ILLA J + LORD of the BEAT

ILLA J + LORD of the BEAT - Culture Concerts - Opéras - Soirées Hip-Hop - Rap Concert - L'Affranchi - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le Lord of The Beat, c’est 8 compositeurs de musique Hip Hop qui se défient par les notes. Le jury, composé d’artistes renommés dans le milieu, départagent ces gladiateurs du son qui présentent leurs compositions personnelles respectant les différentes contraintes imposées.
Avec des beatmakers venus des 4 coins du monde, Mofak et l’Affranchi s’allient encore, pour un évènement qui prend de l’ampleur et un niveau de plus en plus haut.
Un véritable spectacle dans un esprit Hip Hop fait de partages et de performances.

Cette année, la soirée sera accompagnée du concert d’un invité spécial en la personne de ILLA J, Mc, producteur, multi-instrumentiste, le frère cadet de l’icone JAY DEE aka J DILLA, a propagé à travers le monde ses morceaux solo et ses collaborations.
On pouvait pas rêver mieux pour un tel événement.

Panorama – Vincent Delerm

Panorama – Vincent Delerm - Culture Concerts - Opéras - Soirées Variété - Chanson française Concert - Théâtre Axel Toursky - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Suite aux directives gouvernementales relatives à la situation sanitaire liée au COVID-19, nous sommes malheureusement contraints de reporter la date de VINCENT DELERM au Théâtre Toursky de Marseille.

Le spectacle initialement prévu le Mercredi 27 Mai 2020 aura finalement lieu le Mercredi 25 Novembre 2020 toujours au Théâtre Toursky.

Les billets du 27 mai 2020 restent valables pour la nouvelle date.

Pour les spectateurs qui souhaiteraient néanmoins un remboursement, nous vous invitons à vous rapprocher du point de vente auprès duquel vous avez acheté vos billets jusqu’au 30 Septembre 2020. Plus aucun remboursement et réclamation ne seront recevables au-delà du 30 Septembre 2020.

Merci pour votre compréhension.

Prenez soin de vous et de votre entourage.

_________________________________________________________________

De ses débuts piano-voix à ses concerts avec groupe, il y a toujours du théâtre dans la chanson de Vincent Delerm.
Du cabaret dans ses personnages à double fond.
Du cinéma dans ses images, dans ses rythmes.
Il joue avec les formes, et avec les couleurs dessine une distance, un certain silence autour de ses mots.
L’air tranquille, il chante l’intranquillité…

L’été de la forêt – François Stahly

L’été de la forêt – François Stahly - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Exposition - Friche de l'Escalette - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

En fonction des autorisations gouvernementales pour cause Covid 19.
Visites sur réservation obligatoire sur friche-escalette.com (4 visites guidées par jour).

Pour la cinquième saison estivale consécutive, les oeuvres de trois artistes couvrant soixante ans de création, de 1960 à nos jours.

Les visiteurs pourront admirer L’été de la forêt de François Stahly, un vaste ensemble sculptural composé d’une trentaine de totems de bois sculpté de différentes tailles, Reliefs, « chiffonnages » d’acier Corten de Pierre Tual dotés d’une grâce aérienne, Rakus et Savons, deux installations poétiques de Myriam Mihindou.

Gaston Suisse, l’art du laque

Gaston Suisse, l’art du laque - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Exposition temporaire - Galerie Alexis Pentcheff - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Du 15 mai au 27 juin 2020, la Galerie Alexis Pentcheff a le plaisir d’accueillir dans son espace marseillais une exposition entièrement consacrée à Gaston Suisse, figure majeure de l’art animalier, maître laqueur et membre fondateur du mouvement Art Déco.

Après Paul Jouve, cette nouvelle proposition artistique s’attarde cette fois sur la représentation animalière dans un style d’une grande originalité, porté par l’appropriation de la technique de la laque. Étant parvenu à un haut niveau de maîtrise de ce procédé, Gaston Suisse allie sa pratique à un grand sens de la composition, créant des laques d’un subtil raffinement. Cette distinction du motif s’accompagne d’une intense recherche formelle, celle d’un artiste cultivé, curieux, qui n’en finit pas d’explorer les arcanes de la matière pour en tirer les meilleurs effets, les plus subtiles combinaisons.

Le temps d’une exposition, l’équipe de la galerie est heureuse de rendre hommage à l’absolue délicatesse de Gaston Suisse, à la manière dont il sut mettre en oeuvre une technique par nature laborieuse, l’apprivoiser en douceur, comme les animaux de ses compositions, pour lui imprimer la marque de sa sensibilité profonde.

Certains les imaginaient ainsi – Maximilien Pellet

Certains les imaginaient ainsi – Maximilien Pellet - Culture Expositions - Rétrospectives Arts plastiques - graphiques Exposition temporaire - Double V Gallery - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’exposition est visible à partir du 26 mai, en petit comité et dans le respect des gestes « barrières ».

____________________________________

Ces figures, en étandard du premier solo show de Maximilien Pellet à la Double V Gallery, aux traits grossièrement humains, ceux d’un primitivisme enfantin où le « bonhomme » règne, sont de part leur tentative de représentation une passerelle dans l’histoire, de l’art pariétal aux avant-gardes : « Certains les imaginaient ainsi ».
La figure de l’artiste, passionné d’art mais aussi collectionneur, s’exprime à travers chacune des pièces aux références non dissimulées : sûrement cette gourmandise de l’emprunt, de l’observation, de l’imitation. Dès lors, chaque carreau de céramique façonné à la main par l’artiste agrège et absorbe autant les effets de styles que les corps extérieurs, telle une grammaire nouvelle que l’artiste déploie au rythme d’un parcours ludique.
Autant de gestes parfois primitifs, instinctifs, sûrement innés qui posent les prémices d’une initiation par sédimentation et oubli volontaire. Un apprentissage autant intuitif que cultivé, par imitation et anachronisme qui participe d’un double mouvement la connaissance d’effets inconnus et la redécouverte d’effets connus. Cherchant à produire l’image inédite, non sans didactisme, Maximilien Pellet, usant d’une esthétique faussement surannée, éprouve la modernité par l’inscription dans la tradition : celle du céramiste devenu décorateur.
Comme par la volonté d’inscrire une filiation, d’éclairer son cheminement de jeune artiste diplômé en 2014 des Arts Décoratifs de Paris et finaliste de la Design Parade en 2019, Maximilien Pellet aime à convoquer des figures tutélaires. Après avoir rendu hommage à Roger Toulouse, lors de son exposition Les Géants au POCTB en 2018 (hommage sans formalisme, non dans l’exhaustivité du catalogue raisonné — que pourtant l’artiste affectionne tant — mais dans l’empirisme joyeux, prétexte à l’expérimentation formelle chère au peintre orléanais dans sa transition de l’expressionnisme à l’abstraction), Maximilien Pellet souhaite saisir l’opportunité de cette exposition personnelle à la Double V Gallery pour y inviter la tradition moderne de la céramique des années 60, sous le soleil Méditerranée de l’école de Vallauris.
Construire par assemblage, en grand et en céramique. Ce plaisir de la composition déjà présent dans les carnets de croquis quadrillés de l’artiste s’exprime à l’échelle de l’espace de monstration où chaque châssis au format similaire pourrait être dispersé et recomposé à loisir par sens du spectaculaire. À ce jeu de taquin résonne le récit rocambolesque de l’art et de ses grandes tribulations : fragments volés, toiles découpées, fresques démantelées… bien que la fresque ait depuis l’origine des temps, de l’art rupestre à la renaissance, l’honneur de la persistance dans le temps par une ambition double, spatiale et historiciste.
Chaque pan invite alors la grande comme la petite histoire et façonne une narration elliptique qui,  » rejointée « , s’inscrit dans la grande tradition picturale par delà les avant-gardes. In fine, ce grand récit de la représentation affirme la permanence d’une chronologie stylistique méconnue des historiens modernes qui pourtant traverse les civilisations humaines.
Thomas Havet

La distance au soleil est d’un pied – Dominique Figarella

La distance au soleil est d’un pied – Dominique Figarella - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Exposition temporaire - Galerie de la SCEP - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La galerie de la Scep ré-ouvre à partir de lundi 11 mai 2020, dans ses horaires, soit du lundi au jeudi de 15h à 19h et sur rendez-vous à galeriedelascep@gmail.com ou au 06 65 02 15 40.

PROLONGATION DE L’EXPOSITION DE DOMINIQUE FIGARELLA JUSQU’AU 24 JUILLET 2020.

_________________________________

Pendant cette exposition personnelle, le public pourra découvrir des oeuvres récentes (2014-2018) de Dominique Figarella.

Commissariat : Diego Bustamante

Vernissage samedi 1er février à 18h.
Exposition du 1 février au 9 avril 2020.

Tonalités / Résonances – Jocelyne Santos

Tonalités / Résonances – Jocelyne Santos - Culture Expositions - Rétrospectives Peinture Sculpture Performance - Installation Exposition temporaire - Atelier-Galerie ZEMMA - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La galerie Zemma réouvre jeudi 14 mai selon les horaires habituels en nous conformant aux mesures sanitaires en vigueur.

Jocelyne Santos présente une grande exposition dorénavant jusqu’au 18 juin. Un ensemble de peintures, sculptures et une installation spécialement conçue pour l’exposition. Jocelyne Santos poursuit une oeuvre de recherche sur la couleur dans le sillage de l’art construit. Son oeuvre est une invitation à la paix. À l’atmosphère d’un lieu investi momentanément de non-violence, par une vivacité tranquille et lumineuse. La couleur ici constituerait en quelque sorte, un remède durable aux maux de notre civilisation.

Scopes – Vincent Pajot

Scopes – Vincent Pajot - Culture Expositions - Rétrospectives Arts et Beaux-arts Exposition temporaire - Le cabinet d'Ulysse - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Les expositions initialement programmées pendant la période avril-août ont été reportées à fin 2020 ou 2021, pour faire place à une nouvelle programmation.

L’exposition SCOPES de Vincent Pajot, qui avait été interrompue au bout d’une semaine seulement, après l’annonce de la fermeture des commerces par le gouvernement, se poursuivra du 13 au 30 mai.

L’exposition suivante sera bientôt annoncée.

___________________________________

Né en 1991 à Massy (91), Vincent Pajot vit et travaille à Marseille.

Il est diplômé de l’ESADMM de Marseille (2019), et de l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Malaquais (2012).

L’art et la science ont pour objectif commun de questionner le monde, et d’en révéler les clés pour mieux le saisir.

Vincent Pajot développe une pratique hybride alliant ces deux champs de connaissance, et combinant dans le même temps l’utilisation de nouvelles technologies et des pratiques artistiques plus traditionnelles comme la peinture ou la céramique.

Son oeuvre chargée de poésie interroge l’homme et l’univers, tente de nous rendre visible l’invisible.

« Les notions d’échelles d’espace et de temps guident souvent mes créations, produisant des objets qui peuvent faire penser au décors de film ou à la maquette. Je cultive une mythologie de la science, en opérant des détournement, des inventions, des assemblages d’objets techniques. J’accorde une importance particulière à la phase de prototypage dans la construction des pièces, menant à des choix formels impliquant des matériaux et techniques multiples. Captivé par les informations et phénomènes imperceptibles, je cherche également à rendre sensible des données et des images issues d’observations scientifiques, allant de la biologie à l’astrophysique » (V. Pajot).

Max Bird – L’Encyclo-spectacle

Max Bird – L’Encyclo-spectacle - Culture Théâtre - Café-théâtre Spectacles - Cirques Comédie - Humour  One man/woman show - Seul en scène Café-théâtre - cabaret - Espace Julien - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Report du concert initialement prévu le 26 mars.

Sud Concerts.

________________________________________________

MAX BIRD sur scène, c’est un peu comme si Jim Carrey présentait « C’est Pas Sorcier ».

A la fois instructif, visuel et déjanté, le comédien s’éloigne des codes du one man show et nous emporte dans des contrées humoristiques nouvelles, à la recherche d’un oiseau rare dans la jungle d’Amazonie, dans les méandres microscopiques du corps humain ou encore au milieu des querelles divines de l’Egypte ancienne.
MAX BIRD sautille, captive, émeut et permet même au public… de prendre les commandes !

Le saviez-vous ? Gad Elmaleh l’a choisi en 1ère partie !

À table avec les Marseillais

À table avec les Marseillais - Culture Expositions - Rétrospectives Histoire et sciences humaines Exposition temporaire - Musée d'Histoire de Marseille / Voie historique - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Arrêté du 14 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19

Afin de ralentir la propagation du virus Covid-19, les établissements accueillant du public sont fermés jusqu’au 15 avril,
– au titre de la catégorie Y : Musées.

En conséquence tous les Musées de Marseille sont fermés au public, et les visites et animations sont malheureusement annulées.

(Fermé – En attente des nouvelles mesures éventuelles suite au déconfinement progressif)

___________________________________________

UNE EXPOSITION-DOSSIER CONÇUE EN PARTENARIAT AVEC L’INRAP

Aux côtés de l’exposition  » On n’a rien inventé ! « , le service archéologique du musée d’Histoire de Marseille propose de dresser le couvert et de faire découvrir les us et coutumes liés à l’art de la table, à Marseille, de ses plus lointaines origines à nos jours.

Cette présentation, en forme de clin d’oeil, est l’occasion de mettre en exergue quelques trésors cachés du musée d’Histoire et du dépôt de fouilles archéologiques de la ville.

Chaque période a ses savoir-faire, ses savoir-vivre, ses ustensiles et sa vaisselle de cuisine et de table. Provenant pour la plupart de fouilles archéologiques, les objets sélectionnés, assiettes, pichets, écuelles, marmites…, témoignent de l’évolution des moeurs culinaires.

Le choix d’une longue chronologie, du VIe millénaire avant notre ère à l’aube du XXIe siècle, et le caractère « mondialisé » des contacts marseillais, est aussi l’occasion d’évoquer une histoire de l’alimentation méditerranéenne à travers quelques produits phares, introduits progressivement à la table des Marseillais. Grains de blé, noyaux d’olives et de pêches, pépins de raisins et de figues, graines de courges, pommes de pins, vertèbres de thons, fleurs de tomates, sont autant de témoignages archéologiques et historiques qui attestent l’arrivée de produits qui vont transformer durablement le régime alimentaire des Marseillais.

Certains contenants certifient aussi de façon indirecte la consommation de nouveaux…