Epigenetic poetry – Giovanni Fontana

Epigenetic poetry – Giovanni Fontana - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Littérature et poésie Exposition temporaire - Centre International de Poésie Marseille - cipM - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’exposition Epigenetic Poetry, spécialement conçue par l’artiste pour le Cipm à l’occasion des Parallèles du Sud de Manifesta 13, présente une série de 22 poèmes visuels sérigraphiés sur supports rigides, l’ensemble composant la partition des interprétations sonores diffusées simultanément. L’installation organise l’espace en un parcours multisensoriel à l’intérieur du poème original ainsi créé. L’articulation des technologies d’impression et de diffusion sonore directionnelle permet de spatialiser l’expérience de la poésie et tend à élargir le concept d’intermédia qui soutient le travail de l’artiste.

Né en 1946 à Frosinone (Italie), performer, architecte, poète visuel et sonore reconnu au niveau international, Giovanni Fontana est l’un des principaux protagonistes des pratiques expérimentales de la poésie. Composées d’appareils électroniques de projection vidéo et de diffusion audio, intégrant des éléments graphiques très élaborés, ses oeuvres concrétisent la multi-dimensionnalité de sa recherche autour des modes de spatialisation du poème et de sa plastique textuelle et sonore. À la fois partition et instrument, ses installations et ses performances impressionnent par la rigueur de leur composition et l’importance prêtée par l’artiste au plaisir esthétique de leur réception, en particulier grâce à son travail sur la voix, enregistrée ou en direct.

Ouverture au public vendredi 11 septembre à 14h
Performance inaugurale vendredi 11 et samedi 12 septembre à 17h30

Dans le cadre des Parallèles du Sud de Manifesta 13.

Exposition coréalisée par la Fondation Bonotto, Alphabetville et le Cipm avec le soutien de l’Italian Council (7e édition 2019), programme de promotion de l’art contemporain italien dans le monde de la Direzione Generale Creatività Contemporanea du Ministero per i Beni e le Attività Culturali e per il Turismo.

Sur une proposition de Julien Blaine.
Commissaire : Patrizio Peterlini, directeur de la Fondation Bonotto.

Passages – exposition de diplômé.e.s art & design 2020

Passages – exposition de diplômé.e.s art & design 2020 - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Exposition temporaire - ESADMM Ecole Supérieure d'Art et de Design Marseille-Méditerranée - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Passages
Exposition de diplômé.e.s art & design 2020
Un événement Manifesta 13 – Les parallèles du Sud, dans le cadre du Festival PAC.

Avec Marie Andrieu – Valentine Babolat – Blanche Becker – Camille Bonnel – Joséphine Chaney – Alice Charbonnel – Manon Dalmas – Juliette Delgado – Suzon Gazel – Fabien Gharbi – Abderrahim Kebbab – Aseel Kraedi – Samir Laghouati-Rashwan –
Camille Mollier Deguilhem – Naomi Monderer – Lucian Moriyama – Delphine Mullenbach – Sandrine Ozerov – Vivien Portier – Zana Riazi – Sébastien Ricou – Igor Yao Romaric – Lucien Roux – Cyprien Schaffner – Chloé Yvinou.

Des Traits d’union-s, c’est ce que dessine le moment privilégié de la passation des diplômes nationaux supérieur d’expression plastique en art et en design au sein d’une école d’art.

Les dialogues avec le jury de diplôme, puis avec les visiteurs sont la matérialisation de ces traits d’union-s qui, symboliquement, sont, non seulement le passage de diplôme, mais surtout celui du passage du statut d’étudiant.e à celui d’artiste, de designer.
Cette année, la crise sanitaire n’a pas permis cette rencontre fondamentale. Passages, la revisite et propose aux professionnels en art et en design et à un plus large public de venir à la rencontre des diplômé·e·s 2020 des Beaux-Arts de Marseille sur le site de Luminy.

Dimanche 25 octobre à 15h, remise du Prix François Bret, pour la deuxième édition.

Portes ouvertes – Amor Flamenco

Portes ouvertes – Amor Flamenco - Culture Expositions - Rétrospectives Musique Exposition temporaire - La Mesón - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Vernissage d’exposition à La Meson, de 18h à 20h.

AMOR FLAMENCO
Le collage comme une forme d’expressionnisme contemporain dans l’exaltation de l’émotionnel, un voyage intérieur, une façon de transformer l’expérience intérieure en image.
Chacune des pièces puise son vocabulaire plastique dans le domaine artistique, l’imagerie religieuse, la culture espagnole et le flamenco. Détournés de leur contexte initial et dessaisis, les sujets occupent de nouvelles places dans de nouveaux mondes, que celui qui regarde pourra investir de sa propre histoire. L’exposition « Amor Flamenco » propose de découvrir un univers artistique singulier, onirique et surréaliste, et révèle au public un corpus de collages, sorte de poésie narrative entre peinture et photographie.

La Tijera y el Papel
Restauratrice du patrimoine pendant plus de 10 ans, La Tijera y el Papel se consacre aujourd’hui à la création elle construit des mondes imaginaires à partir d’ images « ready-made » tirées de reproductions d’oeuvres d’art, de publicités, de cartes postales, de photographies sur les thèmes du Flamenco, de la culture espagnole, de la religion, et de l’Art en général.

Tout naturellement

Tout naturellement - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Exposition temporaire - Espace Jouenne - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’idée de nature dans la représentation artistique est au coeur de l’oeuvre des artistes exposés à l’Espace Jouenne ces prochaines semaines.

Avec la première saison de « Tout naturellement », Jean-Baptiste Gaubert, Lise Couzinier, Bernard Pesce, Jean-Noël László et Richard Roux-Giuge ré écrivent la nature, la ramènent dans l’espace d’exposition, dessinent un jardin imaginaire, un panorama immersif, pour nous permettre de la découvrir à travers une sensualité brimée, une émotion féconde.

Cette exposition en plusieurs Saisons pose donc la question de la relation de l’art à la nature, du peintre allant sur le motif, du photographe arpentant les sentiers, à l’insertion de l’oeuvre dans un environnement naturel ou à la production la plus engagée. Les objets de nature manipulés, interprétés par l’artiste peuvent en outre s’inscrire sur une échelle de temps, temps cosmique, temps géologique, temps cyclique de la vie végétale, temps fugace de l’événement.

À découvrir, tout naturellement !

Commissaire : Dominique Juan

Docks du livre

Docks du livre - Culture Foires, salons, marchés Et sinon… Foires et salons Littérature et poésie Foire et salon - Cours d'Estienne d'Orves - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’Association pour la promotion active du livre à Marseille propose un marché du livre réunissant une douzaine libraires professionnels, avec des livres anciens et modernes sur tous les sujets.

Caroline De Otero

Caroline De Otero - Culture Expositions - Rétrospectives Audiovisuel - photographie - numérique Exposition - Galerie du Tableau - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Vernissage le lundì 19 à partir de 18h30

Tout objet subit la métamorphose du regard.
Ainsi chaque image offre une approche décalée, secrète, à découvrir…
Une invitation à laisser parler l’imaginaire derrière l’apparente banalité d’une fourchette,
d’une bouteille, d’un presse-citron ou d’un bout de ficelle.
Si les jeux de lumière et de contraste s’imposent comme une voie royale vers l’abstraction, l’artiste conserve néanmoins une référence à la matière, plus figurative…
Comme pour mieux laisser respirer l’image, lui donner vie et profondeur.
Le mystère fait également partie des épreuves : le noir profond s’éclaire par endroits de reflets, de lignes, de taches lumineuses et de transparences.
Ainsi chaque photographie n’est plus l’image de quelque chose, mais quelque chose en soi.
Christophe Terral

Sortilèges au château – Annie Bascoul

Sortilèges au château – Annie Bascoul - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Mode Exposition temporaire - Musée Borély – Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Née à Valenciennes en 1958, Annie Bascoul est une plasticienne dont le travail tient tout autant de l’enluminure que de la sculpture. Sa recherche plastique est une défense de l’ornementation, qu’elle décline à travers la dentelle, la broderie, le dessin ou la sculpture. Ses oeuvres relèvent d’une esthétique fondée sur un raffinement qui appartient à une tradition classique mais dont la nature physique est aux antipodes de celle-ci.

Annie Bascoul puise son inspiration dans le règne végétal, les arts décoratifs, les beaux-arts et la mode. Elle joue sur les motifs classiques du XVIIIe siècle pour les intégrer dans des compositions monumentales et cependant aériennes, que le spectateur est invité à traverser. D’autres installations montrant des « robes », posées au sol ou suspendues, sont faites de matériaux naturels, artificiels et organiques dont les propriétés plastiques lui permettent de suggérer l’idée d’un corps. Elle a forgé sa propre calligraphie, qu’elle décline en broderie, mine de plomb, fil de fer ou de laiton.
Ses créations sont le fruit de la recherche d’un processus technique de fabrication, nourri mais aussi affranchi des savoir-faire traditionnels. Elles suggèrent le lien immanent entre l’Homme et la Nature.

Annie Bascoul est une plasticienne dont le travail tient tout autant de l’enluminure que de la sculpture. Sa recherche plastique est une défense de l’ornementation, qu’elle décline à travers la dentelle, la broderie, le dessin ou la sculpture. Ses oeuvres relèvent d’une esthétique fondée sur un raffinement qui appartient à une tradition classique mais dont la nature physique est aux antipodes de celle ci.
Amoureuse de la nature, elle joue sur les motifs classiques du XVIIIe siècle pour les intégrer dans des compositions monumentales et cependant aériennes, que le spectateur est invité à traverser. D’autres installations montrant des « robes », posées au sol ou suspendues, sont faites de matériaux naturels, artificiels et organiques.

Les créations d’Annie Bascoul sont le fruit de la recherche d’un processus technique de fabrication, nourri mais aussi affranchi des savoir-faire traditionnels. A la lisière de l’artisanat et des nouvelles technologies, elle étudie ainsi les possibilités créatives de l’impression 3D appliquée à la céramique : grâce à ce procédé, elle obtient des pièces uniques aux effets de texture étonnants.

Inspirée par les collections du château Borély et par sa situation entre parc et plages, Annie Bascoul propose un parcours original, permettant une nouvelle approche du musée. Elle présente oeuvres anciennes et créations récentes, dont une installation spécialement créée pour l’occasion. Les oeuvres, déployées sur les deux niveaux du musée, côtoient les collections permanentes et dialoguent avec elles : ses robes en crinoline de fer évoquent en effet tout autant les jardins à la française que certains modèles de stylistes contemporains de la collection de Mode du musée.

Consignes sanitaires en vigueur :
– port du masque obligatoire dans l’enceinte des musées
– respect des gestes barrières et de la distanciation physique
– gestion des flux et de la circulation des visiteurs

Nuit Européenne des Chercheur·e·s (édition 2020 en mode numérique)

Nuit Européenne des Chercheur·e·s (édition 2020 en mode numérique) - Culture Festivals - Fêtes Sciences et techniques Festival - Édition 2020 en mode numérique - Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Être chercheur, qu’est-ce que c’est ? De l’hypothèse au résultat se succèdent tout un tas d’éléments clefs, emboîtés tel des engrenages. Cette machine de savoir ne peut fonctionner que si tous ces éléments sont réunis et fonctionnels. Alors, êtes-vous prêts à passer de l’autre côté du miroir pour découvrir les rouages d’une recherche réussie ?

Pour cette 16e édition, quatorze villes vous invitent à venir rencontrer ces personnes, qui travaillent au quotidien pour faire avancer le savoir collectif. Sous la lanterne des petits secrets nocturnes, ils se confieront à vous pour vous faire part de la démarche de leur métier mais également des particularités de leur métier et des subtilités qu’ils peuvent rencontrer pendant leurs travaux.

Des dispositifs interactifs variés vous permettront de rencontrer des chercheur·e·s en tête à tête ou dans le noir, d’illustrer la déformation de l’information, de jouer avec des chercheur·e·s anonymes ou de découvrir bien d’autres aspects de ce métier. Alors tenez l’oreille et venez écouter les centaines de chercheurs investis dans cet événement vous faire leurs confidences… Mais chut, cela doit rester un petit secret nocturne !

Virage – Yohanne Lamoulère

Virage – Yohanne Lamoulère - Culture Expositions - Rétrospectives Audiovisuel - photographie - numérique Exposition temporaire - Le Zef - Scène Nationale de Marseille - À cour - Site du Merlan - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Yohanne Lamoulère photographie des gens. Ceux qui vivent où elle vit et où elle a vécu. Des corps en représentation dans des paysages meurtris. Ils mentent comme ils peuvent, immobiles et solaires. Ils jouent à se mettre en scène parce que c’est vital. Ils racontent des histoires et s’emparent de celles qu’on raconte sur eux. Certaines fictions sont confortables. On plonge dedans, on se les approprie.

D’autres sont mal taillées, alors on les tord ou on les rejette. Toujours du mensonge dans la rencontre. Ça se donne, ça se refuse. Ça s’apprivoise, dans un sens comme dans l’autre. Résultat : des centaines de confrontations consacrées par des bouts de papier exposés au mur. Et qu’est-ce que ça change ?

C’est la question que Yohanne Lamoulère se pose en retournant auprès de personnes déjà photographiées pour poursuivre une relation entamée souvent des années auparavant. En essayant de saisir à nouveau ce qu’elle leur a pris et ce qu’ils lui ont donné : une image de leur corps.

Voilà l’enjeu de ce rendez-vous. Tester la distance. La prendre ou la casser, comme à la boxe. Tourner autour pour y voir plus clair, puis s’enfoncer dans cette matière mixte et foisonnante. Des images, du texte, et un fanzine pour tenter de dire l’envers, en interrogeant la sincérité de la démarche documentaire et comprendre ce qui se joue dans l’intimité de ces moments, lorsque l’oeil est rivé sur une réalité qui le déborde.

Vernissage mardi 4 novembre à 18h
(+ rencontre avec la photographe + invités)

Ensemble de musique arabo-andalouse

Ensemble de musique arabo-andalouse - Culture Concerts - Opéras - Soirées Musique du monde Concert - Cité de la Musique - Bastide de la Magalone - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La musique arabo-andalouse à travers ses noubas n’a cessé de rayonner des rives de l’Andalousie à celles du monde arabe et méditerranéen depuis des siècles. Fouad Didi, venant de l’école de Tlemcen en Algérie, continue de transmettre cet héritage avec cet ensemble constitué d’élèves de la Cité (luth, mandoline, violon, derbouka, tar, chant).