Séance de planétarium – Après-midi sous les étoiles

Séance de planétarium – Après-midi sous les étoiles - Culture Expositions - Rétrospectives Projections Astronomie Sciences Exposition Séance / Projection cinéma - Observatoire Astronomique de Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La tête dans les étoiles

Le planétarium de l’Observatoire historique de Marseille ouvrira au public durant les vacances de Toussaint entre le samedi 23 octobre et le samedi 6 novembre 2021 (sauf dimanches et lundi 1er novembre férié).

Les visites se déroulent l’après-midi :

Circuit de 14h00 – Tout public (conseillé à partir de 7 ans)
Circuit de 15h30 – Jeune public (à partir de 5-6 ans)
Uniquement sur réservation.

Les circuits incluent une séance de planétarium, la visite du grand télescope de l’observatoire et une observation du Ssleil si la météo le permet.

Vous pourrez faire votre choix parmi des thèmes différents en fonction des séances comme « Petite planète et grandes étoiles », « Histoire et conquête de la Lune », « Histoire et conquête de la Lune »…

Le programme détaillé sur le site du planétarium de l’observatoire de Marseille.

Conditions d’accueil :

Le pass sanitaire et le port du masque sont exigés pour accéder au site.
Port du masque (non fourni) obligatoire à partir de 11 ans, sans lequel l’accès vous sera refusé. Le port du masque est fortement conseillé à partir de 6 ans. Respect des règles de distanciation physique. Gel hydroalcoolique mis à votre disposition.

Collections permanentes du Musée d’Archéologie Méditerranéenne

Collections permanentes du Musée d’Archéologie Méditerranéenne - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Sciences Archéologie Exposition - Musée d'Archéologie Méditerranéenne - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le Musée d’Archéologie Méditerranéenne accueille deux collections majeures : le département d’égyptologie, premier de France après le Louvre et la nouveau département des civilisations du proche orient et du bassin méditerranéen.

La présentation dans un nouvel écrin, du département des civilisations antiques du bassin méditerranéen, valorise prés de 800 objets du Musée d’Archéologie Méditerranéenne et propose un nouveau discours et de nouvelles hypothèses.

Le visiteur est convié à un fascinant voyage de prés de six mille ans, une histoire qui part du Proche-Orient et qui traverse tout le pourtour méditerranéen.

Des inventions majeures pour l’homme ont vu le jour dans cette partie géographique du monde. Des progrès techniques et des savoir-faire encore utilisés par l’homme aujourd’hui ont été mis au point, toujours dans ce même périmètre. Comment faire le lien entre tous ces objets ? Comment dérouler leur histoire, pour mieux les comprendre et les admirer ? C’est un parcours à double lecture auquel le visiteur est convié.

Grâce à des espaces expliquant les diverses invention et techniques (l’écriture, le verre, les alliages cuivreux…) ponctuant la visite, il est possible d’envisager l’histoire artistique de l’objet, de le contextualiser, de le socialiser et de mieux comprendre les besoins et les contraintes des artisans et des techniciens qui l’ont réalisé. Les croyances et la ferveur, qui animaient ces femmes et hommes, se sont au fil des siècles, mêlées, séparées parfois, avec toujours l’espoir de progresser et d’avancer pour vivre mieux au sein d’un groupe, dans une société.

Des focus thématiques sur plusieurs savoir-faire antiques, les τέχναι (technaï), sont proposés au visiteur pour qu’il puisse apprécier de lui-même la maîtrise technique des artisans de l’époque et dans bien des cas, la prouesse dont relèvent certaines créations.

« N’hésitez pas à contacter le musée avant votre venue pour préparer votre visite ».

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Collection permanente du Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille

Collection permanente du Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille - Culture Expositions - Rétrospectives Sciences Exposition - Muséum d'Histoire Naturelle - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

► Réouverture du niveau 1 avec le nouveau parcours permanent « Terre d’évolution ». Les autres salles du musée demeurent fermées pour travaux.

Depuis le 18 septembre, le Muséum d’histoire naturelle présente une nouvelle scénographie pour ses collections permanentes.

Le Muséum d’histoire naturelle de Marseille a fêté en 2019 ses 200 ans et les 150 ans de son installation au Palais Longchamp, inauguré en 1869. Ce double anniversaire a été l’occasion de repenser les espaces d’expositions permanentes du Muséum pour offrir aux visiteurs une vision résolument contemporaine du patrimoine naturel et scientifique.

Des espaces repensés

Les expositions permanentes du Muséum situées au niveau 1 dataient de 1986 pour la Salle Safari, avec quelques remaniements dans les années 2000.
« Les présentations n’étaient plus d’actualité et n’intégraient pas une vision globale de la biodiversité. Les parties préhistoire et évolution ont été également reprises dans le nouveau parcours en intégrant l’ensemble des êtres vivants. » « Par ailleurs, une part des objets archéologiques rejoignent un nouvel espace du Musée d’histoire » indique son conservateur et directeur Anne MEDARD.

Le nouveau parcours innovant « Terre d’évolution », qui a ouvert ses portes au public le vendredi 18 septembre, à la veille des journées européennes du patrimoine, propose sur les trois salles de découvrir l’histoire du vivant, toutes espèces animales et végétales et toutes périodes géologiques et actuelle confondues
« En une seule exposition, le public part à la découverte de la biodiversité autour de sept thématiques : « Vivre là », « Se reproduire », « Se protéger », « Communiquer, percevoir », « Respirer ou pas », « Se nourrir » et « Évoluer ». « Les collections emblématiques du Muséum sont toujours présentes, mais elles sont complétées par des acquisitions de ces 15 dernières années non encore présentées » poursuit Anne MEDARD. Plus de 1 800 espèces sont exposées sur les 60 000 spécimens conservés dans les réserves du Muséum. « Ce sera plus de 1 000 découvertes nouvelles pour les visiteurs du Muséum ! »

La salle de Provence magnifiée

Protégée au titre des Monuments Historiques, la salle de Provence est une vitrine de la muséographie du XIXe siècle et offre un écrin unique aux spécimens fossiles et naturalisées de Provence, d’où de nombreuses espèces ont aujourd’hui disparu.
Elle regorge de nombreux détails historiques. Pas moins de 40 blasons provençaux accompagnent des fresques murales peintes en 1869 par Raphaël PONSON, représentant les principaux écosystèmes régionaux.  » Nous nous devions de conservé l’esprit de cette salle : c’est l’une des plus belles salles de France et d’Europe conservées dans son jus. Un « musée du musée » en quelque sorte. Mais nous en avons amélioré l’éclairage et, à l’entrée, nous proposons deux bornes interactives pour compléter la visite.  » indique le conservateur.

Sur les paliers des monumentaux escaliers en pierre, avec ses deux fresques de 1900 de Jean-François AUBURTIN, de nouveaux mobiliers complètent les vitrines historiques, conçues à l’origine de la création du Muséum, avec une présentation de la préhistoire régionale.

Un Muséum d’histoire naturelle à redécouvrir.
N’oubliez pas que le premier dimanche de chaque mois, tous les musées de Marseille sont gratuits !

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Connectivités

Connectivités - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Divers arts Sciences Exposition - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’exposition propose de suivre les pas de Fernand Braudel et d’aborder la Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles comme un personnage dont il s’agirait de raconter l’histoire en l’inscrivant dans la longue durée, allant jusqu’à l’interroger sur le monde contemporain.

« Connectivités » raconte une histoire des grandes cités portuaires en Méditerranée aux XVIe et XVIIe siècles. Istanbul, Venise, Alger, Gênes, Séville et Lisbonne sont les centres névralgiques d’un monde ouvert marqué par une première mondialisation des échanges. Proposant aux visiteurs un saut dans le temps, cette histoire urbaine est également interrogée dans sa dimension contemporaine à travers quatre mégapoles et métropoles d’aujourd’hui : Istanbul, Le Caire, Marseille et Casablanca qui sont au cœur des connexions et des flux mondiaux. Elle permet au public d’appréhender les grands enjeux de l’espace méditerranéen contemporain.

Plus de 350 œuvres et documents sont présentés, provenant à la fois des collections du Mucem et de grands musées français et européens. L’une des originalités de l’exposition est de permettre au public de choisir son itinéraire entre les XVIe-XVIIe siècles et celui du XXIe siècle.

Le grand Mezzé

Le grand Mezzé - Culture Expositions - Rétrospectives Gastronomie Historique Sciences Exposition - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La Galerie de la Méditerranée est l’espace d’expositions permanentes du Mucem. À partir de décembre 2020, sa première section accueille une nouvelle présentation :  » Le grand mezzé « .

Nous connaissons tous le slogan nous invitant à « manger cinq fruits et légumes par jour », mais qui sait que cette recommandation s’inspire du « régime crétois », aussi appelé « diète méditerranéenne » ? Ce concept, créé dans les années 1960 par l’épidémiologiste américain Ancel Keys, a été inscrit en 2010 par l’Unesco sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, favorisant ainsi sa reconnaissance et sa mondialisation.

L’alimentation méditerranéenne est le fruit d’une construction qui s’est toujours enrichie d’apports extérieurs au cours de l’histoire. À l’heure où celle-ci est devenue un modèle globalisé, se pose aujourd’hui la question de la nécessaire réappropriation en Méditerranée de sa production comme de sa cuisine.
Comment définir et préserver une authenticité culinaire géographique et culturelle, tout en la partageant avec le plus grand nombre ? Comment protéger un régime alimentaire sans l’empêcher d’évoluer ? Comment rester perméable tout en restant authentique ? Pour le savoir, l’exposition « Le grand mezzé » nous mène du champ à l’assiette, et des savoir-faire culinaires traditionnels de Méditerranée aux chaînes de restaurants mondialisées.

À la manière d’un grand repas aux mets et aux saveurs variés,  » Le grand mezzé  » présente une sélection de 550 objets et documents patrimoniaux en provenance de 35 musées d’Europe et de Méditerranée, ainsi que 13 projets audiovisuels et 5 oeuvres inédites de Nicolas Boulard, Michel Blazy, Gerald de Viviès, Laurent Fiévet et Laurent Derobert, conçues spécialement pour ce parcours.

Commissariat : Edouard de Laubrie, chargé de Collections et de Recherches, responsable du pôle « Agriculture & Alimentation » Mucem – assisté de Lucas Gomez.

Avec le soutien d’un comité scientifique international

Scénographie : Christine Ilex Beinemeier, architecture et scénographie
Partenaire : Borges Tramier

VIH/sida – L’épidémie n’est pas finie !

VIH/sida – L’épidémie n’est pas finie ! - Culture Expositions - Rétrospectives Photographie Sciences Médecine Exposition - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La lutte contre l’épidémie a révélé des situations d’inégalité et de stigmatisation, suscitant de nombreuses revendications pour l’accès aux traitements, aux soins, le renforcement des droits, et la visibilité des personnes et des groupes touchés. En proposant un regard à la fois rétrospectif et contemporain, l’exposition se définit comme une contribution à la lutte contre le VIH/sida. Mettre le sida au musée, ce n’est pas l’enterrer ; au contraire, c’est réaffirmer toute son actualité, comme le montre le titre de l’exposition qui reprend un slogan historique d’Act Up : l’épidémie n’est pas finie !

Des années 1980 à nos jours, l’épidémie a suscité maintes hypothèses sur son origine et de nombreux discours sur les moyens de sa fin. L’exposition apportera un éclairage sur ces différents récits, nous permettant d’aborder avec recul les savoirs du passé et les compréhensions du présent.

L’exposition interroge finalement l’héritage de l’épidémie, ce qu’elle a révélé, les avancées qu’elle a rendu possibles, principalement en termes de droits, mais également les reculs et les stagnations. Elle propose un bilan des luttes, de leurs victoires comme des obstacles freinant encore les avancées qu’elles promeuvent. En évoquant les « leçons politiques » du sida, elle ouvre sur des questions dont l’actualité est majeure, qu’il s’agisse des réponses sociales aux épidémies et à la gestion des « crises sanitaires », ou de la manière dont d’autres affections chroniques ont bénéficié ou non de ce bouleversement des rapports de pouvoirs entre médecins et patients, dont les luttes contre le sida ont aussi fait l’une de leur revendications.

L’exposition « VIH/sida, l’épidémie n’est pas finie ! » offre l’occasion de valoriser l’exceptionnel fonds de collection du Mucem constitué au début des années 2000 sur le thème du VIH/sida. Grâce à une enquête, des banderoles, tracts, affiches, revues associatives, brochures et matériel de prévention, objets militants, vêtements, badges et rubans rouges, mais également des médicaments, photographies et œuvres d’art ont été collectés auprès de nombreuses associations de lutte contre le VIH/sida, permettant au Mucem de constituer une collection de référence à l’échelle européenne. De nombreuses photographies, des œuvres d’art importantes et des prêts de particuliers viendront dialoguer avec cette collection pour permettre aux visiteurs d’être plongés dans l’histoire sociale de la lutte contre l’épidémie.

Commissaire : Florent Molle, conservateur du patrimoine
Le commissariat de cette exposition est collaboratif.
Il associe un comité de pilotage composé de Stéphane Abriol (CNRS-Cerlis), Christophe Broqua (CNRS-IMAF), Renaud Chantraine (IIAC), Vincent Douris (Sidaction), Françoise Loux (CNRS), Florent Molle (conservateur du patrimoine) et Sandrine Musso (AMU, CNE-Ehess), à un comité de suivi composé de plusieurs dizaines de personnes concernées à différents titres par l’épidémie (personnes vivant avec le VIH, associatifs, soignants, militants, chercheurs…).

C’est mon genre

C’est mon genre - Culture Expositions - Rétrospectives Divers arts Sciences Exposition - Musée de la Moto - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Elle se compose de 14 panneaux de 60 cm sur 80.

Comme dans un livre illustré, chaque panneau raconte une histoire. Dans cette histoire, une héroïne ou un héros dénonce une injustice liée au fait qu’il est un garçon, qu’elle est une fille.
Des questions aident à libérer la parole des jeunes spectateurs et spectatrices.

Les panneaux sont classés par thème et proposent, à titre indicatif, l’âge considéré comme privilégié pour chaque histoire.

Ces histoires sont extraites d’album publié par l’édition Talents Hauts.

Bonne lecture !!

La révolte des cocottes ! Les poules en ont assez d’être les seules à nettoyer le nid et à couver pendant qu’Hadoc, le coq, et les poulets
fanfaronnent et se reposent. Menées par Charlotte, elles se révoltent.
Pourquoi les poules sont-elles fâchées ? Qui est la cheffe des poules ? Qui est le chef des poulets?
Quelles solutions sont trouvées pour finir la grève ?

Découvrez aussi Philo ! Philo voudrait faire de la danse mais les adultes veulent qu’il fasse du foot parce qu’il est un garçon.

Quant à Aurélie, elle aimerait conduire une voiture de course, mais son père ne veut pas parce qu’elle est une fille.
Heureusement, ils rencontrent d’autres personnages qui vont les aider à sortir de ces situations difficiles.

Ces héroïnes et héros nous montrent que tout est possible quand on le veut vraiment et que notre vie peut changer avec un peu d’écoute, d’amitié et de
respect.

Exposition « C’est mon genre »
• Exposition et collection permanente gratuites
• Durée de la visite 15mn – Débat 20mn
• Pour les groupes, les visites se font sur inscription
Au delà de 12 enfants, deux groupes sont constitués : une partie visite l’exposition, l’autre, le musée
• Une animatrice du service de la Jeunesse présente l’exposition aux enfants accueillis. Elle répond aux questions et anime un débat selon l’âge des enfants.

Rendez-vous – Septembre & octobre – Bibliothèque Saint-André

Rendez-vous – Septembre & octobre – Bibliothèque Saint-André - Culture Expositions - Rétrospectives Conférences - Débats Projections Cinéma Sciences Conférence / Débat / Rencontre Exposition Séance / Projection cinéma - Bibliothèque Saint André - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Programme

••• EXPOSITION
DU 21 SEPTEMBRE AU 2 OCTOBRE
Equal in Med : genre en Méditerranée
Exposition pour comprendre le phénomène d’inégalité entre les genres dans la zone méditerranéenne. C’est le résultat d’une rencontre de jeunesse qui a permis à vingt-trois participant.e.s égyptien.ne.s, françai.se.s, tunisien.ne.s et suédoi.se.s, d’échanger sur ce thème afin de réaliser plusieurs portraits internationaux. Un regard croisé et enrichissant sur les aspirations de chacun.e vis-à-vis de ces inégalités. Un projet humain et artistique où les participants ont essayé de retranscrire au mieux leurs ressentis, expériences et leurs idéaux autour de ce sujet.
En collaboration avec l’association Bokra Sawa.

••• RENCONTRE
SAMEDI 9 OCTOBRE À 10H30
Violences sur mineurs et impunité
À travers l’écriture de son livre Chois, Sophie Paris aborde le délicat problème des violences sexuelles subies par les enfants.
En présence de Sophie Paris, auteure, et de Régine Duval, modératrice.
Sur inscription.

••• PROJECTION
SAMEDI 23 OCTOBRE À 10H30
« Ayi » – Marine Ottogalli, Aël Théry[2019, 69 min]
Ayi vient d’une province rurale de l’est de la Chine et n’a pas le permis de résident qui lui permettrait de travailler légalement à Shanghai. Son quartier est voué à une destruction imminente, mais Ayi bataille pour gagner sa vie en évitant la police municipale.
Sur inscription.
En partenariat avec Les Yeux docs.

Marseille en temps de peste, 1720-1722

Marseille en temps de peste, 1720-1722 - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Sciences Archéologie Exposition - Musée d'Histoire de Marseille - (MHM) - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Cette exposition portera sur la vie quotidienne, les interventions des pouvoirs publics, du pouvoir religieux et du monde médical, en prenant appui sur les travaux connus et d’autres plus inédits comme la thèse de Fleur Beauvieux « Expériences ordinaires de la peste. La société marseillaise en temps d’épidémie (1720-1724) ».

Elle présentera une centaine d’objets : œuvres d’art (peintures, sculptures, arts graphiques…), affiches, maquette, cartes, documents d’archives, manuscrits, vidéos, ressources sonores et diffusion de films.

Seront notamment réunis 5 récits de peste, précieux car rédigés par des témoins directs des événements.

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Le mois de la science – Alcazar BMVR

Le mois de la science – Alcazar BMVR - Culture Expositions - Rétrospectives Conférences - Débats Sciences Exposition Conférence / Débat / Rencontre - Bibliothèque Alcazar BMVR - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le Mois de la science à l’Alcazar BMVR – Exposition & Journée de la Fête de la Science !

••• LA FRONTIÈRE DE L’INTENSITÉ : SONDER L’INCONNU
EXPO-PHOTO DU 5 AU 26 OCTOBRE > Alcazar, allée centrale
CONFÉRENCE, SAMEDI 23 OCTOBRE À 17H > Alcazar, salle de conférence
Dans sa démarche pour comprendre l’origine, le fonctionnement et le destin de l’univers assez mystérieux dans lequel nous vivons, l’humanité a développé plusieurs axes de recherche. La physique des particules en est un : elle étudie les constituants les plus fondamentaux de la matière et leurs interactions.
Cette exposition et cette conférence nous parlent du projet La frontière de l’intensité: sonder l’inconnu mené par les chercheurs et chercheuses du CNRS pour poser un nouveau regard sur ce chemin de recherche.
Avec Aoife Bharucha, Justine Serrano, Dorothea Vom Bruch, Laurent Lellouch, Oliver Leroy et Jérôme Charles.

••• LA JOURNÉE DE LA FÊTE DE LA SCIENCE !
SAMEDI 9 OCTOBRE > Alcazar, salle de conférence
• 14H30 Des forêts et des hommes
Les forêts d’hier, d’aujourd’hui et de demain en Provence.
Nous vous proposons une petite visite dans le passé pour comprendre les forêts
d’aujourd’hui et essayer d’imaginer celles de demain dans un contexte de changements climatiques.
Avec Julien Panchout et Laurence Le-Legard-Moreau de l’Organisation nationale des Forêts.
• 17H La mobilité de demain : à combien de roues roulera le futur
À quoi ressembleront les villes du futur et comment nous y déplacerons-nous ? Des moyens de transport accessibles et abordables pour tous – une desserte améliorée du territoire, des itinéraires sûrs et agréables pour les déplacements sans moteur – Venez discutez avec nous ! Avec des experts de Marseille, de France et d’Allemagne, l’association Vélos en Ville et l’Institut d’urbanisme et d’aménagement régional de l’université Aix-Marseille.
En collaboration avec Goethe-Institut.