Le Grand Massilia + Guests

Concert Rap à Marseille !

Le Grand Massilia réunira tous vos artistes préférés pour fêter sa première édition. Venez nombreux pour la plus grosse soirée de musique urbaine du printemps Marseillais 2019, et merci la Zone !

Rim’K

Leader du légendaire 113 de Vitry-sur-Seine jusqu’en 2004, membre du collectif Mafia K’1 Fry avec Kery James et Rohff, « l’enfant du pays » est depuis devenu rappeur aux rimes tout terrain.

Il trace une carrière riche et exemplaire, à tel point que sa pertinence intacte ne l’empêche pas de déjà faire office de tonton du rap hexagonal. Un tonton du rap toujours capable de flinguer, c’est pour ça qu’on l’aime.

The Crush + Expo Heng

Pour cette nouvelle année, LE MOULIN s’associe avec le collectif de graffeurs marseillais LARTMADA pour le plus grand plaisir de vos yeux ébahis. L’artiste HENG nous a créé un tableau futuriste, que vous pourrez retrouver en triptique sur les trois programmes de l’année 2019 dans vos bistrots préférés. Nous vous invitons le vendredi 7 février au Moulin Club à venir découvrir le fameux tableau autour d’un verre et d’une petite session des aficionados marseillais THE CRUSH. Bonne année 2019 à tous. L’équipe du Moulin

Heng commence à peindre à la fin des années 90. Le graffiti l’attire, il fait ses débuts sur Avignon, puis Aix et Marseille. Après des années à peindre uniquement sur les murs, il passe maintenant beaucoup de temps en atelier. Inspiré par la grande ville au départ et son coté démesuré, voire inhumain, il s’obstine à déconstruire le paysage urbain, à casser le rectiligne, à froisser la matière. Spontanément, ses toiles se couvrent de masses dynamiques qu’il façonne par petites touches ou dans un mouvement éructé, faisant surgir du néant un monde en clair-obscur fait de nuées de couleurs vives et de perspectives sauvages.

THE CRUSH
En tant que membre du groupe La Méthode, Pakdjeen roule sa bosse dans le milieu Hip-Hop phocéen depuis une bonne dizaine d’années. Il vient de former avec K-méléon son acolyte, un duo portant le nom de The Crush. Récemment on a pu le voir sur scène aux côtés de DJ Vadim, Monk-e, 3ème oeil, Black phunk, Reverie…ect. Producteur polymorphe capable de créer et produire plusieurs couleurs musicales, du hip hop à l’afro beat, en passant par des sonorités plus électroniques en y mettant sa touche personnelle. Passionné et activiste, il se met aux platines pour notre plus grand plaisir.

L’Augmentation – L’1consolable

L’Augmentation, un concert à votre façon.

Un employé souhaite obtenir une augmentation. Il se rend dans le bureau de son chef de service. Ce dernier est-il présent ou absent ?
Ainsi débute L’Augmentation, un concert ludique et interactif qui emmène le public au coeur de l’entreprise néolibérale contemporaine : management par le désir, harcèlement sympathique, servitude volontaire. L’1consolable raconte en 49 chansons le monde du travail et questionne le spectateur sur le poids de ses décisions dans une entreprise qui n’est pas la sienne. Chaque soir a donc lieu un concert unique où, selon le joueur qu’il est, le spectateur cherchera à obtenir son dû ou à explorer toutes les autres alternatives cachées de la fable.
L’employé parviendra-t-il à ses fins ? Comment va-t-il s’y prendre pour obtenir cette augmentation? Quels obstacles va-t-il rencontrer? C’est au public de décider.

Avec L’1consolable (écriture et interprétation) et Noémie Richard (mise en scène et régie).

JUL

En concert exceptionnel samedi 6 juin 2020 à l’Orange Vélodrome de Marseille !

JUL, l’ovni du rap game, déboule très bientôt sur les plus belles scènes de France ! Artiste le plus prolifique de sa génération, numéro 1 des ventes et des écoutes audio et vidéo, JUL a su conquérir un public hétéroclite et toujours plus nombreux. Sachant aussi bien faire danser ses fans que livrer ses préoccupations et celles de toute une génération, il s’érige peu à peu au rang d’icône.

Rendez-vous avec la TEAM dans les Zéniths et au stade Orange Vélodrome à Marseille pour des concerts d’anthologie !

Guts + Soulist + Hangtime

Pour notre première soirée What The Funk au Moulin Club on a voulu taper fort avec le Roi du genre celui qu’on ne présente plus Monsieur GUTS. Il sera accompagné par le Fresh Funk President l’irremplaçable Monsieur SOULIST. On rajoute à ça nos compatriotes d’Hangtime pour vous enjailler toute la night.

Si vous avez raté le début… D’abord caché dans les crédits des pochettes de disques à la rubrique « composition et production », Guts a assuré sa renommée de beatmaker en taillant la bande-son d’Alliance Ethnik, de Big Red ou des Svinkels. En solo depuis 2007 et son album « Le Bienheureux » (Wax On Records), il a ensuite élargie sa palette musicale avec « Freedom », un disque plus sombre mais aussi plus construit sorti sur son propre label Pura Vida. Exilé à Ibiza, c’est depuis son île des Baléares qu’il publiera en 2011 « Paradise For All », sur le label qui est encore à ce jour le sien, Heavenly Sweetness. And The Living Is Easy, I Want You Tonight, Brand New Revolution : chacun des albums recelait un titre devenu depuis classique.
Depuis 2013, il concocte avec son complice Mambo, les compilations Beach Diggin’, vouées à la découverte de galettes rares et ensoleillées. Depuis que le hip hop est entré dans sa vie par effraction, quelque part dans les années 80, Guts lui a consacré tout son temps et son énergie. Ciselant pour lui des milliers de samples, passant des nuits à la recherche du beat parfait ou de la mélodie justement calée, le regard dirigé vers l’Ouest, en direction du Bronx.

Guizmo + Guest

Lancé en solo suite à sa séparation avec le collectif l’Entourage, Guizmo représente l’avenir du rap français.

Inscrit dans une mouvance à la croisée du New School et du Old School le natif de Villeneuve-la-Garenne impressionne par ses punchlines affutées et son flow acerbe, le tout associé à une attitude « laid back » qui cache une énergie surprenante.

Tengo John + Infinit’

Un co-plateau avec deux nouvelles figures du rap français TENGO JOHN et INFINIT’ à l’Affranchi (Marseille).

TENGO JOHN
Tengo John est un jeune artiste parisien de 22 ans aux multiples couleurs et inspirations qu’il s’efforce de toujours réinventer et diversifier. Véritable touche à tout polyvalent depuis ses projets « Près Qu’Elle », et « Tortue de Jade », en passant par « N+UV » et « Multicolore », il s’est fait connaître plus largement à travers sa série de freestyle égotrip « Trois Sabres » (en 3 parties) où il réalise une démonstration de sa technique.
Spontané, entier, il essaie de retranscrire la totalité de ses émotions en musique et d’allier sens et performance. Il sort « Hyakutake » en novembre 2018.

INFINIT’
Infinit’, artiste originaire de Nice, écrit son premier texte à l’âge de 12 ans. En 2006 alors âgé de 18 ans il intègre le collectif D’en Bas Fondation avec lequel il participera à plusieurs compilations (Sud Est Sale, Rien qu’on charbonne 1 & 2) avant de sortir sa première mixtape solo « HDS » pour Haute Définition Sonore en 2011. S’en suit « Ma Vie Est Un Film » en 2013, « En attendant Plusss » et « Plusss » en 2015. Après de nombreuses collaborations avec des artistes tels que Alkpote, Alpha Wann, Nekfeu, Deen Burbigo ou Dj Weedim, il intègre le label Don Dada sous lequel sort NSMLM en 2017. Il revient prochainement avec son deuxième projet au sein du label parisien.

Lord Esperanza

Pour la seconde fois, L’Affranchi reçoit Lord Esperanza.

À seulement 21 ans, Lord Esperanza s’attache à multiplier les expériences pour affiner son propos. Bénéficiant d’un riche héritage culturel, l’artiste nous fait voyager entre tirades introspectives, révoltes altermondialistes et pointes d’égocentrisme.

DOPE D.O.D

Révélé en 2011 grâce à leur clip What Happened, Dope D.O.D. ne cesse depuis de faire grandir sa réputation.

Explosant les vues sur YouTube, faisant gronder les scènes des plus grands festivals d’Europe (Rock en Seine, Le Printemps de Bourges, Les Eurockéennes, Dour, The Great Escape, Paleo, Sziget) et enchaînant les featurings avec les plus grands noms – dans le hip hop ou ailleurs –, les membres du groupe ne semblent jamais s’arrêter, nous gratifiant environ tous les ans d’un nouvel album ou EP.
Et bien loin de se reposer sur leurs lauriers, le groupe de néerlandais se renouvellent continuellement, car leur devise est de proposer à chaque fois des sons jamais entendus jusqu’alors chez eux. Se comparant à un serpent qui mue pour se débarrasser de la peau dans laquelle il ne rentre plus Dope D.O.D. a déchiré son ancienne veste pour revêtir une nouvelle armure flamboyante.
S’ils évoluent dans un hip-hop harcore et dupstep, ils le colorent de différents horizons musicaux. Et si on retrouve des clins d’oeil et des influences de l’âge d’or du hip hop, ils n’oublient pas d’être contemporains et d’insuffler à leur rap de la trap ou de la drum’n’bass. Le flow agressif et venimeux du collectif est nourri par une esthétique gore, affichée à la fois sur scène, dans leurs clips et sur les pochettes de leurs albums.

Ne comptez pas sur eux pour faire dans la dentelle.