Histoires du Muséum – 200 ans de curiosités

Histoires du Muséum – 200 ans de curiosités - Culture Expositions - Rétrospectives Audiovisuel - photographie - numérique Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Parc du Palais Longchamp - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

200 ans de curiosités.

Épisode 1 : Spécial Longchamp – à partir 18 mai 2019

Exposition hors les murs de photographies et documents d’archives dans le Parc Longchamp, une invitation à revivre plus de 150 ans d’histoires marseillaises autour des collections naturalistes, de l’arrivée de l’eau de la Durance à Marseille, de l’ancien jardin zoologique et du Palais Longchamp.

Épisode 2 : Spécial Muséum – à partir du 19 octobre 2019

De Bonaparte à Clot-Bey

De Bonaparte à Clot-Bey - Culture Expositions - Rétrospectives Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Bibliothèque Alcazar BMVR - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’Alcazar, bibliothèque de Marseille, et l’Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille vous invitent à découvrir l’exposition :

De Bonaparte à Clot-Bey

La redécouverte de l’Égypte antique au XIXe siècle

En 2018, l’Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille commémorait le 150e anniversaire de la mort d’un de ses membres célèbres, le docteur Clot-Bey. Le retour sur l’histoire de cette figure emblématique de la vie marseillaise du XIXe siècle, dont la collection est à l’origine du premier fonds d’égyptologie des musées de Marseille, a suscité cette exposition qui évoque la redécouverte des monuments et de la civilisation de l’Égypte pharaonique par les savants occidentaux de la première moitié du XIXe siècle.

AUTOUR DE L’EXPOSITION

LIVRE DU MOIS
DU 1ER AU 29 JUIN
L’Égypte rêvée avant Champollion
Les vestiges de l’Égypte antique ont fasciné la culture occidentale bien avant que le déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion
permette de comprendre la civilisation pharaonique.

CONFÉRENCE
SAMEDI 15 JUIN À 14H
L’expédition d’Égypte et la redécouverte de l’Égypte antique par l’occident au XIXe siècle À travers le portrait de plusieurs savants
partis avec l’armée dirigée par le général Bonaparte en 1798, le conférencier démontrera comment cette grande expédition et l’extraordinaire production éditoriale qui en a découlée, ont relancé l’intérêt pour cette formidable civilisation et l’égyptophilie, voire l’égyptomanie, qui se sont développées au cours du XIXe siècle et jusqu’à nos jours. Par Jean-Yves Meunier, entomologiste

PROJECTION
VENDREDI 28 JUIN À 15H
Écran[s] total #7 [Séance spéciale]
Adieu Bonaparte
Film de Youssef Chahine, Egypte,
France, 1985, 1h55. Avec Michel Piccoli, Mohsen Mohieddin, Patrice Chéreau.
Avide de puissance et de gloire, Bonaparte entame la campagne d’Égypte… Version restaurée.
Projection suivie d’une rencontre avec Jeanne Baumberger, journaliste, historienne du cinéma.

VISITES COMMENTÉES
LES MARDIS ET VENDREDIS DE MAI À JUIN À 14H30
Visites proposées par les académiciens sur inscription (15 à 20 personnes) auprès de l’Académie de Marseille : academieslamars@free.fr

ATELIERS DE DÉCOUVERTE DE L’ÉGYPTE ANTIQUE
SAMEDIS 4 ET 25 MAI – SAMEDIS 15 ET 22 JUIN DE 14H30 À 16H30
Parcours pour les enfants avec des ateliers de découverte de l’Égypte animés par les bénévoles de l’association
Provence Égyptologie. Groupes de 12 enfants de 7 à 12 ans. Inscription auprès du département Jeunesse

Quartier de La Cayolle

Quartier de La Cayolle - Culture Expositions - Rétrospectives Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée d'Histoire de Marseille / Voie historique - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le musée d’Histoire de Marseille, en partenariat avec le CIQ Les Hauts de Mazargues – La Cayolle et le GIP MRU, propose une exposition-dossier évoquant l’histoire récente du quartier de la Cayolle et du camp du Grand Arénas de 1944 à nos jours.

Cette exposition aborde deux thématiques principales que l’on peut retrouver à l’échelle de la ville et même au-delà durant la période des Trente Glorieuses :

• l’histoire des migrations avec l’arrivée de plusieurs communautés sur ce site (Indochinois, Juifs Tunisiens et Marocains avant leur départ pour l’Israël, immigrés maghrébins…)

• l’évolution urbaine et de l’habitat à partir de 1945 (installations d’urgence après 1945 de bâtiments en forme de demi-cylindres dues à Fernand Pouillon, bidonvilles, cités de relogement, puis mise en place de ZAC dans le cadre des politiques récentes de rénovation urbaine).

Sahara mondes connectés

Sahara mondes connectés - Culture Expositions - Rétrospectives Audiovisuel - photographie - numérique Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée d'Arts Africains, Océaniens et Amérindiens - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Évoquer la problématique de la connexion au Sahara permet d’appréhender l’espace saharien d’un point de vue inhabituel lorsque l’on pense aux étendues désertiques.

Cette exposition se propose ainsi de questionner et renouveler les représentations sur le Sahara. Ce rapport entre la connexion et les étendues désertiques conditionne la survie des sociétés du Sahara et de ceux qui le traversent. La mobilité, à la fois contrainte et ressource, art de vivre et stratégie politique est au fondement de cultures singulières.

Cette exposition entend faire ressentir ces réalités en suivant le fil des mobilités permanentes et toujours réinventées. Ce projet est né de la rencontre entre Titouan Lamazou, artiste-voyageur, et Charles Grémont, historien à l’Institut de la Recherche pour le Développement et c’est au Musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens qu’il s’est élaboré.

L’histoire du fort Saint-Jean

L’histoire du fort Saint-Jean - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Histoire et sciences humaines Expostion permanente - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

A travers une sélection d’oeuvres et d’objets (en partie issus des collections du Mucem), l’exposition  » Ruralités  » explore les fondements de l’agriculture et de l’élevage en Méditerranée. Du Néolithique à nos jours, de l’invention de l’agriculture à la naissance des dieux, l’exposition propose une odyssée de 10 000 ans à la découverte des hommes, des cultures et des techniques qui ont contribué à façonner le monde d’aujourd’hui.

La présentation s’attache plus particulièrement à la  » triade méditerranéenne  » (céréales, vigne et olivier), à l’élevage et à la domestication de l’eau douce… Autant de problématiques qui, à l’heure de la démographie urbaine galopante, des bouleversements climatiques et de la réduction des ressources en eau, entrent en résonnance avec les enjeux contemporains.

Commissaire : Edouard de Laubrie, responsable du pôle  » Agriculture & Alimentation « , Mucem
Comité scientifique : Jean-Paul Aeschlimann, agronome, Montpellier—Zeev Gourarier, directeur scientifique et des collections, Mucem—Christine Lorre, conservateur du patrimoine, musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye
Direction artistique, muséographie et scénographie, mandataire : Studio Adeline Rispal
Design et ingénierie multimédia : InnoVision
Design et ingénierie sonore : Diasonic
Eclairage muséographique : Licht Kunst Licht
Production des films : Film d’introduction L’oeil graphique, Label 42 studio : Mucem—Foyer des agricultures dans le monde et productions agricoles : Sabine Allard—Mare Nostrum Paysages méditerranéens : Les films du Soleil—Le voyage de la sakieh : Centre d’études Alexandrines—Threshing broadbean – battage des fèves : Patricia Anderson—PATREM : Dominique Bidaubayle, L’Omnibus : Samuel Keller et Mickael Zeilder, Protis-Tv : Philippe Houssin—Amour de pains : Dominique Czarny, Edouard de Laubrie – MNATP/Mucem

Avec le soutien de Domaines et Châteaux de Châteauneuf-du-Pape et la participation du Fonds épicurien.

On n’a rien inventé !

On n’a rien inventé ! - Culture Expositions - Rétrospectives Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée d'Histoire de Marseille / Voie historique - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Produits, commerces et gastronomie dans l’Antiquité romaine.

Dans le cadre de « Marseille-Provence 2019, année de la gastronomie en Provence », le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône propose des manifestations dans tout le département mettant à l’honneur les produits du terroir, les acteurs du monde agricole (vignerons, meuniers, oléiculteurs, éleveurs) et de la mer (pêcheurs) ainsi que les restaurateurs.

À cette occasion, le Musée départemental Arles antique et le musée d’Histoire de Marseille sont partenaires pour organiser l’exposition hors les murs du Musée Départemental Arles Antique « On n’a rien inventé ! » présentée du 15 juin au 29 septembre 2019 au musée d’Histoire de Marseille.

L’exposition retrace les découvertes archéologiques liées aux aliments utilisés au cours des temps (vin, huile, poissons, …) et la gastronomie actuelle. Elle met en valeur des producteurs et produits gastronomiques provençaux, en ancrant leur savoir-faire dans le passé antique.

Il s’agit donc d’une exposition comparatiste mêlant objets antiques et objets contemporains. Outre les exceptionnelles collections du musée d’Arles, l’exposition emprunte des oeuvres à de nombreux musées français et étrangers : musée du Louvre, musée d’Histoire de Marseille, musée d’art et d’histoire de Genève, musée Calvet, musée de Saint-Romain-en-Gal, musée de Dijon, Inrap, Cnrs, Drassm, …

Le service archéologique du musée d’Histoire de Marseille propose pour l’occasion une exposition-dossier Marseille à table qui déclinera sur une grande « table – vitrine » 20 000 ans d’arts de la table des Marseillais.

Les Dolias de Samuel Rousseau – Exposition immersive

Les Dolias de Samuel Rousseau – Exposition immersive - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée des Docks Romains - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’exposition est portée par l’association Château de Servières, sous le commissariat de Julie Miguirditchian, qui offre la possibilité à l’artiste Samuel Rousseau dans le cadre de la saison du dessin Paréidolie d’investir tout le musée.

Le traitement de l’exposition est entièrement numérique et permettra au public de vivre en direct les transactions commerciales au temps de Marseille la romaine.

Le Musée des Docks Romains, présente in situ les vestiges d’un des rares entrepôts commerciaux romains connus dans le monde.

Ces vestiges sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 22 octobre 1959. L’artiste prend le pari de faire revivre ce grenier Marseillais et de re-remplir les « DOLIAS », amphores qui gardaient le vin. Un banquet sera organisé dans le musée pour l’ouverture.

Kharmohra – L’Afghanistan au risque de l’art

Kharmohra – L’Afghanistan au risque de l’art - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Depuis 2001, une nouvelle génération d’artistes a vu le jour en Afghanistan, après 20 ans de guerres et un gouvernement taliban hostile aux formes artistiques et aux pratiques culturelles. Mais le contexte de paix retrouvée a vite basculé dans celui d’une nouvelle guerre entre le gouvernement afghan, les forces de la coalition internationale et les talibans. Des attentats en série ont fragilisé le pays, ciblant les villes et imposant une sécurisation des lieux publics
de plus en plus sévère jusqu’à l’attaque suicide survenue le 11 décembre 2014 dans la salle de spectacle de l’Institut français d’Afghanistan à Kaboul. Fragilisée par ces enjeux sécuritaires, la scène culturelle et artistique locale n’a pas disparu pour autant. Les artistes ne se sont pas tus, inventant de puissantes réponses formelles et le public n’a pas non plus déserté les lieux, prenant des risques parfois vitaux.
L’exposition vise à interroger les effets de cette problématique dans la création, la diffusion et la réception de l’art et de la culture, en Afghanistan et ailleurs. Elle déplace ainsi des questions qui touchent particulièrement les pays méditerranéens fragilisés par des attentats qui ont ciblé des lieux de culture et de patrimoine et qui menacent en sourdine l’ensemble de la création. Centrée sur l’actualité et partant du paradigme afghan, cette exposition sera accompagnée de journées d’études et d’une programmation artistique (cinéma, théâtre et musique).
L’originalité de cette exposition est de donner à voir cette création contemporaine, loin des idées reçues et des attentes romantiques souvent portées en Occident à l’encontre de l’Afghanistan. Elle se focalise sur l’étrange et complexe dialogue qui se noue entre des artistes avec la situation d’insécurité et les réponses très variées qu’ils lui apportent. L’exposition présente une soixantaine d’oeuvres d’artistes contemporains : photographies, peintures, objets d’art, vidéos, installations, calligraphies. Cette sélection présente les oeuvres les plus originales et les plus représentatives de cette génération en rendant compte de la variété des supports et des formes qu’ils explorent pour exprimer l’horreur des attentats et d’une mort omniprésente dans un espace urbain devenu hostile à ses habitants et pour témoigner, non sans humour, des croyances dans une sécurité promise et jamais atteinte et des désillusions amères qu’elle provoque.

Les reliquaires de A à Z

Les reliquaires de A à Z - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Depuis février 2018, le Mucem dédie un nouvel espace à la présentation de ses collections : située au fort Saint-Jean, la « salle des collections » interroge de façon ludique les fonds du musée à travers des expositions thématiques présentées sous forme d’abécédaires, appelées à être renouvelées tous les six mois.

Une façon originale de faire connaître au grand public la diversité des collections du Mucem, riches de plus de 350 000 objets conservés parmi plus d’un million d’items : qu’ont-elles à nous dire sur les grands thèmes de notre existence, nos passions, nos peurs, nos croyances ?

La grande variété des collections du Mucem permet de faire le tour de chacune de ces thématiques, « de A à Z ».

Après l’exposition « L’Amour de A à Z » (février-octobre 2018) et « Les Animaux de A à Z » (octobre 2018 – mars 2019), le Mucem propose « Les Reliquaires de A à Z ». Cette nouvelle exposition présente quelques 70 pièces issues d’une collection de près de 500 reliquaires, acquise en 2002 auprès d’un collectionneur.
Cette sélection permet de témoigner de la variété des formes, des techniques et de l’importance des usages du reliquaire dans le monde chrétien européen (de l’Allemagne à l’Italie et de l’Espagne à Jérusalem), sur une période allant essentiellement du XVIIe au premier tiers du XXe siècle.

Attestation d’authenticité, inventaire méticuleux, mise en vitrine, volonté de présenter le « reste » sous son meilleur jour… Les pratiques de la relique ne sont pas sans faire écho au travail de conservation et d’exposition mis en place dans les musées !

Commissariat : Emilie Girard, conservatrice en chef du patrimoine, responsable du département des collections et des ressources documentaires au Mucem.

Persona

Persona - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’exposition « Persona » questionne les notions d’identité et d’identification à travers différents moyens et parfois subterfuges, tel que le masque. Contemporain, folklorique, éphémère, celui-ci intervient à différents moments dans les processus de construction ou de déconstruction d’une identité.

Support de création, de destruction, de déguisement ou de camouflage, le masque offre de nouveaux horizons et d’autres identités à celui qui le manipule. Il ouvre un espace nouveau à son utilisateur.

Dans cette association de l’art contemporain, du folklore et des arts populaires, Diana Marincu, commissaire de l’exposition, appréhende ainsi la question des identités multiples avec une approche nouvelle et une temporalité différente.

Cette exposition a comme point de départ, les collections du Mucem et notamment ses fonds et documents ethnographiques roumains. Elle regroupe les créations de huit artistes visuels roumains de générations différentes : Ioana Bătrânu, Anca Benera & Arnold.

Estefan, Răzvan Botiș, Mircea Cantor, Olivia Mihălțianu, Anca Munteanu Rîmnic, Ioana Nemeș. L’exposition présente des dessins, installations, sculptures, photographies, vidéos et oeuvres inédites conçues spécialement pour l’exposition.

Commissariat : Diana Marincu, curatrice
Scénographie : Pascale Linderme, Agence Privée
Catalogue : français / roumain / anglais
Manifestation organisée dans le cadre de la Saison France-Roumanie 2019