Festival O.Q.P – Opération Quartiers Populaires

Festival O.Q.P – Opération Quartiers Populaires - Culture Festivals - Fêtes Conférences - Débats Projections Expositions - Rétrospectives Hip-Hop - Rap Théâtre Histoire et sciences humaines Cinéma - documentaire Festival Exposition Table ronde - rencontres - débat Projection - Théâtre de l'Oeuvre - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La Compagnie Mémoires Vives arpente les Quartiers Populaires de différentes régions depuis 2006. Elle y construit avec les habitants, les jeunes, des projets de création partagées, des dynamiques artistiques et culturelles, des ateliers de création et de transmission pluridisciplinaires, des dispositifs d’accompagnement aux pratiques émergentes.

C’est pour participer à la parole contraire, contribuer à l’Égalité des Territoires et l’Égalité des Droits, que l’objectif central du Festival O.Q.P. est de donner un espace de parole, de diffusion des oeuvres et des idées, de réflexion, à des territoires et des populations qui au-delà des leurs difficultés sont de véritables bouillons de Culture, l’endroit des possibles, l’endroit des luttes sociales, des anciennes et des nouvelles solidarités, l’endroit des dialogue interculturels … la France, Une et Multiculturelle …

Le Festival O.Q.P. est itinérant … des périphéries urbaines ou rurales, des centres villes encore populaires, il traverse les territoires, va à la rencontre des habitants et s’installe dans des lieux chargés de sens …

Du 26 au 30 novembre à Belsunce – Théâtre de l’Oeuvre et du 9 au 13 décembre à l’ Espace Culturel Busserine

Théâtre de l’oeuvre :

► Les dimanches de la Canebière
Le 24 novembre à 17h00

Scènes ouvertes aux Cultures Urbaines / Open mic

Rap, hip-hop, slam, beat box, battle, mille façons de dire et d’écouter la jeunesse. Chaque propositions durera 5-10 minutes et permettra à quiconque de faire vivre la scène.

Accès au plateau et accompagnements artistiques les mardis soirs 18h00/20h00 pour les 15/25 ans. En partenariat avec Addap 13, Because U Art, Urban Prod, Ph’Art & Balise et Radio Galère. Dans le cadre du dispositif Prend la Pause Soirs et Week-End du CGET.

→ Pour participer : scene-ouverte@theatre-oeuvre.com

► Candidats pour du Beur ?
Le 25 novembre à 19h00

Film documentaire et rencontre avec le réalisateur Samir ABDALLAH (L’YEUX OUVERTS – 2012)

Avec de nombreux acteurs des luttes des quartiers populaires, de Clichy-sous-Bois à Marseille en passant par Roubaix et Nanterre, et les candidats Mouloud Aounit, Kamel Hamza, Slimane Tir, Salem Kacet, Faouzi Lamdaoui, Halima Boumedienne, Omar Slaouti, Najat Vallaud-Belkacem, Samia Ghali, Karim Zeribi, Rachida Dati, Rama Yade, Azouz Begag…

► Le secret de la Sauce Samouraï
Le 26 novembre à 10h00, 14h00 et 20h00

Un film de Benjamin PIAT (CIE MÉMOIRES VIVES – 2019)

Le quartier de Belsunce à Marseille fait l’objet d’une requalification Urbaine… Un projet de rénovation qui cache une politique de gentrification… Face à l’impuissance et à la résignation, un jeune héros décide d’entrer en résistance. Pour ce faire et mener le combat, il doit d’abord acquérir un grand savoir : le secret de la sauce Samouraï…

► Une longue journée de courts
Le 27 novembre
Cinéma

15h00 | Les courts de Belsunce, réalisés par la jeunesse marseillaise ! En partenariat avec l’Addap 13, Urban Prod, Phares et Balises, et des artistes invités.

19h00 | Carte blanche à Nawyr HAOUSSI JONES, jeune réalisateur de Belsunce qui par son cinéma raconte nos vies… Une découverte de sa filmographie en quelques court… Et une rencontre avec ses amis des Quartiers Nord, Adam Pianko et Daniel Saïd… En quelques courts

► Du Nord au Sud, récit d’une expérience
Le 28 novembre à 20h00

Théâtre, création 2018 (CIE DES PASSAGES)

En s’inscrivant dans la ligne du théâtre documentaire, Wilma Lévy revient sur une expérience vécue dans deux lycées marseillais que tout oppose, en terme géographique et sociologique. Le spectacle révèle les questions essentielles que cette rencontre à fait émerger…

Qu’est ce que la politique engage comme sentiment d’appartenance ou d’exclusion? Que reste-t-il des valeurs et des croyances liées à l’École de la République, aujourd’hui, en France

► Soirée Rap
Le 29 novembre

AFFAIRES DE FAMILLES
19h30 | Conférence “Rap & Héritage”
21h30 | Concert Awa + Guests

Awa, rappeur marseillais d’origine martiniquaise, nous embarque dans ses AFFAIRES DE FAMILLE… Du rap servi consciencieusement… une soirée en mots et en musique… entre remue-ménage et remue-méninges…

Espace Culturel Busserine :

► Yes I Am
Le 9 décembre à 19h00

Film documentaire et rencontre avec Mamadou DIAKITÉ (Give Dream – 2019)

Yes I Am a pour but d’ouvrir des perspectives positives et faire évoluer le regard porté sur les habitants des quartiers populaires. Témoignages de nouveaux modèles identificatoires, de parcours de réussite exemplaires… Histoire de casser les clicher, histoire de s’en inspirer pour ouvrir le champ des possibles…

► Le secret de la Sauce Samouraï
Le 10 décembre à 10h00, 14h00 et 20h00

Un film de Benjamin PIAT (CIE MÉMOIRES VIVES – 2019)

► Je zappe et je matte
Le 11 décembre à 19h00

Ateliers théâtre du Collège Edouard Mannet (Création 2019)

Louisa est seule à la maison, elle pensait en profiter pour regarder la TV mais si c’était la TV qui la regardait ? Perdue entre deux écrans, deux âges, deux mondes… Quelle sera l’issue de la soirée ? Avec cette pièce, les élèves du club théâtre ont choisi d’aborder avec humour les sujets qui les questionnent.

► Elles disent…
Le 12 décembre à 19h00
Théâtre, création participative 2018 (Théâtre de l’Oeuvre)

Les héroïnes de Belsunce se joignent à Louise Michel pour faire résonner les voix de femmes du quartier. Ensemble, elles interrogent la place des femmes dans l’histoire et dans l’espace public, elles parlent de genre, d’éducation, de travail, elles livrent leurs histoires, coups de gueule intimes, politiques et poétiques. Avec les héroïnes de Belsunce et des collectifs de femmes à découvrir.

► Soirée de clôture : Rap | Danse | Performances | Stand’Up
Le 13 décembre à 20h00
Une pure soirée, genre explosive mais dans le sens festif du terme avec un cocktail de talents qui gagnent à être connus…

Une carte blanche à l’association ALAFOU… Une performance, des ateliers STAND UP de Teninw le magnifique… et des invités de la Famille…

INFORMATIONS :

Réservations Théâtre de l’Oeuvre :
Billetterie en ligne sur le site du Théâtre : theatre-oeuvre.com
Réservations Espace Culturel Busserine :
APECB : latifarfr@yahoo.fr
ECB : 04 13 94 85 00

Police !

Police ! - Culture Expositions - Rétrospectives Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Archives Municipales - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

POLICE ! Les Marseillais et les forces de l’ordre

Malgré la place dans l’imaginaire marseillais de la criminalité et de son corollaire, l’action de la
police, que connaît-on vraiment de l’histoire des forces de l’ordre à Marseille, sinon quelques
grandes figures du  » milieu  » ou  » affaires  » retentissantes ?

Les Archives municipales de Marseille proposent une synthèse inédite de l’histoire de l’institution
policière et de ceux qui l’ont faite, du XVIeme siècle aux années 1970, retraçant ainsi
l’histoire des rapports quotidiens entre les Marseillais et les forces de l’ordre, dans une ville
réputée indisciplinée.

AUTOUR DE L’EXPOSITION :

► Visites commentées : les vendredis et samedis à 14 h 30
(individuels, sans réservation), les mardis à 14 h 30 et vendredi à 10 h 00
(groupes, sur réservation au 04 91 55 33 75).

► Visites et animations pour les scolaires : les jeudis sur rendez-vous au 04 91 55 22 70/06 32 87 15 95

► Conférences, en association avec les Bibliothèques de Marseille salle de conférences de l’Alcazar, les jeudis à 17 h 00 :

– 19 décembre 2019 : Jean Contrucci, auteur des  » Mystères de Marseille  » (JC Lattès éditions).
– 16 janvier 2020 : Alain Tourre, auteur de l’  » Histoire de la police judiciaire de Marseille  » (Mareuil éditions).
– 19 mars 2020 : Jean-Marc Berlière (Université de Bourgogne), sur les polices municipales en France au XIXème et début XXème et l’étatisation de la police à Marseille en 1908.
– 26 mars 2020 : Marc Labouz (directeur de la police municipale de Marseille).
– 2 avril 2020 : Jean-Marie Guillon (Aix-Marseille Université), sur la police à Marseille pendant la Seconde Guerre mondiale.

► Journée d’études, en collaboration avec l’Université d’Aix-Marseille :  » La Recherche et la Cité « , vendredi 7 février 2020 aux Archives municipales.

► Conférences et démonstrations, en collaboration avec la Police nationale : sur les métiers de la police (police scientifique et technique, identité judiciaire, brigades cynophiles,…): 1er trimestre 2020 (dates à venir).

PROGRAMME SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

Exposition accompagnée d’un ouvrage:

 » Police ! Les Marseillais et les forces de l’ordre  » (éditions David Gaussen)

Les 150 ans du Palais Longchamp

Les 150 ans du Palais Longchamp - Culture Et sinon… Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Histoire et sciences humaines Evénement culturel  Exposition - Palais Longchamp - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Palais Longchamp- Musée des Beaux-Arts – Muséum d’histoire naturelle

PORTES OUVERTES ÉVÉNEMENT : LES 150 ANS DE LONGCHAMP (1869 – 2019)

12, 13, 14 ET 15 DÉCEMBRE 2019

WEEK-END EXCEPTIONNEL DE GRATUITÉ DANS LES DEUX MUSÉES

Édifié pour célébrer l’arrivée des eaux de la Durance, le Palais Longchamp fête ses 150 ans en 2019. A cette occasion le public pourra découvrir, dans l’aile Ouest, le nouvel accrochage des collections du musée des Beaux-Arts, enrichi d’environ 60 oeuvres nouvellement restaurées, ainsi que, dans l’aile Est, la nouvelle muséographie du muséum en avant-première de l’espace Préhistoire provençale de la Salle de Provence, classée aux Monuments historiques.

► 200 ans de curiosité #1 spécial Palais Longchamp

L’exposition se déroule hors les murs, dans le parc : une promenade dans l’histoire du muséum, du palais et de son jardin zoologique, à travers photographies et documents d’archives.

► 200 ans de curiosités #2 spécial Muséum

Découverte de l’histoire des collections scientifiques, de quelques spécimens rares et visualisation virtuelle des futurs réaménagements intérieurs.

ANIMATIONS

► Vendredi 13 décembre de 18h à 21h, samedi 14 et dimanche 15 décembre de 13h à 18h
Le public se fait photographier devant un Palais Longchamp dans un esprit XIXe siècle et repart avec un souvenir personnalisé évoquant les 150 ans de l’inauguration de ce magnifique édifice à la gloire des Arts, des Sciences et de l’Eau.
Dans la limite des places disponibles.

RENCONTRE

► Samedi 14 décembre de 11h à 12h30 et de 14h à 17h
Séance de dédicaces avec Laurence TALAIRACH, auteure des livres jeunesse Enquêtes au Muséum, de l’ouvrage La malédiction du gecko dédié aux collections du muséum d’histoire naturelle (éditions Plume de Carotte).

Fontaines animées, visites guidées, soirée avec le collectif Borderline et animations jeune public rythmeront ces journées exceptionnelles.

Prison Miroir

Prison Miroir - Culture Conférences - Débats Projections Expositions - Rétrospectives Audiovisuel - photographie - numérique Cinéma - documentaire Histoire et sciences humaines Exposition temporaire Projection Table ronde - rencontres - débat - Friche Belle de Mai - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Que dire sur la prison que nous ne sachions déjà ? Depuis ce lieu, quelle place l’artiste peut-il occuper ? Que pouvons-nous apprendre de ces lieux de contraintes qui ne soit pas déjà su, médiatisé, reconnu ?

Prison Miroir est un événement multiple : deux expositions photographiques, « Détenues », de Bettina Reims et « Un oeil sur le dos », d’Arnaud Théval, une rétrospective des films réalisés par les artistes Caroline Caccavale et Joseph Césarini, Regard depuis la prison – un studio de cinéma en prison, et deux grands week-ends de rencontres, performances, écoutes sonores, qui chacun interroge la relation entre l’art et la prison.

Une proposition de Lieux Fictifs et de la Friche la Belle de Mai.
Avec le soutien du Ministère de la Justice, la Direction de l’Administration Pénitentiaire la Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires le Tribunal de Grande Instance de Marseille le Barreau de Marseille et la Fondation de France.

Vernissage vendredi 25 octobre à 18h.

WEEK-END 1
*programme prévisionnel

VENDREDI 25 OCTOBRE 2019
• Vernissage des expositions photographiques Détenues de Bettina Rheims et Un oeil sur le dos d’Arnaud Théval Inauguration de l’événement « Prison Miroir ».

SAMEDI 26 OCTOBRE 2019
• Écoutes sonores avec France Culture et Radio Baumettes (documentaires, émissions, interviews, …)

• Table Ronde « Regards Croisés : L’art de Déconstruire »
Avec Bettina Rheims – Photographe • Arnaud Théval – Artiste • Caroline Caccavale – Réalisatrice • Nadeije Laneyrie-Dagen – Historienne de l’art • Isabelle Gorce – Présidente du Tribunal de Grande Instance de Marseille • Christine Charbonnier – Secrétaire Générale de la Direction Régionale des Service Pénitentiaire • Christophe Bass – Avocat du Barreau.
Modérateur : Tewfik Hakem (France culture)

• Plaidoirie d’avocats du Barreau de Marseille
« Doit-on avoir peur de la prison ? »

DIMANCHE 27 OCTOBRE 2019
• Projection De jour comme de nuit de Renaud Victor, collaboration à la réalisation Caroline Caccavale et Joseph Césarini (Dans le cadre de la Rétrospective Régard depuis la prison)

WEEK-END 2

VENDREDI 7 FÉVRIER 2020
• Table ronde 2 : l’art de coopérer – Grand Témoin Laure Adler – 18h30 à 20h
Modératrice : Leïla Delannoy (sociologue)
Avec Nicolas Frize – Musicien • Arnaud Théval – Artiste • Pascale Cassagnau – Critique d’art, Inspectrice générale de la création, Centre national des arts plastiques (Ministère de la culture) • Franck Tanifeani – Président du comité prison de la Fondation de France, Administration Pénitentiaire • Fabienne Gontiers – Directrice adjointe de la maison d’arrêt d’Aix-en-Provence

• Conférence de Laure Adler – 20h à 21h
Comment repenser autrement nos rapports à l’imaginaire de la prison ?
La prison déborde-t-elle plus encore que jamais, de quoi, avec qui ?
Quelle disruption possible aujourd’hui pour penser la prison dans le dispositif global ?

SAMEDI 8 FÉVRIER 2020
• Rencontre
Rencontre avec des écrivains et lectures de textes sur la prison et sur l’enfermement.

• Concours d’éloquence
« Qu’est-ce qu’un monde sans prison ? »
Un concours d’éloquence réalisé par les élèves de la classe terminale « maintenance nautique » du Lycée professionnel Poinso-Chapuis, suite à 28h d’atelier avec l’association Eloquentia Marseille.

• Projection – 20h – au cinéma le Gyptis
 » 9m2 pour deux  » de Joseph Césarini et Jimmy Glasberg – Prison des Baumettes – 2005.
Suite de la rétrospective des films de Lieux Fictifs au cinéma le Gyptis.

Histoires du Muséum – 200 ans de curiosités

Histoires du Muséum – 200 ans de curiosités - Culture Expositions - Rétrospectives Audiovisuel - photographie - numérique Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Parc du Palais Longchamp - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’année 2019 marque un double anniversaire. Créé en 1819, le Muséum d’histoire naturelle de Marseille fête en effet, cette année, ses 200 ans et les 150 ans de son installation au Palais Longchamp (inauguré en 1869). Cette commémoration est l’occasion de repenser les espaces d’exposition permanentes du Muséum, à l’aune du 21e siècle, pour offrir aux visiteurs une vision résolument contemporaine du patrimoine naturel.

Pendant la fermeture du Muséum aux publics et la refonte des expositions permanentes, le Muséum propose une exposition temporaire en deux temps.

•• Épisode # 1 Spécial Longchamp hors les murs / Parc Longchamp
Du 28 juin 2019 au 26 avril 2020

Le Muséum propose sur l’ensemble de l’ancien Jardin zoologique, depuis les grilles monumentales du Palais Longchamp, jusqu’aux cages aux fauves dans le dernier secteur du jardin, une exposition photographique. Autant de documents d’archives qui invitent visiteurs et promeneurs à revivre l’arrivée de l’eau de la Durance à Marseille, la vie de l’ancien jardin zoologique et la construction du Palais Longchamp.

•• Épisode # 2 : Spécial Muséum / Salle d’exposition temporaire du Muséum, Palais Longchamp, aile droite, niveau 2
Du 14 décembre 2019 au 26 avril 2020

Le Muséum rouvre ses portes pour une exposition temporaire sur le niveau 2, qui revisite plus de deux siècles d’enrichissement des collections.
Grâce aux dons, achats, échanges et collectes, le Muséum de Marseille possède aujourd’hui plus de 600 000 spécimens historiques et patrimoniaux, reflets de la vie politique, économique et scientifique, depuis le 19e siècle, jusqu’à l’actualité scientifique de ce début de 21e siècle.
Les petites histoires de quelques pièces phares nourrissent l’Histoire des sciences et l’évolution du rapport de l’Homme et de notre société à l’animal et à la nature. Thylacine disparu, girafomania, éléphant récalcitrant ou éléphant mascotte, mosasaure des profondeurs, ou encore mystérieux gecko géant, sortiront de leurs réserves et raviront petits et grands curieux…
Des photographies d’archives viennent compléter le discours sur le Jardin zoologique et l’arrivée du canal de Marseille sur le plateau Longchamp et sur les 150 ans du Palais Longchamp.

Mémoires du quartier de la Cayolle : 1944-2019

Mémoires du quartier de la Cayolle : 1944-2019 - Culture Expositions - Rétrospectives Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée d'Histoire de Marseille / Voie historique - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Mémoires du quartier de la Cayolle

Le musée d’Histoire de Marseille, le Comité d’Intérêt de Quartier Hauts de Mazargues-La Cayolle et Marseille Rénovation Urbaine présentent une exposition multimédia qui explore le récent passé du quartier de la Cayolle, situé aux portes du Parc national des Calanques, au Sud de Marseille. Basée sur un important travail de collecte d’archives réalisé par le CIQ, elle évoque l’histoire du quartier de 1944 à nos jours, et plus spécifiquement celle du camp du Grand Arénas, qui a accueilli plusieurs communautés en transit entre 1944 et 1966.

À travers un dispositif multimédia – film documentaire, production interactive multimédia, diaporama -, le visiteur découvre l’histoire des migrations sur le site (travailleurs coloniaux indochinois, juifs tunisiens et marocains, immigrés maghrébins…), l’évolution urbaine et de l’habitat (installations d’urgence après 1945, cités de relogement, bidonville, mise en place de
ZAC et projet de renouvellement urbain contemporain).

Enfin, c’est un aspect important de l’histoire contemporaine de Marseille qui est dévoilé au travers du regard de ceux qui l’ont vécue.

Cette exposition est présentée au sein de la séquence 13 du musée d’histoire de Marseille, section consacrée à une vision ouverte, vivante et innovante de la ville contemporaine, de ses enjeux et de ses acteurs.

AUTOUR DE L’EXPOSITION

INSTALLATION SONORE

Les contes de la Cayolle
> Samedi 12 octobre de 10h à 12h et de 14h à 17h
Installé dans un transat, le visiteur écoute la narration à travers le regard et la voix des habitants de ce quartier, Jeanne, Bachir ou Joseph, dans une mosaïque de récits où le conte se mêle aux souvenirs. D’après Au creux de la colline, la Cayolle contée, la Cayolle racontée ouvrage réalisé avec les habitants du quartier en 2013 (par l’Association Robins des Villes – commande de Marseille Rénovation Urbaine).

[RDV de 10h à 12h : galerie marchande du centre commercial, chemin du Roy d’Espagne, 13009 Marseille]

[RDV de 14h à 17h : parc ludicosportif de la Cayolle, 50 bd du Vaisseau, 13009 Marseille]

En complément, en libre écoute :

L’allée des calanques https://audioblog.arteradio.com/ blog/132329/balade-sonore-allee-descalanques#

La Soude, la Jarre, la Cayolle. Trois quartiers, trois identités, réunis autour du projet de rénovation urbaine labellisé aujourd’hui éco-quartier et désormais reliés par l’Allée des Calanques.
Découverte de l’itinéraire piéton et cyclable en cours de construction, depuis le parc Bartoli aux Calanques… Les habitants parlent de leurs quartiers. MP3 et casque à disposition le samedi 12 octobre dans le cadre de l’installation sonore des Contes de la Cayolle

BALADES URBAINES

La Cayolle, une autre histoire de Marseille Une collection de balades proposées par le Bureau des guides du GR2013 et le musée d’Histoire de Marseille en compagnie de l’association Ancrages et des artistes
Hendrik Sturm, Nicolas Memain et le collectif SAFI.

> Samedi 16 novembre à 10h
Croisant histoire des migrations et histoire urbaine, le visiteur revit les mutations du quartier de La Cayolle. Une mosaïque de récits d’exil et de parcours résidentiels emblématiques des mutations de la ville.
Sur réservation : ancrages.org
Tarif : gratuit
[RDV : arrêt du bus n°23 SormiouJarre en face du centre commercial, direction Beauvallon 13009 Marseille]

> Samedi 7 décembre à 9h30
Le Nord du Sud ? Éloge des chemins buissonniers de la Cayolle, avec Nicolas Memain, artiste-marcheur. Sur réservation : www.gr2013.fr
Tarif : gratuit
[RDV à 9h : métro Rond-point du Prado OU à 9h30 arrêt du bus n°23 SormiouJarre en face du centre commercial, direction Beauvallon 13009 Marseille]

L’histoire du fort Saint-Jean

L’histoire du fort Saint-Jean - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Histoire et sciences humaines Expostion permanente - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

A travers une sélection d’oeuvres et d’objets (en partie issus des collections du Mucem), l’exposition « Ruralités » explore les fondements de l’agriculture et de l’élevage en Méditerranée. Du Néolithique à nos jours, de l’invention de l’agriculture à la naissance des dieux, l’exposition propose une odyssée de 10 000 ans à la découverte des hommes, des cultures et des techniques qui ont contribué à façonner le monde d’aujourd’hui.

La présentation s’attache plus particulièrement à la « triade méditerranéenne » (céréales, vigne et olivier), à l’élevage et à la domestication de l’eau douce… Autant de problématiques qui, à l’heure de la démographie urbaine galopante, des bouleversements climatiques et de la réduction des ressources en eau, entrent en résonance avec les enjeux contemporains.

Commissaire : Edouard de Laubrie, responsable du pôle « Agriculture & Alimentation », Mucem
Comité scientifique : Jean-Paul Aeschlimann, agronome, Montpellier-Zeev Gourarier, directeur scientifique et des collections, Mucem-Christine Lorre, conservateur du patrimoine, musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye
Direction artistique, muséographie et scénographie, mandataire : Studio Adeline Rispal
Design et ingénierie multimédia : InnoVision
Design et ingénierie sonore : Diasonic
Eclairage muséographique : Licht Kunst Licht
Production des films : Film d’introduction L’oeil graphique, Label 42 studio : Mucem-Foyer des agricultures dans le monde et productions agricoles : Sabine Allard-Mare Nostrum Paysages méditerranéens : Les films du Soleil-Le voyage de la sakieh : Centre d’études Alexandrines-Threshing broadbean – battage des fèves : Patricia Anderson-PATREM : Dominique Bidaubayle, L’Omnibus : Samuel Keller et Mickael Zeilder, Protis-Tv : Philippe Houssin-Amour de pains : Dominique Czarny, Edouard de Laubrie – MNATP/Mucem

Avec le soutien de Domaines et Châteaux de Châteauneuf-du-Pape et la participation du Fonds épicurien.

On n’a rien inventé !

On n’a rien inventé ! - Culture Expositions - Rétrospectives Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée d'Histoire de Marseille / Voie historique - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Produits, commerces et gastronomie dans l’Antiquité romaine.

Dans le cadre de « Marseille-Provence 2019, année de la gastronomie en Provence », le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône propose des manifestations dans tout le département mettant à l’honneur les produits du terroir, les acteurs du monde agricole (vignerons, meuniers, oléiculteurs, éleveurs) et de la mer (pêcheurs) ainsi que les restaurateurs.

À cette occasion, le Musée départemental Arles antique et le musée d’Histoire de Marseille sont partenaires pour organiser l’exposition hors les murs du Musée Départemental Arles Antique « On n’a rien inventé ! » présentée du 15 juin au 29 septembre 2019 au musée d’Histoire de Marseille.

L’exposition retrace les découvertes archéologiques liées aux aliments utilisés au cours des temps (vin, huile, poissons, …) et la gastronomie actuelle. Elle met en valeur des producteurs et produits gastronomiques provençaux, en ancrant leur savoir-faire dans le passé antique.

Il s’agit donc d’une exposition comparatiste mêlant objets antiques et objets contemporains. Outre les exceptionnelles collections du musée d’Arles, l’exposition emprunte des oeuvres à de nombreux musées français et étrangers : musée du Louvre, musée d’Histoire de Marseille, musée d’art et d’histoire de Genève, musée Calvet, musée de Saint-Romain-en-Gal, musée de Dijon, Inrap, Cnrs, Drassm, …

Le service archéologique du musée d’Histoire de Marseille propose pour l’occasion une exposition-dossier Marseille à table qui déclinera sur une grande « table – vitrine » 20 000 ans d’arts de la table des Marseillais.

Kharmohra – L’Afghanistan au risque de l’art

Kharmohra – L’Afghanistan au risque de l’art - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Depuis 2001, une nouvelle génération d’artistes a vu le jour en Afghanistan, après 20 ans de guerres et un gouvernement taliban hostile aux formes artistiques et aux pratiques culturelles. Mais le contexte de paix retrouvée a vite basculé dans celui d’une nouvelle guerre entre le gouvernement afghan, les forces de la coalition internationale et les talibans. Des attentats en série ont fragilisé le pays, ciblant les villes et imposant une sécurisation des lieux publics

de plus en plus sévère jusqu’à l’attaque suicide survenue le 11 décembre 2014 dans la salle de spectacle de l’Institut français d’Afghanistan à Kaboul. Fragilisée par ces enjeux sécuritaires, la scène culturelle et artistique locale n’a pas disparu pour autant. Les artistes ne se sont pas tus, inventant de puissantes réponses formelles et le public n’a pas non plus déserté les lieux, prenant des risques parfois vitaux.

L’exposition vise à interroger les effets de cette problématique dans la création, la diffusion et la réception de l’art et de la culture, en Afghanistan et ailleurs. Elle déplace ainsi des questions qui touchent particulièrement les pays méditerranéens fragilisés par des attentats qui ont ciblé des lieux de culture et de patrimoine et qui menacent en sourdine l’ensemble de la création. Centrée sur l’actualité et partant du paradigme afghan, cette exposition sera accompagnée de journées d’études et d’une programmation artistique (cinéma, théâtre et musique).

L’originalité de cette exposition est de donner à voir cette création contemporaine, loin des idées reçues et des attentes romantiques souvent portées en Occident à l’encontre de l’Afghanistan. Elle se focalise sur l’étrange et complexe dialogue qui se noue entre des artistes avec la situation d’insécurité et les réponses très variées qu’ils lui apportent. L’exposition présente une soixantaine d’oeuvres d’artistes contemporains : photographies, peintures, objets d’art, vidéos, installations, calligraphies. Cette sélection présente les oeuvres les plus originales et les plus représentatives de cette génération en rendant compte de la variété des supports et des formes qu’ils explorent pour exprimer l’horreur des attentats et d’une mort omniprésente dans un espace urbain devenu hostile à ses habitants et pour témoigner, non sans humour, des croyances dans une sécurité promise et jamais atteinte et des désillusions amères qu’elle provoque.

Portes ouvertes  » Kharmohra « 

Jeudi 21 novembre, découvrez gratuitement et en avant-première la nouvelle exposition du Mucem  » Kharmohra – L’Afghanistan au risque de l’art « .

À 17h, les onze artistes afghans participant à l’exposition se réunissent au Salon bleu du Mucem (sur la terrasse du J4). L’occasion d’un échange (en plusieurs langues), traduit et modéré par la commissaire de l’exposition Guilda Chahverdi, accompagnée d’Agnès Devictor, conseillère scientifique du projet.
Comment va l’Afghanistan aujourd’hui ? Que signifie  » être artiste « , dans un pays en guerre ? Qu’ont-ils souhaité raconter à travers les oeuvres présentées au Mucem ? Toutes vos questions sont les bienvenues !

Suivi d’un cocktail au Café du fort Saint-Jean (19h).

Tarifs
Entrée libre
Lieu Mucem, fort Saint-Jean— Bâtiment Georges Henri Rivière
Horaires Jeudi 21 novembre 2019 à 16h00

Connectivités

Connectivités - Culture Expositions - Rétrospectives Histoire et sciences humaines Expostion permanente - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La Galerie de la Méditerranée fait peau neuve : à partir de novembre 2017, sa deuxième section accueille une nouvelle exposition semi-permanente.  » Connectivités  » raconte une histoire des grandes cités portuaires de la Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles : Istanbul, Alger, Venise, Gênes, Séville et Lisbonne sont alors les points stratégiques de pouvoir et d’échanges dans une Méditerranée qui voit naître la modernité entre grands empires et globalisation.

Prenant pour socle de réflexion La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, l’exposition propose de suivre les pas de l’historien Fernand Braudel et d’aborder cette Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles non pas comme un objet d’étude aux bornes chronologiques strictes, mais comme un personnage dont il s’agirait de raconter l’histoire en l’inscrivant dans la longue durée, allant jusqu’à l’interroger dans la période contemporaine.

Invitant les visiteurs à un saut dans le temps, cette histoire urbaine est également abordée aujourd’hui, à travers l’évolution de territoires portuaires contemporains : les mégapoles d’Istanbul et du Caire et les métropoles de Marseille et de Casablanca. Il s’agit en effet d’aborder la ville en développement comme le lieu vers lequel convergent et s’intensifient les flux, les connections, les échanges, et donc, le pouvoir.

Avec le soutien d’Interxion, de NGE et du Club de l’Immobilier.

# L’histoire du fort Saint-Jean
Installation multimédia permanente au fort Saint-Jean, Galerie des Officiers
Au coeur du fort Saint-Jean, la Galerie des Officiers nous invite a une promenade visuelle à travers l’histoire de cette forteresse marseillaise. De la fondation de Massalia à l’ouverture du Mucem, ce parcours donne a voir et comprendre les métamorphoses du site du fort Saint-Jean, dont l’histoire est indissociable de celle de Marseille et du Bassin méditerranéen.
Un véritable mille-feuille architectural qu’il s’agit ici de déconstruire à travers des films, des maquettes et des dispositifs interactifs présentés au fil des salles de la Galerie des Officiers.
Un projet sous le commissariat de Patrick Boulanger, docteur en histoire et conseiller a l’Action culturelle de la CCI Marseille Provence.
Avec la participation de Myriame Morel-Deledalle, conservatrice en chef du patrimoine au Mucem et commissaire d’expositions.

En famille
L île aux trésors
Autour de l exposition  » Connectivités « 
Espace enfants et parcours numérique pour les 4-12 ans
Équipés d un journal de bord (une tablette tactile), les petits aventuriers et leurs grands accompagnateurs partent à la découverte de la Méditerranée du temps des grands empires, dont ils explorent les principaux ports pour y récolter des trésors. Une fois le voyage terminé, chacun partage ses incroyables trouvailles sur une grande carte de la Méditerranée !
Le week-end de 13h à 19h
Dernier prêt de tablettes à 17h30