniales, deux domaines interdisciplinaires en eux-mêmes, et offre la possibilité de découvrir un ensemble d’artistes et d’intellectuels européens, dont les parents sont majoritairement issus des anciennes colonies des empires d’outre-mer.

« EUROPA, Oxalá » a lieu dans trois pays européens – France (Marseille) / Belgique (Bruxelles) / Portugal (Lisbonne), et présente non seulement une exposition d’arts visuels, mais aussi une série de débats. L’exposition produira un catalogue et un livre d’essais, avec des textes d’auteurs de référence.
Les oeuvres exposées ont été réalisées par des « Enfants d’empires », à savoir des artistes des deuxième et troisième générations, nés et élevés dans un contexte postcolonial, et dont la production artistique, pour la plupart réalisée en Europe, apporte une réflexion sur l’héritage colonial, d’où le nom d’artistes de « post mémoire ». En tant que récepteurs de mémoires transmises par les parents et grands-parents, qui sont nés et ont vécu dans les territoires colonisés, tels que le Congo, Angola, Guinée, Bénin, Algérie ou Madagascar, ces artistes ont accueilli et hérité non seulement des voix, des sons, des gestes, mais aussi des documents visuels et des souvenirs, point de départ pour un important travail de recherche dans des archives historiques. Leurs productions artistiques, la réflexion qu’elles apportent dans le sens de la lutte contre le racisme, la décolonisation des arts, la déconstruction de la pensée coloniale, l’apport de nouvelles réalités et la façon singulière dont ces artistes conjuguent langages contemporains et processus traditionnels, constituent un apport essentiel pour l’Europe contemporaine. Le caractère novateur et transnational de leurs oeuvres a d’ailleurs profondément marqué la scène artistique et culturelle ces deux dernières décennies.

L’Exposition « EUROPA, Oxalá » au Mucem présente environ soixante oeuvres – peintures, dessins, sculptures, films, photos, installations – de vingt-deux artistes Abel Abdessemed, Aimé Mpane, Aimé Ntakiyica, Carlos Bunga, Délio Jasse, Djamel Kokene, Fayçal Baghriche, Francisco Vidal, John K. Cobra, Katia Kameli, Kader Attia, Mohamed Bourouissa, Josèfa Ntjam, Malala Andrialavidrazana, Márcio de Carvalho, Mónica de Miranda, Nú Barreto, Pauliana Valente Pimentel, Pedro A. H. Paixão, Sabrina Belouaar, Sammy Baloji, Sandra Mujinga.

« EUROPA, Oxalá » apporte une nouvelle visibilité envers un univers artistique qui témoigne de la puissance créatrice de la diversité culturelle européenne contemporaine, ouvrant des voies vers un nouveau sens à la notion d’Europe.

Chartreuse « Marseille » 1921-2021

Chartreuse « Marseille » 1921-2021 - Culture Expositions - Rétrospectives Divers arts Exposition - Palais de la Bourse - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La Chartreuse, ce nom qui rappelle à la fois un massif alpin et un ordre religieux, est aussi celui d’une liqueur élaborée par les moines chartreux selon une recette ancestrale, restée confidentielle.

Épisode méconnu d’une saga internationale partie du Dauphiné : la présence à Marseille dans les années 1920 de la 5e distillerie des Pères Chartreux, au 15 rue de l’Obélisque – rebaptisée depuis rue Louis Maurel.

L’exposition Chartreuse « Marseille 1921-2021 », met en lumière cette partie de l’histoire de l’Ordre des chartreux jusqu’ici inconnue et permet de l’ancrer dans le patrimoine historique de la cité phocéenne.

A découvrir du 5 octobre au 4 novembre 2021
Grilles du Palais de la Bourse