Cie Essevesse – Danses-en-Trans

Cie Essevesse – Danses-en-Trans - Culture Conférences - Débats Spectacles - Cirques Vidéo Sciences humaines et sociales Conférence / Débat / Rencontre Danse Performance artistique - Théâtre de l'Oeuvre - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Accessible dès 16 ans

Performance et Projection – Danses-en-Trans
avec l’association Transat et la Cie Essevesse

Sensibles à la question de l’identité de genre et des diversités, les chorégraphes de la Cie Essevesse Antonino et Fabio proposent un espace en non-mixité pour les personnes trans et non-binaires où une parole dansée est possible. Une parole avec soi, avec l’autre et avec le public. Suite à des ateliers hebdomadaires, des performances sont conçues afin de développer et porter la parole des participant.e.s amateur.rice.s auprès des spectateur.rice.s, et elles sont recréées à chaque présentation.

Un documentaire sur l’ébauche du projet et réalisé par Mylène Chrisso sera projeté avant la performance.

Ce projet est mené en collaboration avec l’association Transat et le Théâtre de l’Œuvre.
Il est soutenu par la Fondation FIER sous l’égide de FACE et la mairie des 4/5ème arr. de Marseille.

Table ronde : « Performer nos identités, quand art et activisme LGBTQIA+ se rencontrent »
Malgré les discriminations et les freins, certain.e.s artistes décident de porter au plateau et de développer leur pratique artistique autour des identités queer. Genre, amour, sexualité, famille, iels questionnent les normes à travers leur création, au risque de déranger mais toujours avec l’envie de faire évoluer la société.

Du 24 au 30 juin, le Théâtre de L’Œuvre propose Les Fiertés Ardentes, 4 soirées allant du Drag show à la table ronde donnant de la visibilité aux questions LGBTQIA+.

Chaque année en juin, des milliers de personnes reprennent fièrement le flambeau de Marsha P. Johnson* à travers les rues du monde entier pour revendiquer leurs droits et leurs identités. Ce flambeau, qui transporte les énergies multiples et créatives des communautés LGBTQIA+, trop longtemps laissées dans l’ombre, nous avons l’ambition de le mettre au centre de notre scène durant cette semaine de programmation spéciale.

*Femme trans et militante du mouvement LGBT, elle a participé aux émeutes de Stonewall. Elle est également une figure populaire de la scène LGBT et artistique de New York des années 1960 aux années 1990, ainsi qu’une activiste des droits des personnes séropositives via son engagement à ACT UP.

Decazeville – La montagne qui brûle – Nina Gazaniol Vérité

Decazeville – La montagne qui brûle – Nina Gazaniol Vérité - Culture Spectacles - Cirques Vidéo Spectacle - Lieux Publics - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Série télé en vrai

« Les campagnes en déclin sont relativement mal connues des classes dominantes qui produisent les représentations légitimes de la société. Il s’agit de vieilles régions industrielles qui subissent encore les profondes mutations du capitalisme néo-libéral. […] l’évolution des espaces ruraux de la France contemporaine questionne les grands bouleversements économiques et sociaux de notre époque. » Benoit Coquard – Ceux qui restent – 2019

Ce projet s’intéresse à une ville et un territoire rural particulier, l’ancien bassin minier de Decazeville, en Aveyron dans le Sud-Ouest de la France. Sur ce territoire se trouve un mont appelé « lou puech que ard» : la montagne qui brûle. Cette petite montagne que certain.e.s appellent « le Vésuve Aveyronnais», porte en elle seule l’image d’un territoire qui se consume, mais aussi la force qu’il continue de déployer, envers et contre tout, pour vivre.

Avec ce projet, Nina Gazaniol Vérité entend poursuivre sa recherche sur les écritures liées aux espaces et sur la connivence entre réflexion sociologique et création visuelle. En axant cette recherche sur les campagnes en déclin, elle continue d’interroger à sa façon, les notions de normes et d’étrangeté, de visible et d’invisible, de territoires et de paysages.

Construit comme une série télé, le projet prend la forme d’une installation vidéo, à la croisée du documentaire et des arts visuels. Les spectateur.trice.s / visiteur.se.s sont invité.e.s à circuler dans un espace qui, pour un temps donné, représente le territoire de Decazeville. Entre réel et fiction, entre interviews zoom et parties de Roller Hockey, entre voiture télécommandée et discussion sur l’apocalypse, entre danses folkloriques et coquilles d’huîtres vides.

Conception, écriture, vidéo, scénographie : Nina Gazaniol Vérité
Écriture, dramaturgie, costumes : Marion Vincent
Prise de son, mixage, création sonore : Alban de Tournadre
Direction technique, scénographie : Mahatsanga le Dantec
Développement dispositif numérique : Atelier Hémisphère
Avec : Christine Teulier, Alexis Teulier, Marc Teulier, Virginie Barthelemy, Timeo Martinez, Lilou Martinez, Gérold Martinez, Karim Achour, Alexandre Filhol, Charlotte Falip, Morgane Fernandes, Elaura Sanhes, Thomas Peres, Simone Falip, Michel Falip, Georges Marti, Manon Viret, Guy Brunet, Benoit Coquard, l’équipe de Roller Hockey « Les gueules noires » de Decazeville, le club de danse folklorique « La Crouzade » de Firmi et le club de Twirling bâton d’Aubin.

À partir de 12 ans
Gratuit, sur réservation