Les diagonales du catalogue – Underwood 2

« L’Internationale Concrète » et les artistes de la machine à écrire.

L’incidence de la machine à écrire sur la création poétique du milieu du XXe siècle.

D’une durée d’environ un mois, réalisées exclusivement avec des documents conservés à la bibliothèque du cipM, les expositions de la série Les diagonales du catalogue ont pour objectif de documenter un aspect de l’histoire de la poésie contemporaine ou de promouvoir le regard d’un auteur sur les collections du cipM.

L’histoire de l’écriture poétique est intimement liée à celle des techniques. De la tablette d’argile au papyrus, de la plume d’oie au stylo à bille, de l’invention de l’imprimerie à celle de l’ordinateur portable, les technologies de l’écrit ont modifié et enrichi les processus d’invention poétique et les réflexions sur le langage.
Si aujourd’hui la production poétique est inséparable des outils numériques, il fut un temps où elle avançait au rythme des mots dactylographiés sur le clavier d’une machine à écrire.

Second volet après « Le Vers projectif », l’exposition Underwood 2 s’intitule « L’Internationale Concrète » et les artistes de la machine à écrire. Au centre de l’exposition un choix d’oeuvres publiées, liées à la poésie concrète et ses représentants mondiaux dans sa périphérie, l’exposition recense quelques tentatives originales d’utilisation de la machine à écrire, parmi lesquelles les oeuvres de Roger Giroux, Arno Schmidt et, plus proche de nous, Jean-Michel Alberola, Cia Rinne ou Max Guedj qui, chacun à leur façon, réexploitent les potentialités de la machine à écrire aujourd’hui. L’exposition se conclut d’une part sur la présentation de la carte de Vaduz de Bernard Heidsieck dans l’édition de Nathalie Seroussi 2017, et d’autre part sur la présentation d’une machine à écrire préparée par Jean-François Bory.

Les Malles de Cyrano

Cette exposition s’inscrit dans le cadre du festival Edmond Rostand 2018 destiné à célébrer le 150e anniversaire de la naissance du poète à Marseille et commémorer le 100e anniversaire de sa disparition s’organise autour de quatre thèmes :

Savinien Cyrano, un esprit libre au coeur du XVIIe siècle
Edmond Rostand, le poète de l’amour et du panache
Coquelin, le premier comédien qui lança au public l’incontournable  » Tirade des nez « 
Cyrano de Bergerac, le personnage aux mille visages, héros de l’oeuvre théâtrale française la plus jouée dans le monde.

A ces quatre thèmes vient s’ajouter un zoom sur une figure plus méconnue et qui mérite que l’on s’y arrête, celle d’Alexis Rostand, l’oncle d’Edmond qui fut à la fois un grand banquier – président emblématique du Comptoir National d’Escompte de Paris – l’un des ancêtres de BNP Paribas -, et compositeur reconnu. À son côté, on retrouvera aussi son frère, Eugène, le père d’Edmond, également banquier – il fut président de la Caisse d’Epargne des Bouches-du-Rhône – on lui doit notamment le magnifique immeuble de la place Estrangin, siège social encore aujourd’hui de la CEPAC.

L’exposition doit son titre « Les Malles de Cyrano » à une idée originale de l’agence spécialisée « Au fond à gauche » qui a imaginé présenter les différentes élément de l’exposition dans de grandes malles qui rappellent celles qu’utilisaient les comédiens lors de leurs tournées.L’exposition est composée d’environ 130 pièces : buste de Savinien Cyrano et d’Edmond Rostand, statues de Coquelin, le premier Cyrano, affiches originales de la création et de la première tournée ainsi qu’affiches de diverses productions françaises ou étrangères, costume de Coquelin en Cyrano conservé par la Mutuelle des Artistes de plus plus d’un siècle, documents originaux d’époque présentant la vie et l’oeuvre d’Edmond Rostand… Dans les vitrines, dès objets insolites telles que des marionnettes ou des statuettes de diverses époques et origines. Ceux qui se souviennent de la pièce – et qui n’a pas en mémoire quelques vers de la Tirade des nez pourront d’amuser à reconstituer celle-ci sur un puzzle magnétique. La première partie de chaque vers est imprimée sur la plaque mais la seconde partie est… dispersée sur des puzzles. A chacun alors de reconstituer la tirade, aidé par le texte original, en facsimile, de la main de poète. Les enseignants disposeront également d’un questionnaire ludique conçu pour leurs élèves. Une série de question leur est posée dont toutes les réponses sont dans l’exposition. Cette exposition a d’abord été présentée à Paris au printemps dernier au siège de BNP Paribas qui a tenu à ce qu’elle soit aussi proposée au public marseillais du 5 décembre 2018 au 7 janvier 2018 à l’Alcazar, afin qu’il puisse rendre hommage à Edmond Rostand né à Marseille le 1er avril 1868.

L’exposition est une coproduction de l’Association des amis du Musée Cyrano de Bergerac et du service des Archives historiques de BNP Paribas. À l’occasion des 150 ans de lanaissance d’Edmond Rostand (Marseille 1er avril 1868 – Paris 2 décembre 1918).

AUTOUR DE L’EXPOSITION :

• Mercredi 5 décembre 18h30 à 20h : À l’occasion du vernissage de l’exposition : Intermèdes musicaux voix et piano avec une Interprétation de trois mélodies d’Emmanuel Chabrier sur des poèmes d’Edmond Rostand.

• Vendredi 7 décembre de 17h 30 à 19h : Rencontre avec Alexis Michalik auteur, acteur et metteur en scène, autour de la « Figure d’Edmond Rostand ». Elodie Karaki, docteure en littérature française, animera cette rencontre littéraire.

• Mercredi 12 décembre de 16h à 19h – Projection de Cyrano de Bergerac Film réalisé en 1990 par Jean-Paul Rappeneau – 2h15 avec Gérard Depardieu, Anne Brochet, Vincent Perez / Genre : mélodrame héroïque.

• Vendredi 14 décembre de 17h à 21h Projection de « À voix haute : La force de la parole ». Documentaire français réalisé par Stéphane de Freitas d’abord diffusé sur France 2 en 2016 puis sorti au cinéma dans une version plus longue en 2017 – 1 h 39. Genre : film documentaire.

• Vendredi 21 décembre de 16 h à 19 h : Projection de Le Brio. Film réalisé par Yvan Attal – 2017-1 h 36, avec Daniel Auteuil et Camélia Jordana qui remporte le césar du meilleur espoir féminin pour son rôle en 2018.

• La vitrine du livre du mois 30 novembre – 7 janvier : Le Département Fonds rares et précieux de l’Alcazar a acquis en 2018 deux éditions originales (1897) dédicacées par Edmond Rostand : La Samaritaine et Cyrano de Bergerac. Ces deux ouvrages seront présentés dans la vitrine du livre du mois en décembre ainsi qu’un autre titre Chanteclerc. Pour l’occasion, l’Académie de Marseille fait le prêt du manuscrit avec lequel Edmond Rostand a obtenu le prix d’éloquence du Maréchal de Villars de l’Académie de Marseille en 1887 : Deux romanciers de Provence, Honoré d’Urfé et Émile Zola, le roman sentimental et le roman naturaliste.

À voir également à Marseille :
La maison natale du Poète au n° 14 de la rue… Edmond Rostand ! (6e arrdt)
Le buste en bronze sur la placette à l’angle des rues Edmond Rostand et Saint-Suffren
Le monument Edmond Rostand au Parc Chanot (près du Palais des Arts – 8e arrdt)
La sépulture du Poète au cimetière Saint-Pierre (la Pinède du Carré 19 du Carré 2 n°26)

Le 68 des enfants

Une exposition d’albums qui montre comment à partir de la période 68, certains albums ont proposé aux enfants d’autres types de sujets, d’autres types d’images. en utilisant en priorité les fonds de l’Ile aux livres.

Une conférence, des rencontres avec illustrateurs.

Exposition réalisée en collaboration avec les étudiants du Master 2 Monde du livre, le Fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse et Sophie Heywood.

Vernissage jeudi 13 décembre à 18h.

AUTOUR DE L’EXPOSITION
Visite guidée et participation aux ateliers pour les maternelles (grande section), élémentaires et collèges. Sur inscription.

28e Carré des Ecrivains

Le Comité du Vieux-Marseille sera présent au Centre Bourse : l’occasion de venir à la rencontre de ces amoureux et de ces spécialistes de l’histoire de Marseille et de mieux connaître les multiples activités de cette association.

Biennale des écritures du réel

À l’initiative du Théâtre La Cité à Marseille, en collaboration avec de nombreux partenaires à Marseille, Aix-en-Provence, Avignon et Cavaillon.

Du théâtre, du cinéma, de la musique, de la danse, des lectures, des conférences et des tables rondes.

UNE OUVERTURE SOUS LE SIGNE DE LA TENDRESSE
Invitation de la metteure en scène belge Frédérique Lecomte pour un happening avec Les super-héros de la cohésion sociale ! suivi de la projection d’un film sur son travail avec des enfants victimes de guerre Congo Paradiso. Théâtre de bistrot, concert et bal également au programme.

QUATRE FILS A SUIVRE
Continent jeunesse Auteurs face au réel Dans le vif du sujet Europe, quel théâtre

UN BON MOMENT
Balades, Récit de Suzanne Dalecky écrit et lu par Till Roeskens dans les jardins de la Gare Franche, suivi d’un repas aux herbes sauvages et d’un concert.

L’EXPERIENCE GATTI
Un hommage à Armand Gatti en clôture de la Biennale. Plongée dans une vie et une oeuvre protéiforme qui se mirent à la mesure de l’histoire du siècle dernier.