Patrick Beurard Valdoye – Le cycle des exils 1982-2024

Patrick Beurard Valdoye – Le cycle des exils 1982-2024 - Culture Expositions - Rétrospectives Poésie Exposition - CIPM  Centre International de Poésie Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Œuvre majeure de la poésie française contemporaine, le « Cycle des exils » s’est formé pendant 40 ans dans l’univers des arts poétiques, notion à laquelle son auteur, Patrick Beurard-Valdoye, aime affilier son travail.

En avril 2024, Lamenta des murs, huitième et dernier volume du Cycle, paraît dans la collection poésie/Flammarion. Totalisant dès lors près de 3 000 pages, l’œuvre est achevée. Le moment est venu de questionner en profondeur cette aventure artistique sans équivalent et de tenter d’en mesurer la portée sur le présent des écritures et des pratiques poétiques.

La réalisation de chacun des livres du Cycle comprend une série d’opérations par lesquels se distinguent la détermination des personnages historiques qui seront les figures tutélaires de l’épopée ; la recherche historique ; la collecte documentaire ; les fugues géographiques traçant des tangentes biographiques et des lignes de force dans l’histoire de l’art et de la littérature.
L’exposition rétrospective que le Cipm présente ici réunit, pour la première fois dans une perspective de cette ampleur, une sélection de pièces prélevées en collaboration avec l’auteur parmi ces différents corpus qui constituent désormais les archives du Cycle.

Au fil des vitrines, des écrans et des cimaises, les doubles-pages des carnets de travail jamais montrés, les ouvrages des personnages tutélaires, la vie éditoriale du « Cycle des exils » dans les revues, un ensemble de films et d’enregistrements des récitals qui ont accompagné son élaboration ainsi que les collages ou récitclages issus de la masse des archives d’où procède le texte, forment une traversée articulant le réseau des sources à celui des extensions du texte et de ses traductions.

Le parcours rend sensible l’impressionnante énergie créatrice déployée par Patrick Beurard-Valdoye et permet de se représenter le long travail d’élaboration de son écriture — la gradation des étapes du poème vers sa forme définitive, historiquement fixée par la publication des livres.

Au-delà du domaine de la création poétique, en mettant l’accent sur les enjeux culturels qui structurent le « Cycle des exils », l’exposition est aussi le lieu d’une réflexion sur l’histoire européenne et quelques-unes de ses zones d’ombre, sur lesquelles le poète fait peser la force de sa démarche.

« Ce que je nomme arts poétiques constitue en effet un élargissement de la poésie. Les arts poétiques situent le politique comme élément de forme, bousculant là une tradition française où le poème est majoritairement apolitique. »
À l’entrée, La Schlitte du narré, sculpture originale, est une allégorie de toute l’entreprise laissée à la libre interprétation des visiteurs.
Par la découverte et l’exploration de l’un de ses objets les plus surprenants, c’est aussi à la compréhension de ce qui a réellement lieu aujourd’hui dans la poésie que le Cipm invite une nouvelle fois le public.

Michaël Batalla, directeur du Cipm